Les motorisations alternatives séduisent l’Europe

D’après les données de l’ACEA, les immatriculations de véhicules dotés d’une motorisation alternative ont progressé de 6,4 % au premier trimestre 2016. Dans le détail, le constat est un peu plus nuancé.

583
Les motorisations alternatives séduisent l’Europe

Les véhicules électrifiés seraient-ils en passe de se faire une place au soleil en Europe ? D’après les données de l’ACEA présentées le 28 avril, leur adoption par les automobilistes du Vieux Continent semble en effet se généraliser. Ainsi, sur le premier trimestre 2016, les immatriculations de véhicules électrifiés (VE + hybrides rechargeables) ont progressé de 26,8 % à l’échelle de l’Union Européenne avec 35 730 mises à la route. Si l’on ajoute la Norvège (15 432 ventes, + 71 %) et la Suisse (1 528 unités, + 38,2 %), cette hausse était même de 37,5 % à 52 690 unités.

Dans le détail, 16 519 véhicules électriques ont été écoulés durant les trois premiers mois de 2016 dans l’UE, un chiffre en progrès de 33,9 %. La France est restée le principal marché pour les VE avec 6 022 immatriculations (+ 107,4 % !), loin devant le Royaume-Uni et ses 3 164 mises à la route (+ 20,2 %) et l’Allemagne avec 2 332 ventes, un chiffre en repli de 1,7 %. À noter enfin la contre-performance du marché en Norvège qui a affiché un repli de ses ventes de 10,8 % à tout de même 6 425 unités.

L’hybride rechargeable et l’hybride séduisent…

Du côté des hybrides rechargeables, les ventes ont augmenté de 23,5 % dans l’Union Européenne, à 18 661 unités. La palme des immatriculations est revenue au Royaume-Uni et ses 7 031 mises à la route, un chiffre en hausse de 27,7 %. L’Allemagne est arrivée juste derrière avec 3 506 unités (+ 61,6 %), tandis que la France a acheté 2 095 véhicules (+ 151,2 %) et s’est classée troisième. Hors de l’UE, la Norvège a connu elle une période faste avec 4 501 nouveaux hybrides rechargeables sur les routes, un chiffre en progression de 394,6 % !

Motorisation alternative la plus répandue sur les routes européennes, l’hybride a continué, elle, de séduire les automobilistes. Ainsi, durant le premier trimestre, les immatriculations ont crû de 30,1 % à 69 530 unités. Le plus gros marché est à nouveau à chercher outre-Manche puisque le Royaume-Uni a enregistré 15 075 ventes (+ 24,4 %). La France s’est elle classée seconde avec 14 827 mises à la route (+ 8,3 %), devant l’Italie et ses 9 714 unités (+ 47,4 %).

… Les autres motorisations, non !

Si les véhicules électrifiés et hybrides ont semble-t-il trouvé leur public, les autres motorisations « propres » ont connu un déclin pour le moins important. Ainsi, les véhicules GNV ou encore GPL ont vu leurs immatriculations reculer de 22,4 % à 49 535 unités. L’Italie, marché numéro un pour ce type de véhicules, a en effet entraîné dans sa chute les mises à la route. À lui seul, le marché transalpin a enregistré un sévère – 20,6 % à 42 578 ventes.