Les nouveaux services des loueurs longue durée

Dans la tempête économique et financière qui est depuis plusieurs mois le quotidien des entreprises, grandes et petites, quelle place la location longue durée allait-elle consacrer à l’innovation produits ?

- Magazine N°152
554
Les nouveaux services des loueurs longue durée

 Fortement secouée par l’effondrement du marché du véhicule d’occasion et des valeurs résiduelles des voitures qu’elle met à la route pour le compte de ses clients, la profession aurait pu « lever le pied » sur le lancement de nouvelles prestations et vivre sur son portefeuille existant.

Force est de constater qu’il n’en est rien. Le dossier que publie ce mois-ci Flottes Automobiles prouve au contraire que l’imagination est toujours de mise parmi les acteurs du secteur. Cette stratégie est somme toute logique et naturelle : quand les temps sont durs, il est essentiel de fidéliser ses clients et de répondre par du sur-mesure à leurs attentes.

Quelles sont aujourd’hui les préoccupations des clients sociétés ? Elles sont au nombre de deux, principalement : rouler au meilleur coût à bord de véhicules dont le TCO est optimisé et jouer la carte de la sécurité et de la conduite «raisonnable» pour leurs collaborateurs.

Cette double préoccupation, éco-citoyenne et de responsabilité sociale, se retrouve dans les prestations lancées au cours de l’année par les loueurs. L’audit et le conseil autour de la notion du coût total d’utilisation des parcs automobiles restent des valeurs sûres pour la LLD. Le déploiement de formations à l’éco-conduite, sur circuits ou sur simulateurs, en est une autre.

Mais que pensent les gestionnaires des prestations qui leur sont proposées ? Comment jugent-ils l’offre de services de la profession ? Si, globalement, ils se montrent satisfaits de ce qui est à leur disposition, leurs attentes restent fortes. Il est temps, affirment-ils, de mettre le conducteur au centre de la scène ; ils souhaitent aussi que les loueurs longue durée anticipent mieux les évolutions du marché. A cet égard, ils estiment que la profession doit clairement jouer le jeu des voitures propres en proposant une vraie offre dans ce domaine.

PARTAGER SUR