Les nouvelles motorisations essence 10 fois plus polluantes que les diesels ?

L’association suisse Transport et Environnement a rendu public un rapport sur les performances environnementales des nouvelles motorisations essence.

544

Le constat est étonnant : alors que la nocivité du diesel est régulièrement dénoncée en raison des émissions de particules, la dernière génération de blocs essence ne serait pas moins dangereuse. « Alors que les motorisations essence présentent de meilleures performances en termes de consommation et d’émissions de CO2, les résultats de cette étude montrent qu’elles rejettent pourtant 1 000 fois plus de particules que les moteurs à essence traditionnels et 10 fois plus que les nouveaux diesels. » Des résultats validés par des tests pratiqués par l’organisme de certification indépendant TUV Nord sur trois modèles, Ford Focus, Hyundai i40 et Renault Mégane équipés respectivement des moteurs 1.0 l EcoBoost, 1.6 l GDI et 1.2 l Energy TCe de 115 ch. Ainsi, ces trois véhicules ne seraient pas en mesure de respecter la future norme Euro 6c applicable en 2017, alors que la plupart des diesels s’y conforment déjà.

Des résultats dont seuls les constructeurs seraient responsables selon T&E, en refusant d’équiper ces motorisations essence de filtres qui diviseraient le volume de ces particules par mille, malgré un prix moyen d’environ 50 euros. « La réticence des constructeurs à installer des filtres à particules pourtant bon marché oblige la société a payer le coût de cette pollution », souligne T&E. L’association rappelle que les particules seraient à l’origine de 406 000 décès annuels en Europe et causeraient plus de 100 millions de jours d’arrêt de travail, pour un coût total évalué entre 330 et 940 milliards d’euros par an.

PARTAGER SUR