Les paris de Fleet Logistics

Les flottes pan-européennes ont pour principal objectif de réduire et contrôler leurs coûts.

- Magazine N°124
554

Mais quels moyens ont-elles de s’assurer que les niveaux de prix et de services promis par leurs prestataires sont bel et bien au rendez-vous et surtout, qu’ils sont garantis sur la durée du contrat ? C’est l’engagement que prend Fleet Logistics, créé il y a tout juste dix ans, qui achève la réorganisation de ses équipes et de ses services pour mieux servir ses clients européens.

Les flottes actuellement gérées par Fleet Logistics sont détenues par une soixantaine de clients et représentent 50 000 véhicules à la route dans les secteurs aussi variés que les technologies, la pharmacie, l’agroalimentaire ou l’audit, avec une forte connotation anglo-saxonne (Microsoft, Sun, Cisco, IBM, HP). « Notre plus gros client est actuellement HP avec 16 000 véhicules à travers toute l’Europe. Nous gérions depuis quatre ans leur flotte en Allemagne », explique Filip Van Mullem, chargé du business développement.

Les dirigeants de la société mettent en avant ce qui constitue à leurs yeux des avantages compétitifs : la neutralité dans la mesure où la société est indépendante de tout constructeur ou loueur, l’expertise et la méthodologie. « Notre présence dans une vingtaine de pays nous permet de déployer rapidement pour nos clients une solution paneuropéenne. En outre, toutes nos filiales disposent de processus identiques, ce qui, en terme de reporting, offre une organisation centralisée des données et des transactions financières », ajoute Filip Van Mullem.

La démarche de Fleet Logistics est claire. « Nous négocions véhicule par véhicule. Nous devons être perçus dans la profession comme le prestataire qui réduira les coûts à 360°, en allant chercher ce qu’il y a de mieux au niveau prix. Nous contrôlons les coûts au départ du contrat et ensuite pendant tout le cycle », explique encore le responsable.

Pas moins de 18 millions d’euros ont été investis dans cette organisation technologique, qui se concrétise par un certain nombre d’outils (dont plusieurs à usage interne pour l’instant). Fleet. net est une base de données européennes sur chaque véhicule. Fleet Logistics possède aussi un outil de reporting offrant 15 rapports différents (à usage interne pour le moment) et un configurateur de prix en ligne.

Pour mettre en musique l’ensemble de ces processus standardisés et automatisés, quatre équipes expertes fonctionnent dans chaque pays : le customer support prend en charge la relation utilisateur et l’initialisation des commandes ; la gestion des véhicules gère ces derniers de A à Z ; le contrôle des factures, qui se fait quotidiennement ; enfin le reporting clients. Fleet Logistics propose 7 modules de services standardisés, dits de base : la gestion des comptes et des fournisseurs, des rapports sur l’état de la flotte, un contrôle des factures, l’acquisition des véhicules à partir de la définition du CTP (coût total de possession), leur réaffectation éventuelle en cours de contrat, et un service support pour les conducteurs.

Fournisseur de Cisco ou de Microsoft depuis 6 ans, et sur le point de gérer la flotte d’IBM en France, qui a choisi de repasser en multiloueurs, Fleet Logistics est convaincu que son modèle va connaître un très fort essor. « Datamonitor estime que plus de 1,2 millions de véhicules supplémentaires vont basculer en leasing d’ici 2010. Par ailleurs, nous constatons que de nombreuses compagnies américaines sont en train d’évaluer leurs contrats et se demandent au bout de 36 mois si elles n’ont pas intérêt à racheter le véhicule et à n’externaliser que les services », observe Filip Van Mullem.