Les PME fidèles aux concessionnaires

Trois témoignages d’entreprises situées en banlieue parisienne évoquent les relations fortes et parfois ambigües qui les lient à leurs concessionnaires pour l’entretien.

594

Ainsi, pour cette petite entreprise de Nanterre, les VU sont emmenés dans des enseignes comme Speedy ou Midas en cas de problèmes liés aux pneumatiques ou au freinage. La réactivité y est jugée nettement meilleure que chez les concessionnaires et les prix bien moins élevés. Certaines marques de VU sont considérées comme hors de prix sur l’entretien, mais pour des pannes mécaniques, le passage chez le concessionnaire est obligatoire. Dans les petites entreprises de BTP, on pose les problématiques d’entretien par rapport aux relations que l’on entretient avec les concessionnaires.

Pour une autre TPE, cette fois à Vanves, qui a également requis l’anonymat, c’est simple, les six véhicules utilitaires sont en leasing chez des concessionnaires des marques choisies, avec un contrat d’entretien intégré. Dès lors que l’on est un peu plus gros, les problématiques de coût semblent plus sensibles. FBRE, une entreprise de Bagneux, a changé de mode de gestion de son parc (14 VU), auparavant en location avec un concessionnaire, désormais en crédit-bail avec le même concessionnaire. Ce qui a motivé ce changement : précisément le coût de l’entretien. « Il fallait remettre les véhicules en l’état et c’était cher », révèle Arlette Dauvergne, responsable comptable de FBRE. Au-delà de l’aspect remise en l’état, elle se dit assez satisfaite de son concessionnaire Peugeot, plutôt rapide en matière d’intervention, un peu long néanmoins quand il s’agit d’obtenir des véhicules de prêt. « Il suffit d’organiser la révision de plusieurs véhicules dans la même semaine afin de garder le véhicule de prêt pendant tout ce temps », suggère la responsable.

PARTAGER SUR