Publi-Communiqué

Les pneumatiques, des modèles verts et économes

Les pneus ont une influence déterminante sur la consommation de carburant. Notion incontournable de l’équation, la résistance au roulement du pneu se manifeste par une force opposée au déplacement : sous le poids du véhicule, le pneu se déforme dans sa zone de contact avec la surface de la route. Une résistance comparable au phénomène physique qui empêche une balle de squash de rebondir autant qu’une balle de tennis : comme la balle de squash, le pneu se déforme et chauffe, réaction entraînant une perte d’énergie.

682
Les pneumatiques, des modèles verts et économes

Pour compenser cette résistance au roulement, le véhicule fournit une force supplémentaire grâce à son moteur. Et plus la résistance est élevée, plus ce moteur consomme d’énergie. A contrario, si cette résistance baisse de 20 %, le véhicule économise l’équivalent de 40 l de carburant sur un an. Mais réduire la résistance ne doit pas hypothéquer la tenue de route ni allonger les distances de freinage. Pour répondre à ce défi, les manufacturiers utilisent de nouveaux matériaux et limitent le poids des pneus.

Précurseur des pneus basse consommation avec l’Energy Saver, Michelin a été rejoint par les autres manufacturiers : Pirelli a lancé sa gamme Cinturato, Continental, ses pneus EcoContact, Bridgestone, son label Ecopia et Goodyear, sa gamme Efficient Grip. Adopter des pneus « verts » fait reculer la facture énergétique de 2 à 3 %. Autre avantage de ces pneus : leur durée de vie plus longue. Selon un manufacturier, leur kilométrage global moyen est supérieur de 15 000 km à celui des enveloppes classiques.

PARTAGER SUR