Les pneumatiques deviennent écologiques

Pour les fabricants de pneumatiques comme pour l’ensemble des équipementiers, l’heure est au développement durable. Les lancements se succèdent et, au delà d’une communication repeinte en vert, les marques mettent en avant l’impact limité de leurs enveloppes sur l’environnement. En attendant des normes contraignantes…

- Magazine N°148
398

Impact écologique des pneumatiques

A entendre les équipementiers, leurs pneumatiques sont de plus en plus écologiques. Pas un mois ne se passe sans qu’une nouvelle annonce soit faite dans ce sens. Dernier lancement en date, celui de l’EfficientGrip de Goodyear ne déroge pas à la règle. Ce manufacturier rappelle que les pneumatiques participent pour 20 % à la consommation de carburant d’une voiture. L’enjeu pour Goodyear : diminuer la résistance au roulement de ses pneumatiques pour réduire la consommation de carburant et, ainsi, les émissions de gaz carbonique (CO2) dans l’atmosphère. Mais ce défi environnemental ne doit pas empiéter sur les performances du pneumatique. La difficulté consiste à concilier une baisse de la résistance au roulement avec des distances de freinage optimisées, un comportement routier sain et une longévité maximale. Et pour tester ses nouveaux pneumatiques, il a fait appel à Tüv Süd, l’une des plus grandes structures d’essais et de certification au monde. Selon les résultats de ces tests, l’EfficientGrip réduit de 13 % la résistance au roulement et de 1,9 % la consommation de carburant par rapport à la moyenne des 4 pneus concurrents présents sur le marché. Par ailleurs, les tests ont permis de conclure que les distances de freinage de l’EfficientGrip figurent parmi les meilleures du marché et que sa longévité est de 8 % supérieure à la moyenne des 4 marques concurrentes.

Pour parvenir à ses résultats, les ingénieurs de Goodyear ont travaillé sur l’allégement du pneu en utilisant une structure innovante, un mélange de gomme inédit et un nouvel ingrédient thermoplastique qui remplace la silice. Pour garantir de meilleures performances en matière de freinage, l’EfficientGrip utilise de nouvelles sculptures sur la bande de roulement. Ce nouveau pneu «vert» a d’ores et déjà convaincu plusieurs constructeurs puisqu’il équipe notamment en première monte la nouvelle Mercedes Classe E et la Renault Mégane 3.

2 euros sur chaque plein

Mais Michelin a été le premier à organiser le lancement d’un pneu sous les couleurs du développement durable. Lancé en exclusivité mondiale sur la Peugeot 308 en 2007, l’Energy Saver utilise les dernières technologies développées par les ingénieurs de la marque au Bibendum. Ainsi, l’Energy Saver utilise une nouvelle génération de silice qui remplace en quasi-totalité le noir de carbone utilisé auparavant pour fabriquer la bande de roulement. De plus, il intègre un nouveau composant sur sa bande de roulement. Baptisé Durable Security Compound (DSC), ce composant ne contient plus d’huile hautement aromatique comme l’exigera une directive européenne à partir de janvier 2010 et stabilise la rigidité de la bande de roulement pendant toute la durée de vie du pneu. Le bilan environnemental de l’Energy Saver surclasse ses prédécesseurs. Ainsi, il permet d’économiser 0,2 litre de carburant tous les 100 kilomètres et de réduire de 4 grammes ses émissions de CO2 à chaque kilomètre parcouru. Michelin annonce une économie de 2 euros à chaque plein effectué. Sur toute la durée de vie du véhicule, cette économie correspond à une tonne de CO2 non rejetée dans l’atmosphère, soit la quantité de CO2 que sont capables d’absorber quarante arbres en une année. Le 9 mars dernier, Michelin a remis son millionième pneu Energy Saver au groupe PSA Peugeot Citroën. Depuis leur lancement sur la Peugeot 308 en 2007, les pneus Energy Saver ont permis aux véhicules de Peugeot et Citroën d’économiser 15 000 tonnes de CO2 par an.

Innovations tous azimuts

Le 3 avril dernier, Pirelli dévoilait également sa dernière génération de pneumatiques «verts». Le Cinturato P7 utilise des mélanges, des matériaux, une structure et un dessin de la bande de roulement totalement inédits. Pirelli annonce des performances constantes durant toute la vie du pneu, une réduction des émissions polluantes et de la nuisance sonore et une économie de carburant. Le Cinturato P7 permet de réduire de 20 % la résistance au roulement, de 4 % la consommation de carburant, de diminuer de 30 % les nuisances sonores et de réduire les distances de freinage jusqu’à deux mètres sur sol sec ou mouillé. Lui non plus n’intègre pas d’huiles aromatiques dans sa composition. Il a été choisi pour équiper en première monte les Alfa Roméo 159 Facelift et nouvelle 147, les Mercedes Classe E et Classe S, les Audi A4, A4 Allroad, A5, les BMW X1, Série 1, Série 3 et les Volvo C30, S40, V50, S80, V70 et S60.

Mais les innovations des équipementiers ne portent pas toutes sur la mobilité durable. Ainsi la FEDIL (Fédération d’entreprises multisectorielles luxembourgeoises) a décerné son « Prix de l’Innovation 2008 » au nouveau pneumatique Goodyear OptiGrip et à sa technologie SmartWear. Au fur et à mesure de l’usure de ce pneumatique, de nouveaux mélanges de gomme et de nouvelles rainures apparaissent. Parallèlement, le département « entretien kilométrique » de Goodyear Dunlop France a reçu la certification ISO 9001-version 2008. Ce département assure la sous-traitance du poste pneumatique pour les loueurs, les transporteurs de marchandises et les opérateurs de transport public.

Enfin, en mars dernier, Continental a lancé le RainExpert d’Uniroyal. Davantage de résistance à l’aquaplaning (jusqu’à 5 %), une réduction des distances de freinage (- 3 %) et une durée de vie supérieure (+ 5 % en moyenne), le nouveau RainExpert est disponible sous 78 références différentes avec des tailles comprises entre 13 et 16 pouces. En bref, les innovations se succèdent et prouvent, s’il en était besoin, que le pneumatique est un équipement hautement technologique.

PARTAGER SUR