Publi-Communiqué

Les pneumatiques ont un impact direct sur la sinistralité

Le budget pneus ne pèse qu’environ 5 % du coût complet d’un véhicule mais joue un rôle prépondérant dans la sécurité : 6 % des accidents mortels en Europe seraient dus au sous-gonflage ; en 2004, 260 000 accidents auraient été causés par des pneus sous-gonflés, dont 27 000 accidents avec blessures corporelles. En 2005, les accidents liés au sous-gonflage ont coûté 310 millions d’euros de dommages et intérêts (source FFSA).

656
Les pneumatiques ont un impact direct sur la sinistralité

Réalisée en juin 2005 pour la Sécurité Routière, une étude BVA permet de mieux cerner les enjeux dans l’Hexagone : la crevaison est à l’origine de 3 % des accidents autoroutiers et près de 89 % des conducteurs contrôlent la pression de leurs pneus moins d’une fois par an. En outre, une voiture sur deux roule avec des pneus sous-gonflés et un accident mortel sur dix est lié à une mauvaise pression des pneus.

Pour une entreprise, les retombées d’un accident sont loin d’être négligeables. La responsabilité pénale du conducteur peut être engagée tout comme celle du gestionnaire de parc et du dirigeant. Et les conséquences économiques s’aggravent en cas de dommages corporels. Les coûts apparents (assurance et réparation) ne doivent pas occulter d’autres effets néfastes difficilement quantifiables mais bien réels : indisponibilité d’un collaborateur, conséquences psychologiques de la mort d’un collègue, image de marque dégradée, etc. Les professionnels ont donc tout intérêt à mettre en place des procédures pour vérifier régulièrement l’état et la pression des pneus de leur flotte.

PARTAGER SUR