Les Polyvalentes (B2)

Les berlines, breaks et minispaces à l'étude

- Magazine N°146
525

Berlines et breaks

Il s’agit là d’un segment où la norme des 4 mètres de longueur semble faire l’unanimité. Sauf pour les modèles les plus anciens tels que Volkswagen Polo et Citroën C3 qui, lors de leur prochain renouvellement, vont se référer à ce mètre-étalon. Une règle qui s’est vérifiée en tout cas avec la commercialisation en 2009 des nouvelles Ford Fiesta et autres Seat Ibiza, Mazda 2 ou Alfa Mito. Pour l’heure, ce sont toujours les Renault Clio et Peugeot 207 qui mènent la danse avec, comme pour le segment inférieur, des motorisations encore plus propres.

La Clio et sa variante break Estate sont proposées avec l’incontournable 1.5 dCi en trois puissances. Le 70 ch est à tout juste 120 g alors que le 85 ch s’autorise 117 g ou 118 g avec la boîte robotisée Quickshift, c’est dommage. Quant au 105 ch, il est à 123 g ou même 126 g avec le FAP. Sa concurrente directe 207 est bien placée aussi avec son 1.4 HDi de 70 ch qui est à tout juste 117 g, tout comme la version 90 ch du 1.6 HDi. La version 110 ch de cet excellent 1.6 HDi passe à 120 g, c’est mieux que la Clio. Et le FAP ne le handicape pas puisqu’il reste à 120 g. Pas de boîte robotisée au programme pour l’instant mais cela devrait se faire d’ici la fin 2009, après la Citroën C3.

Les anciennes tiennent la rampe !

Ces deux stars du segment sont «secondées » par leur ancêtre respective Renault Clio Campus et Peugeot 206 qui profitent toutes deux de la crise économique avec des prix plancher et du bonus gouvernemental. Les ventes sont bonnes aux yeux des deux constructeurs qui prolongent la vie de ces deux polyvalentes au rapport prix/prestations imbattables. La Clio Campus est disponible avec le 1.5 dCi en 65 ch à 115 g et 85 ch à 110 g. De son côté, la 206 avec son 1.4 HDi de 70 ch pointe à 112 g et n’est pas proposée en 90 ch.

Troisième française du lot, la Citroën C3 qui accuse ses sept ans d’âge et qui sera remplacée début 2010 par une C3 et une C3 DS, version « premium abordable » comme le précisait Christian Streiff, patron de PSA lors de la présentation du concept-car et du nouveau logo de la marque. Mais l’ancienne C3 pourrait jouer les prolongations puisque ses 3,85 mètres la placent toujours en dessous de sa remplaçante qui pointera à 4,08 m (plateforme de C3 Picasso/Peugeot 207). Et cela permettrait aussi de justifier l’absence d’une vraie « low cost » chez Citroën qui ne veut pas entendre parler de voitures au rabais…

Sous le capot de «l’ancienne» C3, on trouve toujours le bloc 1.4 HDi de 70 ch à 115 g et même 113 g avec la boîte robotisée Sensodrive. Le 1.6 HDi est quant à lui proposé en 92 ch à 115 g alors que les 110 ch se limitent à 120 g. Gageons que sa remplaçante fera encore mieux !

Ford sait refaire la Fiesta

Ford a donc remplacé sa Fiesta sans la faire trop grandir à 3,95 m tout en l’allégeant de quelques dizaines de kilos. Les motorisations diesel plus efficientes apportent alors une baisse réelle des consommations. Elle peut donc s’enorgueillir d’une version Econetic basée sur le 1.6 TDCi de 90 ch avec DPF émettant tout juste 98 g. La version «standard» de ce 90 ch remonte à 110 g, tout comme la version 110 ch, sans filtre à particules. Enfin, en accès à la gamme, le 1.4 TDCi de 68 ch s’affiche lui-aussi à 110 g, ce qui n’est pas excellent !

Basée sur la même plate-forme mais encore plus légère car moins insonorisée, la Mazda 2 fait malgré tout moins bien en dépollution, c’est dommage. Ainsi, le seul moteur diesel disponible est le 1.4 MZ-CD de 68 ch qui passe à 114 g.

Du côté d’Opel, on retrouve la Corsa née fin 2006 sur la plate-forme de la Fiat Grande Punto et qui a toujours droit à la dernière génération du 1.3 CDTI de 75 ch à 119 g, c’est bien. La version 90 ch de ce petit moteur passe à 124 g et 129 g avec la boîte robotisée Easytronic. En revanche, l’ancien 1.7 CDTI de 125 ch avec FAP passe à 130 g et même 132 g en 5 portes malgré sa boîte manuelle à 6 rapports.

Celle qui a prêté sa plate-forme à Opel, du temps de l’accord avorté entre Fiat et General Motors et avant le tout récent Chrysler- Fiat, la Grande Punto donc, réussit un beau parcours en France depuis sa naissance fin 2005. La remise à niveau du 1.3 Multijet, moins polluant et l’arrivée du tout nouveau 1.6 Multijet de 120 ch et 126 g offrent une belle gamme «dépolluée». Ainsi, le 1.3 MJT de 75 ch est à 119 g, tout comme le 90 ch qui passe même à 115 g avec la boîte robotisée Dualogic.

Alfa Mito et Punto Cult !

Toujours sur cette fameuse plate-forme de Grande Punto, il faut citer la nouvelle Alfa Mito, disponible uniquement en 3 portes et affublée d’une face avant pour le moins «distinctive». Pas sûr qu’elle fasse un beau parcours dans les ventes… Elle reprend le 1.3 JTD de Fiat Powertrain Technologie mais seulement en 90 ch à 119 g ainsi que le 1.6 JTD de 120 ch et 126 g, tous deux équipés de série du DPF.

A l’instar des marques françaises, le constructeur Fiat continue la commercialisation de son ancienne Punto, sous l’appellation Cult, avec l’ancien 1.3 JTD de 70 ch qui s’arroge 119 g et permet d’offrir une entrée de gamme compétitive. Mais ses prestations ne sont plus de première jeunesse avec ses dix ans au compteur !

On pourrait presque en dire de même de la Volkswagen Polo, née fin 2001 et qui sera remplacée en grandes pompes à l’automne prochain au salon de Francfort. Pour l’instant, elle reste très demandée en raison de son restylage réussi en 2005 et sa gamme de turbodiesel éprouvés (et éprouvant pour les oreilles en 3 cylindres comme en 1.9 TDI… ).

Groupe VW : mélange des gènes…

Mais ne jetons pas la pierre à VW qui a été le premier à proposer un diesel à moins de 100 g : la Polo Bluemotion et son 1.4 TDI de 80 ch avec FAP à 99 g. La version «standard» de ce moteur ne développe que 70 ch et, sans le FAP, est à tout juste 119 g. On retrouve au dessus l’antédiluvien 1.9 TDI à injecteur pompe qui est proposé en 100 ch (127 g) ou 130 ch (137 g). Un moteur qui sera remplacé par le 2. 0 TDI common rail sur la prochaine génération.

Une fois n’est pas coutume dans le groupe Volkswagen, c’est Skoda qui a inauguré mi-2007 la nouvelle plate-forme de la future Polo avec sa Fabia, bien née en qualité de fabrication comme en motorisations bien insonorisées. Ainsi, le 3 cylindres 1.4 TDI ne joue pas de castagnettes en 70 ch (127 g) comme en 80 ch à tout juste 120 g. En revanche, le 1.9 TDI en 105 ch et 129 g est sonore et polluant.

Même plate-forme partagée pour la récente Seat Ibiza qui s’allège beaucoup pour moins polluer. Mais le niveau sonore en accélération du 1.4 TDI de 80 ch de la version Ecomotive est vraiment inacceptable. C’est le prix à payer pour descendre à 99 g ! La version 70 ch de ce moteur passe à 119 g, tout comme la version 80 ch sans le FAP. Cette dernière, avec le FAP descend à 118 g. Quant au 1.9 TDI de 100 ch, il dépasse allégrement les 130 g (132 g précisément avec ou sans FAP) et même 139 g en 130 ch.

Yaris et Sandero à ne pas oublier

Dans ce segment, les marques japonaises sont représentées par deux modèles fabriqués… en Europe avec la Toyota Yaris « made in France » et la Nissan Micra britannique. La première a su ne pas trop grandir pour sa 2ème génération née en 2006 à 3,75 m. Et elle a droit pour ce début 2009 à une nouvelle version de son 1.4 D-4D de 90 ch qui passe de 119 g à 109 g aujourd’hui, bel effort ! Notez que la version boîte robotisée descend de 119 g à 110 g aussi. Dommage tout de même que le nouveau système Stop&Start de Toyota soit réservé aux motorisations essence.

Sa concurrente Micra, née début 2003 et restylée par deux fois dès 2005 et fin 2007 sera remplacée en 2010 mais conserve pour l’instant des dimensions raisonnables pour le segment à 3,72 m. Sous le capot, c’est le 1.5 dCi de la Clio qui officie en 86 ch et 120 g. Dans le même groupe Renault-Nissan, il faut citer la Dacia Sandero qui a fait son entrée sur le segment avec ses 4,02 m de longueur (plate-forme de Clio 2), son 1.5 dCi de 70/ 85 ch à 120 g et son prix imbattable (à partir de 11 300 €).

Citons enfin la Mini (3,70 m) et sa version break Clubman (3,94 m) qui ont droit au 1.6 D de Peugeot dans son unique version de 110 ch à 104 g en 3 portes et 109 g en break. Une boîte automatique «classique» est proposée mais les émissions deviennent importantes : respectivement 134 g et 136 g.

Minispaces

La «grande» nouveauté de l’année est bien le Citroën C3 Picasso qui, arrivant bien tard sur le segment – dix ans après l’Opel Meriva ! – va tenter après d’autres dont Renault et son Modus rallongé, de renouveler le segment. La partie n’est pas facile et la marque au double chevron tente le positionnement branché et mode, « véritable voiture anticrise mais pas low cost » (dixit Citroën lors de la présentation de la C3 DS) à défaut de réelle innovation technique. Prenez une plate-forme de Peugeot 207 à 4,08 m de longueur, rehaussez le tout à 1,63 m et tapissez l’ensemble d’une large surface vitrée tout en conservant un coffre de 285 l, et vous obtenez un mini-monospace. Rien de nouveau donc sauf pour le style très contemporain et, sous le capot, rien de bien neuf non plus avec le 1.6 HDI de 90 ch qui s’affiche à 125 g ou, en 110 ch avec FAP à 130 g. La boîte robotisée est programmée en essence immédiatement et en fin d’année pour le diesel 90 ch, comme sur le reste de la gamme Citroën.

Des minispaces qui s’étirent

Renault a donc rectifié le tir en 2008 (3 ans après le Modus) avec son Grand Modus rallongé de 24 cm. Bonne pioche puisque ce dernier, moyennant aussi un repositionnement prix, représente la majorité des ventes aujourd’hui. L’offre moteur est restée la même avec le 1.5 dCi en 70 ch (125 g),85 ch (119 g),85 ch Quickshift (119 g aussi),105 ch (124 g) et 105 ch FAP (127 g). Renault suit donc son allié Nissan avec sa Note qui inaugurait il y a 3 ans cette nouvelle plate-forme issue de la Clio 3. Grand et long dès sa conception (4,08 m), le Nissan Note s’enrichit du 103 ch du 1.5 dCi (136 g) en plus du 86 ch et 119 g disponible jusque-là.

Mais la star du segment demeure bien l’Opel Meriva né en 2003 et restylé début 2006 qui adopte la récente optimisation du 1.3 CDTI de 75 ch avec son injection piezo-électrique qui réduit les émissions de CO2 à 135 g (avec le FAP de série). Il est complété par le 1.7 CDTI de 90 ch à 140 g et 125 ch à 146 g avec FAP. Pour l’anecdote, citons des minispaces toujours au catalogue mais dont le renouvellement est abandonné officiellement : Fiat Idea, Lancia Musa, Ford Fusion ou encore Peugeot 1007 que nous ne détaillons plus cette année.

En revanche, la Mercedes Classe A a su créer un segment «premium» dans cette catégorie et ce «minispace» de 3,84 m de long remporte un vrai succès malgré son prix élevé. Trois puissances sont proposées à partir du 1 991 cm3 CDI dont une version Blue Efficency du 160 CDI de 82 ch (en 3 portes seulement) qui passe de 128 g (et même 142 g avec la boîte CVT à variation continue) à 119 g sans modification des performances. Au dessus, on retrouve la version A 180 CDI développant 109 ch (137 g) et A 200 CDI de 140 ch (138 g). _

PARTAGER SUR