• Mots clés connexes
  • GPS

Les ventes de GPS explosent

Les ventes de GPS explosent

Deux études parues coup sur coup montrent à quel point les systèmes de navigation ont trouvé leur public. Même si le taux d’équipement est encore faible, les ventes progressent à un rythme plus que soutenu. Ce marché prometteur attise les convoitises. Et de nouveaux venus entrent dans la course.

- Magazine N°122
482

Les systèmes GPS autonomes remportent un vif succès. C’est l’institut GfK qui le constate dans l’une de ses dernières études. Les ventes de systèmes de navigation autonomes devraient déjà atteindre le seuil du million d’unités vendues en 2006 en France après trois ans seulement d’existence sur le marché. D’après GfK, « ces performances exceptionnelles dépassent largement la sphère de l’électronique embarquée et inscrivent ces appareils parmi les produits stars de l’électronique de loisirs ».

Les acteurs de l’after-market ont bénéficié du terrain préparé de longue date par les constructeurs automobiles pour vanter les bénéfices de la navigation routière sous forme de solutions embarquées. Il a suffi qu’ils déclinent cette offre sous la forme de solutions nomades pour véritablement convaincre le grand public et détrôner la première monte. Ainsi, sur le second trimestre de l’année, sur l’ensemble des foyers motorisés possédant un système de navigation routière,63 % déclarent disposer d’un système portable contre 37 %, un système embarqué.

Si les solutions GPS portables se déclinent à la fois sous forme de kits de navigation sur PDA, de téléphones portables et smartphones intégrant une antenne GPS, et d’appareils autonomes appelés également PND (Personnal Navigation Devices), cette dernière offre devrait générer à elle seule près de 77 % des ventes cette année en atteignant vraisemblablement le cap du million d’unités.

« L’ascension fulgurante des systèmes autonomes, commente Julien Jolivet, chef de groupe chez GfK, s’inscrit d’ores et déjà parmi les records historiques de l’électronique de loisirs en France. A titre de comparaison, il aura fallu 7 ans aux appareils photo numériques et 6 ans aux baladeurs mp3 pour franchir la barre du million d’unités annuelles vendues, contre seulement 3 ans pour les systèmes de navigation autonomes. Parallèlement, la cible visée par les acteurs de ce marché est à terme bien plus large que celle des seuls automobilistes et rejoint dans une certaine mesure le potentiel d’équipement de ces autres succès nomades ».

Même limité aux seuls foyers possesseurs d’une automobile, il convient d’admettre que le taux d’équipement en systèmes de navigation routière reste encore marginal, même s’il évolue rapidement à la hausse puisqu’il s’établit à 5,4 % au second trimestre 2006 contre 4,5 % au premier trimestre.

Une offre de plus en plus Large

Conséquence logique des perspectives à la fois très positives et durables qui se sont ouvertes au travers des systèmes GPS autonomes, de nombreux acteurs ont décidé de tenter leur chance avec ou sans légitimité sur le secteur. Au milieu de l’année 2006, GfK dénombre ainsi plus d’une centaine de produits présents en linéaire ou sur Internet, répartis sur 30 marques dont seulement 8 sont spécialisées dans la navigation GPS. Leur défi : convaincre les non-possesseurs de franchir le pas.

GfK constate une érosion importante du prix moyen puisque celui-ci a baissé de 24 % au premier semestre 2006 pour s’établir à 400 euros. En revanche, la fourchette de prix reste très large et devrait s’échelonner entre 150 et 700 euros sur l’ensemble de l’année. Le haut de gamme cohabite d’ailleurs de manière équilibrée avec les produits d’appels en s’appuyant sur des fonctionnalités avancées qui répondent aux attentes des automobilistes. Les appareils équipés d’un relais téléphone par technologie Bluetooth représentent à ce titre 52,1 % des achats sur le premier semestre. Parallèlement, malgré une part pour l’instant assez modeste (5,2 % des volumes de vente), l’info-trafic intégrée est un argument de vente de mieux en mieux compris par les acheteurs pour leurs trajets quotidiens.

Enfin, les fabricants s’intéressent de plus en plus à une utilisation de ces appareils en dehors du véhicule à la fois au travers du mode piéton, la lecture de fichiers mp3 (22 % des unités de ventes) et l’intégration progressive de contenus complémentaires (liste d’hôtels et restaurants, guides touristiques…).

TomTom en tête

Au même moment que GfK, l’institut Canalys publie également ses chiffres sur les ventes de GPS en Europe au second trimestre 2006. Ainsi, Canalys constate que les volumes de vente continuent de croître à un rythme encore plus élevé que durant le quatrième trimestre 2005, période qui avait enregistré le précédent record. Ainsi, il s’est vendu 2,5 millions de systèmes de navigation en Europe au deuxième trimestre 2006, un chiffre qui va au-delà des prévisions qui tablaient sur 2,3 millions d’unités. La progression laisse songeur puisque les ventes ont bondi de 97 % par rapport au premier trimestre 2005.

D’après Chris Jones, directeur de Canalys, « le deuxième trimestre a été calme pour de nombreux produits d’électronique grand public, mais le marché de la navigation en Europe a bénéficié du flot de consommateurs ayant acheté leurs systèmes pour partir en vacances. Le marché continue de voler de record en record et nous assistons à l’arrivée massive de nouveaux produits avec des formes de plus en plus variées, des fonctions diverses et ce, à tous les prix ».

Un plébiscite pour les systèmes autonomes

TomTom garde le leadership et s’adjuge 30,5 % de parts de marché au deuxième trimestre 2006. Malgré cette bonne performance, TomTom souffre de l’arrivée massive de nouveaux produits et laisse aux autres l’opportunité de progresser. Dans les cinq premiers acteurs, le deuxième, Garmin, réalise la plus forte croissance, ses ventes quadruplant d’une année sur l’autre. Avec 16 % de parts de marché, Garmin profite de ses efforts marketing en Europe et d’une offre de plus en plus large. Arrivé tardivement sur le continent européen, Garmin avait laissé les acteurs locaux prendre la tête du marché. C’est désormais fini : une politique prix agressive lui vaut son succès actuel. Mio Technology arrive en troisième position avec une part de marché de 9,5 % et plus de 230 000 unités écoulées. Navman et Medion se placent respectivement en quatrième et cinquième position avec 6,4 % et 6,1 % du volume total.

Une étude de Canalys a mis en évidence la baisse du marché des systèmes embarqués (- 42 % par rapport au deuxième trimestre 2005) alors que les systèmes autonomes comme le TomTom Go prennent quant à eux une place croissante. Sur les 2,5 millions de systèmes vendus au deuxième trimestre 2006, seuls 10 % sont embarqués contre 87 % pour les autonomes. Début 2005, les systèmes embarqués représentaient la moitié du marché.

Canalys constate l’arrivée de la navigation sur téléphones mobiles et smartphones, mais estime que ce segment de marché se heurte à deux difficultés : le manque d’une offre attractive avec GPS intégré et des attitudes de consommation solidement ancrées. « La plupart des opérateurs de la téléphonie mobile n’ont pas encore appréhendé le potentiel de la navigation, explique Chris Jones. Elle arrive loin sur la liste de leurs priorités. C’est une erreur car le potentiel est énorme. »

Selon Canalys, le prix moyen s’établit à 400 euros, en dépit d’une compétition de plus en plus acharnée entre les différents acteurs. Le marché continue d’attirer de nouveaux opérateurs, en particulier sur les systèmes autonomes, comme le montrent les nouveautés lancées par Becker, Blaupunkt, Packard Bell, Pioneer, VDO Dayton, Philips ou encore le fabricant Thomson. La compétition est ouverte.

Les ventes de GPS explosent