L’État passe la seconde sur les électriques et hybrides

Lundi dernier s’est tenu un séminaire sur la mise en œuvre du plan de soutien de la filière automobile, présidé par Jean-Pierre Sivignon, le chef de la mission interministérielle d'appui pour la rationalisation du parc automobile. 

442

L’occasion pour ce dernier de rappeler aux différents ministères et représentants des régions présents leur obligation d’intégrer au prochain renouvellement de leur flotte 25% de modèles électriques ou hybrides.

Une mesure prise dans le cadre du plan de soutien à la filière automobile, complétée par l’instauration en juillet dernier d’un bonus écologique de 7 000 euros pour l’achat d’un véhicule électrique, auquel sont aujourd’hui éligibles les entreprises et des acheteurs publics.

Afin d’aider les ministères et les régions à atteindre cet objectif, Greenovia, filiale de La Poste et cabinet de conseil en matière de transport et mobilité, accompagnera les ministères et régions volontaires dans leur démarche d’introduction de ce type de motorisations dans leurs parcs.

Un suivi qui se concrétise d’abord par une définition des usages des différents acteurs. « Sur la base de cet état des lieux, nos conseillons sur le choix des modèles et le type d’infrastructures de charge en adéquation avec les besoins des clients », a expliqué Vanessa Chocteau, directrice générale de Greenovia.

Objectif de cette accompagnement : mettre la machine en marche. « Nous souhaiterions qu’au moins 3 ou 4 acteurs au niveau régional et autant au niveau central entament cette démarche de pilotage. Et ceci avant la remise au premier ministre fin janvier 2013 du rapport sur plan d’action de soutien de la filière automobile», a détaillé Jean-Pierre Sivignon.

PARTAGER SUR