Lexus ES full hybrid 218 ch : agrément de conduite en hausse

Fruit d'un restylage, la Lexus ES full hybrid 218 ch dispose de suspensions revues, pour un confort encore plus moelleux.
972
Lexus ES

La Lexus ES full hybrid 218 ch est une réussite. Tant pour les matériaux de l’habitacle que pour le soin apporté à la fabrication et à la présentation. Rappelons qu’il y a tout juste trois ans, la grande berline statutaire Lexus ES inaugurait la nouvelle plate-forme TNGA-K. Cette dernière se destine aux grands modèles du groupe Toyota : Lexus NX, Toyota RAV4 ou encore Camry.

Ce restylage de la Lexus ES a notamment porté sur la calandre toujours plus béante et ses phares plus effilés. Il a aussi amélioré l’agrément de conduite et le confort de roulage. Pour ces deux derniers points, le paramétrage affiné de la direction assistée gomme le manque de précision, observé jusque-là, autour du point milieu. De plus, les suspensions arrière recalibrées renforcent le maintien de caisse sur les routes européennes en creux et bosses. Avec à la clé un amortissement plus confortable.

Pour la Lexus ES full hybrid 218 ch, comptez 50 490 euros TTC

Cependant, notons quelques bémols. À ce niveau de gamme et de prix (à partir de 50 490 euros TTC en traction), l’épaisseur du feutre de plancher de coffre mériterait plus que 2 mm. En outre, l’habillage du dessous de la plage arrière, visible dans le coffre, est impératif. En effet, il sert à cacher les câbles des hauts parleurs et la tôle peinte.

Sous le capot, pas de modifications pour le full hybrid HEV de 218 ch et 423 Nm au maximum. Cette motorisation se compose du 2.5 essence à cycle Atkinson de 178 ch, et d’un moteur électrique de 120 ch. Avec une conduite tranquille, ce groupe motopropulseur fait son office sans renâcler à la tâche. Mais sa puissance demeure un peu limitée pour une berline de 4,97 m de longueur et de1,7 t à vide.

Ainsi, dans les dépassements et les reprises sur autoroute, ce moteur montre ses limites. Sa consommation s’envole alors à plus de 8 l/100 km. Mais le modèle se fait frugal sur les routes avec 6,0 l, voire moins de 5,0 l en ville. D’où son succès auprès des professionnels du transport de personnes, taxis, VTC et voitures de maître, car son CO2 reste homologué à 119 g. Ce qui lui ouvre l’exonération de TVS sur trois ans.