Lexus IS 300h Business : l’hybride en mode haut de gamme

Avec son design audacieux, ses prestations énergétiques et son TCO, l’IS 300h de Lexus veut séduire les entreprises et faire oublier le diesel.

- Magazine N°192
1183

L’hybride comme alternative au diesel sur le marché premium : telle est la stratégie de Lexus pour séduire les flottes.

Ainsi, la nouvelle IS est uniquement proposée avec une motorisation « full hybrid » essence dans sa version Business. Une formule pleine d’avantages. À commencer par le gros bonus écologique de 4 000 euros qui permet d’afficher un tarif (37 500 euros) compétitif face à la concurrence.

Le bilan CO2 ensuite, à 99 g/km seulement, fait aussi bien que la technologie hybride diesel de PSA. Et avec sa berline premium, Lexus annonce encore des économies potentielles de 5 000 euros en trois ans sur l’entretien du véhicule par rapport à des modèles thermiques équivalents, soit des coûts d’utilisation divisés par trois !

Bien placée en TCO donc, l’IS 300h se veut aussi séduisante avec ses lignes tendues et ses optiques avant ciselées, quoiqu’un peu torturées. Un design racé et statutaire qui n’a rien à envier aux rivales allemandes. L’intérieur fait aussi belle impression avec une planche de bord à double étage, très technique mais ergonomique et bien finie.

Au volant, le conducteur a la sensation agréable de faire corps avec la voiture. Si l’espace à bord reste confiné, les passagers arrière ont juste assez de place aux jambes grâce à la forme en creux des dossiers des sièges avant. Et l’intégration de la batterie sous le plancher a préservé un volume de coffre correct.

Une berline premium

Mais Lexus a surtout voulu faire de cette IS 300h une berline musclée et plaisante à conduire, avec comme point de repère la BMW Série 3. Le comportement privilégie donc le ressenti de la route à travers des suspensions fermes mais confortables et une direction précise. En revanche, la motorisation hybride n’apporte pas de réel agrément dynamique, malgré la présence de palettes au volant, d’un mode Sport et d’un amplificateur de son. Les 223 ch semblent quelque peu étouffés par l’inertie de la transmission à variation continue ECVT et le poids de l’auto, plus de 1,6 tonne. Comme pour tous les hybrides, le silence et la douceur restent finalement le plus appréciable, plus que les accélérations.

Quant à la consommation réelle, autour de 7 l/100 km durant notre essai en partie montagneux, elle s’avère convaincante.

Notre avis

BIEN

• Bilan énergétique
• Positionnement en TCO
• Design statutaire

À REVOIR

• Agrément mécanique
• Espace à bord
• Poids élevé

PARTAGER SUR