L’Île-de-France annonce la sortie du diesel et de la motorisation thermique

Le 7 juin, la région Île-de-France a présenté sa nouvelle stratégie air-énergie-climat qui prévoit notamment une sortie progressive du diesel dès 2025, et de l’ensemble des motorisations thermiques dès 2030.

2231
strategie Île-de-france

Cette stratégie vise la réduction de 20 % de la consommation énergétique régionale entre 2018 et 2030, et la multiplication par deux de la quantité d’énergie renouvelable produite en Île-de-France. Des évolutions qui passeront notamment par plusieurs mesures dans le secteur de la mobilité.

L’Île-de-France prévoit ainsi une sortie du diesel en deux temps : à Paris et à l’intérieur du périmètre de l’A86 dès 2025, et pour l’ensemble de la grande couronne en 2030. Même chose pour les motorisations thermiques : elles seront bannies de ces deux zones respectivement en 2030 et 2040. Jean-Philippe Dugoin-Cément, vice-président du conseil régional, a toutefois précisé que des dérogations seraient établies si nécessaire pour les véhicules d’urgence.

Des aides à l’achat pour les pros

En parallèle, la région soutiendra le développement du covoiturage, du vélo et de la marche à pied, dans la lignée notamment de l’opération « Tous ensemble pour le covoiturage ». Elle poursuivra également la rénovation des trams, bus, trains, métros et RER pour réduire leur consommation et leur impact environnemental, portée par exemple par le plan Bus2025. En outre, les aides à l’achat de véhicules à faibles émissions pour les professionnels seront maintenues. Et la création d’une écotaxe pour les poids lourds en transit est envisagée. La région parie aussi sur le développement des « routes intelligentes »

Un investissement de 500 millions d’euros

Afin de mettre en places ces mesures, l’Île-de-France s’est engagée à investir 500 millions d’euros d’ici 2030, dont 150 millions d’ici 2021.

Et la région se projette même plus loin : « En 2050, nous voulons tendre vers une région zéro carbone et 100 % énergies renouvelables grâce à la diminution de 40 % de la consommation énergétique régionale et la multiplication par quatre de la quantité d’énergie renouvelable produite sur le territoire francilien », a d’ores et déjà annoncé la présidente de la région Valérie Pécresse.

PARTAGER SUR