• Mots clés connexes
  • VUL

L’insolente croissance des ventes d’utilitaires !

L’insolente croissance des ventes d’utilitaires !

En France comme en Europe, les ventes de véhicules utilitaires n’en finissent pas de croître. En France, ils constituent un parc de près de 6 millions de véhicules. Pour quoi une telle progression ?

- Magazine N°128
485

Plus de deux millions de ventes en Europe, contre 1 300 000 il y a dix ans. Année record avec plus de 440 000 ventes en France en 2006 sur un marché qui a longtemps stagné largement au dessous des 400 000 unités… Pour parvenir à 444 000 ventes en France l’année dernière, c’est une croissance de 4,8 % du marché qui a été enregistrée. Et désormais, les utilitaires légers représentent 15 % du parc total roulant en France, ce qui représente une flotte de près de 6 000 000 d’unités. Visiblement, les véhicules utilitaires prennent leurs aises et les marques françaises – qui n’ont pas été les dernières à répondre à ce mouvement – tiennent leurs positions. Renault par exemple occupe 34,3 % du marché en France et 14 % en Europe. En France toujours, les marques françaises occupent presque 70 % de part de marché.

Comment cependant expliquer l’insolente santé de l’utilitaire ? Tous les constructeurs ont une raison. La plus avancée tient aux échanges économiques en Europe et, depuis dix ans, au rôle d’Internet qui a engendré la multiplication des échanges, des réapprovisionnements et des livraisons. En attendant, les ventes battent des records et poursuivent leur incroyable progression.

Fiat veut gagner 1 point de part de marché

En France, indique Christophe Bertoncini, Directeur de Fiat Utilitaires, « Les ventes sont encore en hausse ; + 3 % à la fin du mois de mars alors que l’on s’attendait plutôt à une certaine stabilité. » Pour le nouveau responsable de Division VU de Fiat, l’année dernière a été marquée par la grosse actualité des constructeurs d’utilitaires et par les multiples lancements de nouveaux véhicules. « De plus, le renouvellement des véhicules s’accélère et cela vaut aussi pour les utilitaires désormais. Le véhicule utilitaire a aussi beaucoup changé, il représente l’image de l’entreprise son statut. Dès lors les taux de renouvellement deviennent plus courts, notamment pour les commerçants. »

Avec 25 000 véhicules immatriculés l’an passé et 30 000 en objectif, Fiat VU veut en tout cas progresser. « Fiat VU n’est pas assez bien représenté en France, précise Christophe Bertoncini. Nous avons la gamme la plus jeune du marché et seulement 5,5 % de part de marché. Nous voulons gagner un point de pénétration cette année. Les nouveaux Scudo et Ducato lancés l’an passé devraient nous y aider tout comme le pick-up que nous allons lancer cette année, ainsi que le Mini Cargo qui apparaîtra au cours du second semestre. »

Pour d’autres constructeurs comme Nissan, la raison de la progression des ventes l’année dernière a essentiellement été le fait du passage des véhicules utilitaires aux normes Euro 4 de pol- lution. Et la marque nippone estime que le marché devrait encore progresser de + 5 % en 2007. Toutefois, chez Renault on estime que cette évolution des normes n’a pas provoqué véritablement de heurts l’an passé. Il faut sans doute souligner toutefois que 2006 a vu les constructeurs renouveler leurs motorisations pour les mettre en conformité avec la législation européenne en matière de pollution et, dans le même mouvement, ils ont aussi été nombreux a renouveler leur gamme de matériel (1).

La capacité d’un utilitaire, le confort d’une berline

« La plupart des constructeurs ont renouvelé leur offre, entraînant sans doute le marché à la hausse par l’effet de l’offre », expliquent les responsables de Ford véhicules utilitaires. « On constate aussi une croissance forte sur certains segments tels que celui des camping-cars. Enfin, la conjoncture économique ne semble pas ralentir les PME. Cette évolution du marché est très nette et nous en bénéficions à plein avec le nouveau Transit élu véhicule utilitaire de l’année 2007 et notre réseau spécialisé Ford Utilitaires. »

Dans le même temps, de nombreux constructeurs avouent aussi que la guerre des remises fait rage désormais dans l’univers des ventes d’utilitaires ; de quoi déclencher l’acte d’achat dans les entreprises. Autre donnée majeure, retenue par des constructeurs tels que Toyota, la qualité et le confort des nouveaux utilitaires. Et beaucoup de constructeurs reconnaissent comme lui que les VU n’ont plus à rougir en matière de confort et de sécurité par rapport à certaines berlines. Pour Laurent Balayer, responsable des ventes aux sociétés de la marque, « L’offre des constructeurs est importante, diversifiée et de qualité ; les modèles allient désormais le confort d’un VP et la capacité d’un VU. Le nouveau Toyota Hiace répond à cette demande. » En attendant, chez Toyota aucun nouvel utilitaire n’est prévu pour le moment. Le futur «Kangoo» de Toyota prévu pour 2010 aura même un an de retard. De son côté, Philippe Peyrard, Directeur des ventes sociétés et des véhicules utilitaires, attribue « la croissance des ventes d’utilitaires à l’activité économique en progression, notamment le BTP et ses dérivés qui connaissent une surchauffe. Par ailleurs, le développement des courses via Internet favorise les livraisons groupées à domicile dans les villes avec de petit utilitaires. » Résolument optimiste, le responsable de GM envisage une croissance des ventes d’utilitaires cette de 3,5 % ; soit 15 000 véhicules de mieux que l’an passé.

L’impact des marques étrangères

Mais chez Peugeot, on se veut lucide. A l’examen des statistiques d’immatriculations, Franklin Langlois-Berthelot, Directeur de Peugeot Parc Alliance, constate que « La croissance du marché VU est due à l’arrivée de marques étrangères qui n’étaient pas auparavant présentes sur le marché français avec des offres complètes sur l’ensemble des segments. » Il faut noter également, précise le patron de PPA, « que sur ce marché français de l’utilitaire en évolution de 5,2 %, les marques françaises évoluent de 3 % et les étrangères de 8,5 %. Enfin, constate-t-il, un bon nombre de véhicules VP transformés et immatriculés en VU sont venus fortement impacté le marché VU. » Et Franklin Langlois-Berthelot, comme son homologue de Citroën, estiment l’un et l’autre, que, de façon moins accentuée que ces deux dernières années, les ventes d’utilitaires vont pourtant encore progresser en 2007.

Pour les responsables de la marque aux chevrons aussi, la croissance du marché l’an passé trouve sa source dans « la richesse de l’offre et le renouvellement de nombreux modèles, mais également dans les bons résultats des dérivés fiscaux (ceux-ci représentent un tiers du marché des utilitaires). » Chez Citroën, on a noté aussi ces derniers mois « l’émergence de nouveaux produits importés ainsi qu’une rotation des parcs VU plus régulière désormais dans les flottes . » Mais, comme le souligne la marque, « ce marché a été très sollicité commercialement par les constructeurs ».

(1) Il en est allé ainsi du Ford Transit, des Peugeot Boxer et Partner, des Citroën Jumpy et Jumper, des Fiat Ducato et Scudo, du Mercedes Sprinter, du Nissan Cabstar, du VW Crafter tandis que les Renault Trafic et Master, le Daily Iveco étaient pour leur part reliftés.

L’insolente croissance des ventes d’utilitaires !

PARTAGER SUR