LLD : Comment renouveler les services ?

« Un dossier sur les nouveaux services des loueurs longue durée ? Pourquoi choisir un tel sujet, vous feriez mieux de changer de thème ». Cette réflexion d’un éminent acteur du marché automobile français en dit long sur le scepticisme ambiant qui règne à propos de cette thématique.

- Magazine N°142
405

Est-il encore possible d’innover sur un marché de plus en plus mature ? Comment faire la différence entre loueurs et fournisseurs des entreprises ? Faut-il d’ailleurs lancer des services trop sophistiqués qui ne collent pas forcément aux attentes des gestionnaires ?

Il est vrai que le dernier baromètre de l’OVE sur le panorama européen du véhicule d’entreprise «douche» quelque peu les enthousiasmes. Il souligne en effet qu’il y a « peu de changements » dans le domaine des « services associés » d’une année sur l’autre. « Les services constituent désormais une partie intégrante des contrats de LLD. Peu de changements ont été observés dans leur répartition, avec la maintenance et l’assistance quasi incontournables. » Filip Van Mullem, directeur du cabinet-conseil en gestion de flottes Fleet Logistics n’y allait pas par quatre chemins lorsqu’il affirmait à Flottes Automobiles (N°140) que « les services proposés par les loueurs sont à 90 % les mêmes et ce, quel que soit le fournisseur concerné. La différence va se faire sur la qualité du service rendu. » Les intéressés sont bien conscients que leur pouvoir créatif a atteint certaines limites. « On ne va pas réinventer l’eau chaude », souligne un loueur avec humour.

Pour autant, le panorama que nous vous présentons dans ce dossier prouve que, cette année encore et malgré une conjoncture assez délicate, il y a toujours de nouvelles solutions sur le marché. L’explosion de la fiscalité verte, le déploiement d’actions concrètes de développement durable et « la montée des périls » qui ont pour noms hausses des taux d’intérêt, flambée des prix du carburant, tensions sur les valeurs résiduelles et ralentissement économique, ouvrent de nouveaux horizons à la profession. Comme le souligne Eric Vallin, en charge du marketing au sein du SNLVLD (Syndicat national des loueurs de véhicules longue durée), dans l’avenir la différence se fera sans doute sur la capacité à offrir toujours plus de conseils à des gestionnaires qui ont besoin de réaliser des économies. Finalement, l’approche TCO (Coût total de détention) sera peut-être le fer de lance de la profession et son «booster» des prochaines années.