L’objectif des 95 g voté par les députés européens

À l’heure actuelle, 25 % des émissions de CO2 en Europe proviennent des véhicules. Une proportion qui ne fait que croître au fil des années : entre 1990 et 2008, les émissions en provenance des transports routiers ont augmenté de 26 %.

471

C’est dans ce contexte que les députés européens, réunis en session plénière, ont validé la proposition du Conseil européen proposant la réduction des émissions de CO2 à 95 g en moyenne d’ici 2020 pour les véhicules neufs. Un objectif, qui représente une économie de 15 millions de tonnes d’émissions de CO2 par an, selon les calculs du parlement européen.

Afin d’encourager les constructeurs à concevoir des modèles moins polluants, cette proposition met en place un système d’incitations : pour tout véhicule émettant moins de 50 g, un constructeur pourra bénéficier de super-crédits donnant à ces modèles un poids plus favorable dans le calcul du taux de grammage moyen. Un véhicule émettant moins de 50g/km comptera ainsi pour 2 voitures particulières en 2020, pour 1,63 VP en 2021, pour 1,33 VP en 2022, et pour 1 VP en 2023. Un dispositif valable pour la période 2020-2022. À noter qu’en cas de non-respect de leur objectif, les constructeurs devront payer une amende pour chaque g/km émis au-delà de la limite.

Pour entrer définitivement en vigueur, cet accord doit encore être approuvé par le Conseil des ministres.

PARTAGER SUR