Location longue durée : 2012, une année en questions

C’est une nouvelle année de progression qu’a signée la location longue durée en 2011 : ainsi, les adhérents du SNLVLD géraient, fin décembre dernier, un parc de plus de 1,4 million de véhicules en LLD et en fleet management.

- Magazine N°177
664
Location longue durée : 2012, une année en questions

Et en 2011 toujours, la LLD a représenté 423 000 mises à la route, soit une hausse de 8,3 %. Avec ce constat : alors que les particuliers réduisent leurs achats faute d’incitation fiscale, les constructeurs ne peuvent plus se passer de la clientèle des flottes.

Si la LLD a sauvé son année 2011, l’environnement économique fait peser de nombreuses questions sur ses marges de développement en 2012. Le SNLVLD table pourtant sur une nouvelle augmentation du parc à la route de 3 % environ. Mais qu’en sera-t-il des durées d’allongement des contrats ? Autre interrogation, comment évolueront les valeurs résiduelles des véhicules en fin de contrat, et plus généralement le marché de l’occasion ? Pour l’instant, les loueurs restent confiants, tout en reconnaissant que le marché peut se retourner.

Dans un contexte où le prix du carburant bat des records et où les entreprises s’interrogent de plus en plus sur leur stratégie de mobilité, les loueurs longue durée font face à plusieurs défis : fournir toujours plus de conseil aux clients sur l’optimisation de la gestion de leur parc dans le cadre du TCO ; accompagner le développement des véhicules propres et notamment électriques au sein des flottes, tout en affinant la politique de valeurs résiduelles sur ce segment novateur.

Un signe en tout cas ne trompe pas : jamais la LLD n’a séduit autant les constructeurs. Aux côtés des loueurs multimarques – et souvent avec leur concours –, ils déploient leurs propres offres de financement avec services aux entreprises. Pour eux, c’est bien dans cette direction que réside la croissance. Ce dossier se conclut par un reportage sur la flotte du centre hospitalier de Valenciennes, récemment passée à la LLD : l’avenir reste ouvert.

PARTAGER SUR