Location longue durée : – 22,21 % en octobre 2021

En octobre 2021, le marché des véhicules légers immatriculés en location longue durée a reculé de 22,21 % par rapport à octobre 2020, selon le Sesamlld. Et les motorisations « vertes » ont creusé leur trou.
891
Location longue durée octobre 2021
Source : Sesamlld

« Le marché automobile global a reculé de 33,1 %. Plus flexible, le marché de la location longue durée a gagné du terrain. Il a réalisé une jolie performance en octobre 2021, puisque les immatriculations en LLD ont représentent 30,5 % des immatriculations totales contre 27,4 % en octobre 2020. » Voici le bilan tiré par le Sesamlld pour les immatriculations de véhicules en LLD en octobre 2021 comparé à octobre 2020.

Des immatriculations en baisse

Si le marché de la LLD a effectivement gagné en part de marché par rapport au marché automobile dans sa globalité, il a en revanche reculé de 22,21 % en nombre d’immatriculations : de 55 394 véhicules légers (VP, VU, VS) en octobre 2020, à 43 088 véhicules en octobre 2021. Pour mémoire, en septembre 2021, 43 123 véhicules avaient été immatriculés en LLD, soit déjà un repli de 20,71 % par rapport à septembre 2020 (54 384 immatriculations). La baisse se poursuit donc, en grande partie attribuable aux difficultés des constructeurs à répondre aux commandes du fait de la crise des semi-conducteurs.

Autre chiffre avancé par le syndicat des loueurs : 61,8 % des véhicules d’entreprise ont été immatriculés en LLD en octobre 2021, contre 57,7 % des véhicules en septembre de la même année (hors LCD, véhicules de démonstration et véhicules constructeurs).

Le diesel à la peine…

Autre évolution notable et qui se confirme de mois en mois : la place accrue des motorisations « vertes ». Pris entre une fiscalité de moins en moins attractive et un accès de plus en plus limité aux centres urbains, le diesel ne cesse en effet de perdre du terrain sur le marché de la LLD. En octobre 2020, le diesel représentait ainsi 61,84 % de ce marché (34 254 immatriculations) ; il est descendu en octobre 2021 à 41,09 % de part de marché (17 705 immatriculations).

Autre motorisation thermique un peu moins chahutée (pour l’instant), l’essence bénéficie de cette glissade du diesel et voit sa part de marché passer de 23,19 % à 27,79 % d’octobre 2020 à octobre 2021, mais reculer en termes d’immatriculations, de 12 844 à 11 976.

… face aux véhicules électrifiés

Ce qui n’est pas le cas de l’autre grand gagnant du recul du diesel : le véhicule électrifié, 100 % électrique ou hybride rechargeable, qui bondit de 9,20 % à 18,43 % de part de marché, soit de 5 098 à 7 941 immatriculations. Pareillement portés par une fiscalité attractive, les véhicules hybrides (non rechargeables donc) voient leur part de marché passer de 5,59 % (3 099 immatriculations) à 11,06 % (4 764 immatriculations) sur la même période.

Enfin, les énergies alternatives tels le GNP ou le GNV se font une petite place au soleil, de 0,18 % (99 immatriculations) de part de marché en octobre 2020 à 1,63 % en octobre 2021 (702). Des modèles également soutenus par une fiscalité favorable mais aussi par une offre croissante de modèles.