Lodgewood convertit ses camions à l’« Hydrogen as a Service »

Pour réduire de 40 % ses émissions de CO2, le transporteur canadien Lodgewood Entreprises fait rétrofiter ses douze poids lourds en bicarburation hydrogène + diesel.
402
Lodgewood
Testé sur 200 000 km, le camion rétrofité à l’hydrogène + diesel peut tracter 63,5 t sur 1 000 km.

Arlène Gagne, la présidente du transporteur canadien Lodgewood Enterprises, a converti gratuitement sa flotte à l’hydrogène en recourant aux services d’Hydra Energy. Fournisseur d’hydrogène produit par Chemtrade en tant que service (HaaS), Hydra Energy a consacré les aides publiques canadiennes à développer un kit de conversion de moteurs de camion, qui propulse ceux-ci avec un mélange hydrogène comprimé + diesel. Ce kit est accessible contre l’engagement du transporteur à devenir client en hydrogène d’Hydra Energy sur le long terme.

1 000 km d’autonomie en H2 + diesel

Hydra Energy a testé son moteur à bicarburation sur 200 000 km. Il est basé sur un collecteur d’injection d’hydrogène installé en ligne avec l’admission d’air, pour produire un mélange d’hydrogène et d’air envoyé dans le bloc moteur en même temps que le diesel. Le moteur bicarburant réduit ainsi de 40 % ses émissions de CO2 tout en conservant sa puissance et son couple. La bicarburation étant réversible, Hydra Energy prend en charge le rétrofit du camion et la fourniture d’une station hydrogène, et assure un prix de l’hydrogène inférieur à celui du gazole pour inciter les transporteurs à en consommer. Le camion est cependant limité à un surpoids de 1 000 kg de bonbonnes d’hydrogène, ce qui réduit à 1 000 km son autonomie H2 + diesel.

Hydra Energy finance le rétrofit du camion et fournit l’hydrogène et la station de recharge.

Des camions plus verts et un carburant moins cher

Pour Jessica Verhaegen, P-DG d’Hydra, ce rétrofit partiel des camions répond néanmoins « à la campagne du Canada en faveur d’émissions nulles de GES d’ici 2050 en réduisant ces émissions de 67 t par camion et par an. Notre modèle commercial « Hydrogen as a Service » et notre rétrofit des camions prouvent que le camionnage à hydrogène évolutif et à prix abordable est une réalité. »

Pour Lodgewood, Arlène Gagne en convient : « En tant que gestionnaire de flotte, cela a été une décision facile d’adopter la technologie de bicarburation hydrogène + iesel d’Hydra pour réduire les émissions du camion sans affecter ses performances, la garantie et l’expérience du conducteur. Notre flotte convertie devrait réduire nos émissions de CO2 de plus de 800 t par an et attirer une génération de conducteurs soucieux de l’environnement. Nous avons aussi réduit nos coûts de carburant dans le processus. »

Pour Arlène Gagne (en photo), dirigeante de Lodgewood, le rétrofit de ses camions à la bicarburation est un atout économique et écologique qui attirera les conducteurs.

5,7 mégatonnes de CO2 en moins d’ici 2030

La motorisation et l’installation des bonbonnes entre la cabine et la sellette limitent l’usage du rétrofit aux camions de classe 8 Volvo, Mack, Freightliner, Western Stars et Peterbilt utilisant des moteurs Paccar ou DD15 et DD16. Mais l’organisme Navius Research estime que la généralisation de ce rétrofit et la pratique du HaaS réduiraient les émissions de GES du transport canadien de 5,7 mégatonnes de CO2 d’ici 2030.

L’implantation des bonbonnes d’hydrogène derrière la cabine limite le rétrofit aux camions de classe 8 ayant un espace de 74 cm entre l’arrière et la sellette.
PARTAGER SUR