L’offre diesel des constructeurs sur le marché français

Après la baisse début 2006 sur les immatriculations diesels en France, le marché du diesel a retrouvé par la suite des couleurs et la part globale des véhicules roulant au gazole est même remontée l’année dernière à plus de 71 %.

- Magazine N°126
570

La mise en place de la nouvelle réglementation et de la fiscalité afférente prenant en compte les niveaux de pollution en CO2 avait jeté le trouble chez les constructeurs peu préparés et les clients, mal informés. Aujourd’hui, tout est rentré dans l’ordre et l’ancien pallier des 7 CV s’est bien vite transformé en « barre des 161 g/km de CO2 » qui vous fait passer dans une taxation plus lourde. Et les constructeurs ont vite fait de recalibrer leur carte d’injection pour se placer, quand la limite n’était pas loin, dans la catégorie juste inférieure. A titre anecdotique, voyez la Dodge Caliber 2. 0 CRD 140 ch avec son moteur d’origine Volkswagen qui vient de «redescendre» à 7 CV en passant de 161 g à 160 g. Et comme les émissions de CO2 sont directement proportionnelles à la consommation, sachez que ce basculement se situe au delà de 6,0 l/100 km de gazole. A 6,1 l/100 km, toute la fiscalité double… au minimum. Pour ne pas alourdir le texte, nous vous indiquons pour chaque modèle la consommation mixte normalisée (l/100 km), le niveau d’émission de CO2 (g/km) et la puissance administrative (CV) qui en découle sans repréciser à chaque fois les unités utilisées. Pour chaque segment nous vous proposons un podium « coup de coeur » tout à fait subjectif prenant en compte tout de même le rapport prestations globales/prix.

Comme chaque année, ce vaste panorama ne prétend pas à l’exhaustivité – ce serait impossible – et pour chaque segment, il s’agit des meilleures ventes (douze premières de chaque segment en 2006 en France en VP), hors coupés, cabriolets, tout-terrain, SUV 4×4 et haut de gamme-luxe (H1/H2) que nous publierons prochainement.

I. Petites Urbaines (B1)

Si la Renault Twingo tire sa révérence cette année, elle reste la meilleure vente du segment, même sans moteur diesel. Les gestionnaires de flottes vont donc se réjouir de sa remplaçante, prévue en juin, puisqu’elle sera enfin emmenée par le 1. 5 dCi de 70 ch. Elle fera donc encore plus d’ombre à ses trois challengers que sont la triplette commune Toyota Aygo, Citroën C1 et Peugeot 107. Déjà armées d’un diesel, celui de PSA, le 1. 4 HDi de 54 ch, elles risquent tout de même de souffrir ! Propre, sobre mais d’une puissance limitée, il s’affiche à 3 CV pour une consommation mixte de 4,1 l/109 g. Précisons que la Renault Twin- go sera aussi disponible en 3 ou 5 portes, à l’image des trois soeurs PSA-Toyota.

De taille supérieure mais toujours «indexée» sur la longueur des petites urbaines (3,75 m), la Toyota Yaris de deuxième génération rencontre un grand succès et ravit le pion des immatriculations à la Citroën C2. Elle s’équipe du 1. 4 D-4D «maison» de 90 ch (4,5 l/ 119 g/4 CV) et présente l’avantage d’être disponible en 3 et 5 portes. Ce que ne peut faire la C2 qui en reste à 3 portes et un coffre et/ou deux places arrière (l’un «neutralisant» l’autre. . . ). Sous le capot de cette dernière, le 1. 4 HDi est proposé en 70 ch (4,3 l/113 g/ 4 CV) mais pas en 90 ch. Dommage !

Outre ces offres franco-nipponne, on retrouve la toujours compétitive Fiat Panda, en 5 portes uniquement pour le coup, mais avec un pétillant et performant 1. 3 Multijet de 70 ch (4,3 l/114 g/4 CV). Sachez qu’elle est la seule du segment à proposer une version 4×4.

Pointe juste derrière, la brésilienne Volkswagen Fox qui fait un bon démarrage avec son 1. 4 TDI de 70 ch, trois cylindres à la sonorité particulière (surtout en diesel !) mais qui n’est pas des plus propres : 4,9 l/132 g/4 CV. Citons aussi un bel effort de Kia qui propose sur sa petite Picanto un 1.1 CRDi de 75 ch plutôt sobre 4,4 l/116 g/4 CV. Quant à la Smart, elle vient juste d’être renouvelée tout en grossissant sensiblement (+ 20 cm) mais elle conserve ses motorisations dont le 3 cylindres diesel 45 ch/3,5 l/90 g.

II. Polyvalentes (B2)

A) Berlines

Un segment où le standard de la longueur totale est de 4 mètres, pas moins. Habitabilité et prestations de catégorie supérieure, ces «petites» polyvalentes réussissent aussi à prendre de l’embonpoint sans consommer plus. Derniers exemples, le renouvellement des deux principales concurrentes que sont la Renault Clio III et son éternelle rivale 207.

La première caracole en tête des ventes et s’offrent trois puissances en diesel à partir du 1. 5 dCi : 70 ch/4,6 l/123 g/4 CV,85 ch/4,4 l/ 117 g/4 CV et 105 ch/4,6 l/123 g/5 CV. . . en attendant plus !

La Lionne n’est pas en reste avec deux blocs et trois puissances : 1. 4 HDi 70 ch (4,5 l/ 120 g/4 CV) et 1. 6 HDi de 90 ch (4,5 l/120 g/ 5 CV) ou 110 ch (4,8 l/126 g/6 C)V. On y ajoutera la vénérable Citroën C3 qui est équipée des mêmes motorisations diesels mais qui se révèle plus sobre en raison de son poids (1,0 t environ) et de ses dimensions (3,90 m) correspondant aux standards du début du siècle : elle est née à l’été 2001 ! Le 1. 4 HDi de 70 ch est à 4,4 l/115 g/4 CV, le 1. 6 HDI de 92 ch à 4,4 l/118 g/5 CV et en 110 ch à 4,5 l/120 g/ 6 CV. Au bilan, quel que soit le modèle choisi et la puissance, le 1. 5 dCi Renault et les HDi de PSA sont des maître-étalons pour la concurrence en raison d’une grande souplesse d’utilisation, d’un bon niveau sonore et d’une frugalité réelle. Précisons par ailleurs que la Renault Clio II et la Peugeot 206 sont toujours au catalogue pour le plus grand bonheur des flottes et des loueurs à des prix compétitifs et toujours proposées en diesel (Clio 1. 5 dCi 70 ch et 206 1. 4 HDi 70 ch et 1. 6 HDi 110 ch).

Bonne pioche pour le groupe Ford qui bénéficie des atouts des moteurs diesels Peugeot pour ses modèles grâce à son accord avec PSA. La Fiesta en est la première bénéficiaire avec le 1. 4 TDCi de 68 ch/4,5 l/119 g/4 CV ou le 1. 6 TDCi en 90 ch/4,4 l/116 g/5 CV mais elle commence à vieillir malgré un restylage l’année dernière.

Née aussi en 2002, la Volkswagen Polo reprenait elle le «standard» de l’époque en longueur : 3,92 m qui paraissent bien étriqués aujourd’hui. Tout aussi datées, les motorisations diesels avec leur injecteurs pompes font sonner les trompettes de Jericho à chaque accélération, surtout dans une petite voiture mal insonorisée. Le 1. 4 TDI y ajoute le son de crécelle de ses trois cylindres : 70 ch et 4,5 l/ 122 g/4 CV ou 80 ch et 4,4 l/119 g/ 5 CV. Notez qu’une version Blue Motion permet de descendre à 3,9 l/102 g/4 CV avec le 80 ch grâce à une 4e et une 5e ultra-longues, quelques artifices aérodynamiques et d’allégement des équipements. Le 1. 9 TDI est proposé lui aussi en deux puissances : 100 ch pour 4,9 l/132 g/6 CV et, hors normes, en 130 ch et 5,2 l/140 g/7 CV.

La Polo prête ses moteurs (et sa plateforme) à ses deux soeurs industrielles que sont la Seat Ibiza et la Skoda Fabia récemment renouvelées entièrement. Même remarque concernant le caractère si particulier des TDI de VW, Seat y ajoutant même une version boostée du 1. 9 l à 160 ch/5,4 l/146 g/ 7 CV pour sa Cupra… mais pas de TDI Blue Motion pour la fougueuse ibérique. Plus sages, les 1. 4 TDI 70 ch/4,7 l/127 g/4 CV ou 80 ch/4,6 l/124 g/5 CV. En revanche, comme pour la Polo, le 1. 9 TDI est toujours vaillant avec ses 100 ch/4,9 l/132 g/6 CV ou très vaillant avec 130 ch/4,3 l/140 g/7CV.

La Tchèque Fabia n’est pas mieux lotie quoique l’ensemble de la prestation soit plus homogène à un prix très compétitif (lire essai par ailleurs). Cette nouvelle génération atteint la maturité et reprend le 1. 4 TDI en 70 ch/ 4,8 l/127 g/5 CV et 80 ch/4,6 l/120 g/5 CV ainsi que le 1. 9 TDI en 105 ch/4,9 l/129 g/6 CV.

Datant de l’accord, rompu depuis, entre General Motors et Fiat, la Grande Punto et la récente Opel Corsa partagent plate-forme et motorisations. L’Italienne se contente du 1. 3 Mjt en 75 ch/4,7 l/123 g/4 CV et 90 ch/4,6l/ 122 g/5 CV complété par le tonique 1. 9 Mjt 120 ch/5,6 l/149 g/5 CV ou 130 ch/5,8 l/154 g/ 7 CV. Opel reprend le 1. 3 CDTI en 75 ch (4,6 l/124 g/4 CV) et 90 ch (4,6 l/124 g/5 CV) mais y ajoute un turbodiesel de son cru : le 1. 7 CDTI de 125 ch (4,8 l/130 g/7CV) en lieu et place du 1. 9 l. Mais l’une comme l’autre affichent de très bonnes prestations pour des prix mesurés. Précisons que Fiat garde au catalogue sa Punto en 3/5 portes avec le 1. 3 Mjt de 70 ch.

Née en 2003, prestement restylée et corrigée en insonorisation entre autres dès 2006, la Nissan Micra est la remière nippone de la catégorie, bien que totalement européenne par ses gênes (plate-forme Clio III) et sa fabrication britannique. . . Sous le capot, c’est sans surprise que l’on retrouve le 1. 5 dCi en 68 ch (4,8 l/128 g/4 CV) et 86 ch (4,7 l/125 g/5 CV).

Elle est suivie dans les ventes 2006 en France par la Suzuki Swift – tout aussi européenne elle aussi (fabrication en Hongrie) – qui bénéficie en diesel de ses accords avec General Motors : le 1. 3 DDiS de 69 ch/4,6 l/122 g/ 4 CV n’est autre que le Fiat-Opel.

La Mini de 2ème génération est commercialisée depuis peu en diesel avec non plus le petit turbodiesel Toyota mais avec le 1. 6 HDi 110 ch (4,4 l/118 g/6 CV) venu de Peugeot via l’accord BMW-PSA. Il faut bien cela pour une «petite» voiture qui mesure 3,70 m pour 1,1 t de poids à vide. Terminons par la Hyundai Getz qui entre à la 12e place des immatriculations en 2006 sur ce segment grâce à son 1. 5 CRDi en 88 ch (4,5 l/118 g/5 CV) ou 110 ch (4,6 l/122 g/ 6 CV). Née fin 2002, son restylage en 2005 lui permet de bien vieillir en diesel !

B) Minispaces

Après le flop du lancement des petits monospaces Renault Modus et Peugeot 1007 sur base de citadines, ces deux constructeurs ont rectifié le tir en proposant des prix plus mesurés, un équipement revu à la baisse et des motorisations plus performantes. Sera-ce suffisant ? Rien n’est moins sûr mais cela fait les choux gras de loueurs courte durée qui éponge les stocks. Voilà pourquoi la Modus arrive en tête des immatriculations en 2006 sur le segment ! Il faut dire qu’elle est bien aidée par son 1. 5 dCi disponible en trois puissances : 70 ch (4,7 l/ 125 g/4 CV),85 ch (4,5 l/119 g/5 CV) et 105 ch (4,7 l/124 g/6 CV).

L’Opel Meriva tire bien son épingle du jeu en se positionnant sur la deuxième marche du podium. Il a profité d’un léger restylage l’année dernière pour s’équiper de nouvelles motorisations turbodiesels avec FAP en série. Le 1. 3 CDTI passe à 75 ch (5,0 l/135 g/4 CV) et le 1. 7 CDTI pointe à 100 ch (5,2 l/140 g/5 CV) et pousse même jusqu’à 125 ch (5,4 l/146 g/7 CV).

Peugeot a vite réagi avec son 1007 et il vient de recevoir le bloc 1. 6 HDi de 110 ch/4,8 l/ 125 g/6 CV plus à même de propulser cet engin peu aérodynamique et lourd (1,3 t). Il vient épauler le 1. 4 HDi de 70 ch (4,4 l/124 g/4 CV), très à la peine.

La Mercedes Classe A progresse régulièrement et sa grande soeur Classe B ne lui fait pas d’ombre, bien au contraire. Disponible en 3 ou 5 portes, ce «minispace» de 3,84 m de longueur propose trois puissances en diesel, tous suffisament efficients mais assez chers : A 160 CDI de 82 ch (4,9 l/128 g/5 CV), A 180 CDI de 109 ch (5,2 l/137 g/6 CV) et A 200 CDI de 140 ch (5,4 l/141 g/8 CV).

La Ford Fusion se défend très bien dans cette catégorie avec sa 4e place même si cette voiture est plus proche d’un break. Plateforme et motorisations de la Fiesta sont au programme avec le 1. 4 TDCi de 68 ch/4,4 l/ 122 g/4 CV et le 1. 6 TDCi de 90 ch/4,6 l/ 119 g/5 CV, tous deux fournis par PSA.

Nouveauté 2006 du segment et plutôt réussie sur le plan des prestations, la Nissan Note n’est pas tombée dans le piège de la compacité (4,08 m), malgré sa plate-forme de Renault Clio-Modus. Bien entendu, le 1. 5 dCi est de la partie en 68 ch (5,1 l/135 g/4 CV) et 86 ch (5,1 l/135 g/5 CV).

Hyundai bénéficie toujours de son offre diesel pour «placer» son Matrix à la 7e place malgré le poids des ans de ce petit monospace né en 2001. Le 1. 5 CRDi n’est proposé qu’en 110 ch/5,3 l/140 g/6 CV.

Citons enfin le duo Fiat Idea/Lancia Musa sur plate-forme de Punto (et non de Grande Punto, bien meilleure en agrément de conduite). On retrouve sous le capot des deux le 1. 3 Mjt en 70 ch (5,1 l/135 g/4 CV) et 90 ch (4,9 l/131 g/5 CV) ainsi que le 1. 9 Mjt de 100 ch/5,5 l/146 g/6 CV.

C) Dérivés d’utilitaires (Ludospaces)

Si le «concept» de minispace n’a pas vraiment convaincu, celui plus ancien de «ludospace» a fait largement recette dans le public. Renault a su exploiter au maximum son Kangoo, vieux maintenant de 10 ans et qui sera remplacé l’an prochain. Pour cette dernière année, il s’enrichit nettement avec la climatisation dès le niveau Alizé et la banquette arrière fractionnable par exemple. Sous le capot, c’est le 1. 5 dCi qui est à l’œuvre en 60 ch (5,4 l/144 g/4 CV),70 ch (5,5 l/147 g/5 Cv) et 85 ch (5,3 l/139 g/5 CV).

Le duo Citroën Berlingo-Peugeot Partner affiche le même nombre d’années au compteur mais le restylage de 2002 leur a redonné un vrai coup de jeune. Et le 1. 6 HDi en 75 ch (5,4 l/143 g/5 CV) ou 92 ch (5,4 l/143 g/ 5 CV) est particulièrement fort en couple. Fiat se place en 4e position avec son Doblo largement restylé il y a un peu plus d’un an. L’occasion de glisser sous le capot le 1. 3 Mjt de 85 ch (5,5 l/145 g/5 CV) ainsi que les versions multijet du 1. 9 JTD : 105 ch (5,8 l/153 g/ 6 CV) et 120 ch (6,1 l/163 g/7 CV).

Autre duo bien en phase : le Volkswagen Caddy Life et le Skoda Roomster, ce dernier bénéficiant d’un démarrage en fanfare grâce à son design particulièrement réussit pour le segment. Sous le capot, sans surprise, on retrouve l’incontournable 1. 9 TDI peu sobre et polluant ici en 75 ch (6,3 l/170 g/5 CV) et 105 ch (6,1 l/165 g/6 CV) pour le Caddy mais le Roomster reprend le 1. 4 TDI en 80 ch (5,1 l/135 g/ 5 CV) en plus du bloc 1. 9 TDI de 105 ch (5,4 l/ 146 g/6 CV).

Le Ford Tourneo Connect vient ensuite en 7e position avec un concept intéressant mais trop proche visuellement d’un VU. Equipé du 1. 8 TDCi de 75 ch (6,0 l/163 g/6 CV) ou en 90 ch (6,4 l/172 g/7 CV) pour la version longue.

Opel surfe sur le même principe d’un dérivé direct d’utilitaire et son Combo Tour n’est pas des plus gracieux. Mais il est vaillant avec son 1. 3 CDTI de 70 ch (5,3 l/143 g/5 CV) ou son 1. 7 CDTI de 100 ch (5,2 l/140 g/6 CV).

III. Compactes – M1

A) Berlines/Breaks

L’année 2006 a été calme et quasi étale en immatriculations pour ce segment majeur des compactes. Et 2007 risque bien de l’être aussi puisque les nouveautés attendues pour la rentrée n’auront pas d’impact sur les ventes avant début 2008. Ainsi, la Peugeot 307 dont la remplaçante 308 sera commercialisée en fin d’année se permet encore de caracoler en tête des ventes de la catégorie en France, une belle performance !

Pas de changement pour l’offre diesel qui s’organise pour toutes les versions (3/5 portes, break et SW) autour du 1. 6 HDi en 90 ch (4,9 l/129 g/5 CV) et 110 ch (4,8 l/129 g/6 CV) et du 2. 0 HDi de 136 ch (5,4 l/142 g/7 CV). Notez aussi que ce dernier passe à 8 CV (5,6 l/148 g) en versions break et SW.

Si la Peugeot 307 a de beaux restes, sa cousine Citroën C4 a de beaux jours devant elle… Beau succès avec la 2e marche du podium malgré l’absence de version break. Sous le capot, l’offre est identique à la 307 bien sûr avec le 1. 6 HDi en 92 ch (4,7 l/125 g/5 CV) et 110 ch (4,7 l/125 g/6 CV) et le 2. 0 HDi de 138 ch (5,4 l/142 g/7 CV).

La Renault Mégane souffre beaucoup plus depuis quelques mois malgré un restylage discret et une mise à jour des motorisations diesel. Ainsi, le 1. 5 dCi affiche dorénavant 85 ch (4,5 l/120 g/5 CV) ou 105 ch (4,7 l/124 g/ 6 CV) et ne subsiste qu’une puissance du 1. 9 dCi : 130 ch (5,6 l/148 g/7 CV). Il est coiffé par le 2. 0 dCi de 150 ch (5,4 l/144 g/ 8 CV).comme chez Peugeot, le break à l’empattement allongé (celui du Scénic Long) fait passer le 1. 9 dCi 130 ch en 8 CV (5,6 l/154 g).

La Volkswagen Golf n’est pas loin derrière le trio français grâce à une offensive « prix/prestations » très compétitive depuis quelques mois. Simplification de la gamme et enrichissement des finitions, la clientèle ne s’y est pas trompé. Dommage que les motorisations ne soient pas plus modernes aujourd’hui avec un niveau de bruit inférieur, surtout en 1. 9 TDI 90 ch (5,0 l/135 g/5 CV) et 105 ch (5,4 l/243 g/6 CV). Le 2. 0 TDI est plus agréable mais fait passer sa puissance à 140 ch (5,7 l/ 154 g/8 CV). Conscient du problème, VW France propose une version 136 ch à 7 CV/5,7 l/146 g. Citons pour l’anecdote la version GT TDI de 170 ch qui se place à 10 CV/6,1 l/160 g.

La surprise de l’année sur ce segment, c’est bien cette Logan 4 portes, récemment épaulée par la version break MCV. Il s’en est immatriculée en 2006 un peu plus que d’Audi A3 ou d’Opel Astra (plus de 18 000 ex) ! Pourtant pas sexy pour deux sous, et encore moins performante, surtout en break diesel ! Seul le 1. 5 dCi est au programme et uniquement en 70 ch (4,7 l/125 g/4 CV), bien insuffisant pour le break 7 places…

Audi place donc sa A3 en 3 et 5 portes Sportback derrière la Roumaine mais devant l’Allemande Opel, c’est bien. Pas de mystère pour les motorisations diesel puisqu’elles sont héritées de la VW Golf : 1. 9 TDI en 105 ch (4,9 l/131 g/6 CV) et 2. 0 TDI en 136 ch (5,5 l/ 144 g/7 CV) ou 140 ch (5,5 l/149 g/8 CV). Bien sûr, la version 170 ch est au programme aussi (5,8 l/157 g/10 CV).

L’Opel Astra a du mal à convaincre et le leger relifting de ce début d’année n’y changera pas grand chose… L’offre diesel est pourtant la plus large du segment avec le 1. 3 CDTI de 90 ch (4,8 l/130 g/5 CV), le 1. 7 CDTI de 100 ch (5,0 l/135 g/6 CV) et le 1. 9 CDTI en 120 ch (5,8 l/162 g/7 CV) et 150 ch (5,8 l/147 g/9 CV). Sachez que pour le mois de septembre, un nouveau 1. 7 CDTI de 110 ch ou 125 ch et boîte six vitesses viendra remplacer le 1. 7 CDTI 100 ch et le 1. 9 CDTI 120 ch. Les versions break sont motorisées de la même façon.

La Focus, née en 2004, sera reliftée en fin d’année pour mieux l’intégrer dans les récentes gammes S-Max et C-Max. En revanche, pas de modifications pour les motorisations diesels, venues de l’accord avec PSA sauf pour le 1. 8 TDCi de 115 ch (5,2 l/137 g/ 7 CV) qui fait doublon avec le 1. 6 TDCi de 110 ch (4,8 l/127 g/6 CV). Ce dernier est aussi disponible en 90 ch (4,7 l/125 g/5 CV). Enfin, le 2. 0 TDCi autorise 136 ch pour 5,6 l/148 g/7 CV. Les versions break SW ont droit aux mêmes moteurs.

La BMW Série fait son petit bonhomme de chemin et est épaulée depuis peu par une version 3 portes élégante et… tout aussi chère (prix identique). La seule propulsion du segment (un pur bonheur à conduire) est emmenée par le 2. 0 l diesel revu et corrigé à la hausse en puissance mais à la baisse en consommations avec des chiffres remarquables : 143 ch (4,7 l/123 g/7 CV) et 177 ch (4,9 l/129 g/9 CV).

Belle dizième place pour la Seat Leon dans les immatriculations du segment en France en 2006. Elle brûle la politesse à l’Alfa 147 et la Toyota Corolla. Elle le doit à l’attrait de la nouveauté, l’originalité de son design et ses belles prestations routières que l’on doit au 1. 9 TDI VW en 105 ch (4,9 l/132 g/6 CV),140 ch (5,6 l/151 g/8 CV) et 170 ch (6,0 l/161 g/9 CV). Ici, pas de version détarée en 136 ch pour les entreprises mais Seat France y songe…

La Toyota Corolla tire sa révérence et sa remplaçante Auris fait son entrée au catalogue ce printemps. Au programme pas moins de trois diesels D-4D : 1. 4 l de 90 ch (5,0 l/132 g/ 5 CV),2. 0 l de 126 ch (5,4 l/144 g/6 CV) et 2. 2 l de 177 ch (6,2 l/164 g/8 CV).

Juste derrière, on retrouve donc l’Alfa Romeo 147 qui fait de la résistance ! Cette dernière entre dans sa septième année d’existence mais elle ne sera pas remplacée avant 2009 à partir de la nouvelle plate-forme de la Fiat Bravo. Bref, il va falloir tenir, y compris avec le seul 1. 9 JTDm de 120 ch (5,8 l/153 g/ 7 CV) et 150 ch (5,9 l/157 g/9 CV).

B) Monospaces

Bousculade au portillon : les monospaces compacts sont légion aujourd’hui au point de s’émanciper de leurs origines, les compactes. Ainsi, le Renault Scénic ne s’embarasse plus de nom Mégane ou le Ford C-Max de la Focus. Il est vrai que, pour nombre d’entre-eux, les plate-formes sont différentes et le n°1 des ventes est conçu sur la plate-forme allongée de la Mégane qui sert aussi à la version break. Si les carrosseries sont différentes, avec le poids et le CX qui va avec… les motorisations diesels sont bien les mêmes. Evitez-vonc les moteurs de base, insuffisament puissants et/ou coupleux. Le Scénic et a fortiori le Grand Scénic est bien à la peine avec son 1. 5 dCi de 85 ch (5,1 l/178 g/ 5 CV) et préférez-lui la version 105 ch (5,2 l/ 138 g/6 CV). Le 1. 9 dCi est toujours de mise en 130 ch (6,0 l/159 g/8 CV) ou même le 2. 0 dCi de 150 ch (5,8 l/154 g/9 CV).

On ne présente plus le Xsara Picasso qui demeure au catalogue malgré l’arrivée du C4 Picasso court ou long. Il n’a d’intérêt que son prix plancher, sa compacité réelle et sa frugalité en 1. 6 HDi 92 ch (5,1 l/135 g/5 CV) et 110 ch (4,9 l/131 g/6 CV). Préférez-lui tout de même l’excellent nouveau C4 Picasso qui reprend le 1. 6 HDi mais uniquement en 110 ch (5,9 l/155 g/6 CV). La boîte pilotée est agréable et permet de passer à 5,7 l/150 g/6 CV. Le 2. 0 HDi est de la partie en 138 ch (6,1 l/159 g/ 8 CV). Les versions longues 7 places présentent les mêmes consommations et par conséquent les mêmes émissions de CO2 sans modification de puissance fiscale.

L’Opel Zafira doit trembler sur ses quatre roues face à cette offensive de Citroën. Le monospace compact de la marque à l’éclair a pour lui des prix plus raisonnables pour le segment. Et une offre diesel plus large : 1. 9 CDTI de 100 ch (6,1 l/165 g/6 CV),120 ch (6,1 l/165 g/7 CV) et 150 ch (6,2 l/167 g/9 CV).

Le Volkswagen Touran pourrait aussi faire de l’ombre au Zafira s’il continue sur sa lancée. Il sera aidé en cela par ses prix plus sages, surtout en 1. 9 TDI 105 ch (5,9 l/156 g/6 CV). Il eclipse son petit frère de 90 ch moins alerte (6,0 l/158 g/6 CV). Le 2. 0 TDI est aussi proposé en 140 ch (6,0 l/159 g/8 CV) et même 170 ch (6,6 l/174 g/10 CV).

Le Ford C-Max se présente sous un nouveau jour qui le replace, visuellement parlant, dans la famille des récents S-Max, Galaxy et Mondeo. Sous le capot, rien de modifié avec le 1. 6 TDCi en 90 ch (4,8 l/127 g/5 CV) et 110 ch (4,9 l/129 g/6 CV) mais aussi l’ancien 1. 8 TDCi de 115 ch toujours de service qui permet un couple plus important (5,4 l/143 g/7 CV). Le bloc 2. 0 TDCi de 133 ch est aussi présent dans la gamme (5,8 l/154 g/7 CV).

Face à ces leaders, on trouve ensuite le Toyota Corolla Verso, plus proche du break que du monospace mais qui assure un comportement routier sans faille. Il est emmené par le 2. 0 D-4D en 136 ch (6,3 l/167 g/8 CV), ce qui le coupe d’une grande partie de la clientèle toujours sensible aux 7 CV et à une puissance de 110 ch. Cela viendra peut être ! Encore plus gros le 2. 2 D-4D de 177 ch en fait une bombe mazout 6,6 l/175 g/10 CV.

Mercedes et sa Classe B ne fait pas cette erreur et propose son 2. 0 CDI en 109 ch (5,6 l/146 g/6 CV) et 140 ch (5,6 l/146 g/8 CV). Sorte de grand Classe A, ce monospace compact n’offre pourtant pas 7 places comme nombre de ses concurrents mais sa capacité de chargement n’est pas ridicule.

Le Seat Altea souffre depuis ses débuts d’un manque cruel d’habitabilité et de coffre par rapport à ses concurrents monospaces. L’erreur est réparée avec la commercialisation du bien-nommé XL. L’un et l’autre reprennent dans la banque d’organe du groupe VW les TDI bien connus 1. 9 l de 105 ch (5,5 l/149 g/ 6 CV) et 2. 0 l de 140 ch (5,8 l/159 g/8 CV) et 170 ch (6,2 l/167 g/9 CV).

En 10e place fort honorable, on retrouve le Mazda 5 qui séduit par ses prestations homogènes et ses portes arrière coulissantes, uniques sur le segment. Sous le capot, le 2. 0 MZR-CD de 110 ch tout à fait agréable (6,3 l/173 g/ 7 CV) et, seulement en version 7 places, en 143 ch plus tapageur (6,3 l/173 g/9 CV).

Le Honda FRV forme, avec le Fiat Multipla, les deux originaux du segment en offrant trois places de front et une largeur de véhicule peu commune : 1,81 m pour le premier et 1,87 m pour le second. Le japonais a droit a l’excellent 2. 2 CDTi de 140 ch (6,3 l/167 g/ 8 CV) alors que l’italien se contente du 1. 9 JTD de 120 ch (6,5 l/173 g/7 CV)

IV. Familiales – M2

A) Berlines/Breaks

Le segment des «familiales» est de plus en plus déserté par la clientèle et l’année 2006 a vu des reculs importants sur tous les modèles ou presque (BMW Série 3 excepté). Une désaffection due aussi à des renouvellements programmés qui reportent les commandes : Renault Laguna, Mercedes Classe C, etc. Les versions breaks sont logées à la même enseigne à une exception près : la VW Passat SW qui bénéficie d’un engouement étonnant.

Malgré ces mauvais chiffres, la Peugeot 407 devance de loin ses concurrentes (plus de 34 000 immat contre à peine 24 000 pour la Laguna) et offre une belle palette de motorisations diesels. Le très économique 1. 6 HDI débute à 110 ch (5,5 l/145 g/6 CV), suivie par le 2. 0 HDI en 136 ch (7,2 l/155 g/8 CV) et le récent 2. 2 HDi biturbo de 170 ch (6,1 l/160 g/ 10 CV), le V6 HDI coiffant la gamme du haut de ses 204 ch (8,4 l/223 g/13 CV). Toutes ces motorisations sont disponibles sur le break SW qui s’arroge plus d’un tiers des ventes.

La future Renault Laguna prévue pour le Mondial de l’auto aura fort à faire pour contrer cette belle offre Peugeot. En attendant, l’ancienne Laguna doit batailler dur pour séduire mais c’est l’occasion de négocier des prix imbattables… Sous le capot, les motorisations diesels sont modernes et fringantes : 1. 9 dCi de 95 ch (5,9 l/157 g/6 CV),110 ch (5,5 l/150 g/ 7 CV) et 130 ch (5,5 l/150 g/7 CV) ainsi que le 2. 0 dCi de 150 ch (5,8 l/154 g/8 CV) et 175 ch (6,0 l/159 g/10 CV). Il faut y ajouter l’ancien 2. 2 dCi de 140 ch (6,5 l/174 g/9 CV). Si avec cela vous ne trouvez pas votre bonheur, surtout en break !

La Citroën C5 n’est pas mieux lotie puisque sa remplaçante est prévue dans un an. D’ici là, le restyling de l’année dernière n’est pas de trop pour vanter les mérites de cette berline à hayon. La palette de moteurs diesels est séduisante avec le 1. 6 HDi de 110 ch (5,5 l/142 g/6 CV), le 2. 0 HDi de 138 ch (6,0 l/ 189 g/8 CV) et le 2. 2 HDi de 173 ch (6,1 l/ 160 g/10 CV). En revanche, la C5 n’a pas droit au V6 HDi de 204 ch qui irait fort bien à la version break.

La Volkswagen Passat sort son épingle du jeu grâce à son très habitable break. Esthétiquement réussie, bien vendue, la Passat ne brille pourtant pas du côté de l’agrément et du silence de son 1. 9 TDI de 105 ch en entrée de gamme (5,6 l/151 g/6 CV). Une version Blue Motion de ce bloc est prévue en juin qui permet, par allongement des 4e et 5e rapports et une meilleure aérodynamique, une consommation de 5,1 l/136 g et une puissance fiscale tombant à 5 CV. Mais attention pour les dépassements sur autoroute ! Il faudra donc sans hésiter choisir le 2. 0 TDI de 140 ch (5,9 l/159 g/ 8 CV) ou sa version 170 ch (6,1 l/160 g/10 CV).

La BMW Série 3 a pu surfer l’année dernière sur la nouveauté mais devra composer cette année avec la nouvelle Mercedes Classe C. BMW ne va pas lâcher le morceau comme cela et bénéficie encore d’une année d’avance avec son break Série 3. Et des motorisations diesels toujours plus performantes, sobres et agréables. En accès à la gamme, le 2. 0 l débute à 122 ch «seulement» (5,6 l/150 g/7 CV), suivi par sa déclinaison en 163 ch (5,7 l/155 g/9 CV). Le fameux six cylindres en ligne 3. 0 l prend le relais avec ses 197 ch (6,6 l/177 g/ 9 CV) ou ses 231 ch (6,6 l/179 g/14 CV) ou même ses 286 ch du biturbo (8,0 l/216 g/ 18 CV). Une palette disponible bien sûr en break mais limitée au 330d de 197 ch pour la version transmission intégrale 330xd.

Malgré son renouvellement, la Mercedes Classe C a fait un beau score l’année dernière (10 200 immat contre 12 100 pour la BMW) et se vend encore très bien. Le réseau de la marque à l’Etoile est sur un petit nuage avec l’arrivée de la nouvelle Classe C qui est commercialisée en avril avec le 2. 1 CDI en 136 ch (6,1 l/160 g) et 170 ch (6,1 l/160 g) ainsi qu’en 3. 0 V6 CDI de 224 ch (7,2 l/191 g).

L’Audi A4 va beaucoup souffrir de cette nouvelle Classe C et sera reliftée pour le salon de Francfort en septembre. Rien de modifié en revanche sous le capot puisqu’on retrouve le 1. 9 TDI en 116 ch (5,6 l/151 g/7 CV) ainsi que le 2. 0 TDI en 140 ch (5,8 l/153 g/8 CV) et 170 ch (5,8 l/153 g/11 CV). En haut de gamme, cette A4 embarque le vénérable 2. 7 V6 TDI de 180 ch (6,7 l/182 g/11 CV) ainsi que le 3. 0 V6 TDI de 233 ch en transmission Quattro (7,6 l/204 g/13 CV). Le break reprend la même palette bien entendu.

La Toyota Avensis vient se glisser sans bruit en 8e place juste derrière mais bien devant la Ford Mondeo, en fin de vie. Pour la Japonaise née en 2003, un restyling bienvenu l’année dernière l’a un peu repositionnée vers le haut, malgré ses dimensions et son habitabilité modeste, y compris en break. Sous le capot, pas de surprise avec le 2. 0 D-4D de 126 ch (5,8 l/158 g/7 CV) et le 2. 2 D-4D en 150 ch (4,9 l/156 g/10 CV) et 177 ch (4,9 l/161 g/11 CV).

La Ford Mondeo fait donc de la résistance car elle sera remplacée à la rentrée pour le Mondial de l’auto. D’ici là, la berline comme le break peuvent constituer de bonnes affaires. Le 2. 0 TDCi est proposé en 115 ch (5,8 l/154 g/ 7 CV) ou 130 ch (6,0 l/159 g/8 CV) et le 2. 2 TDCi en 155 ch (6,1 l/161 g/9 CV).

L’Alfa 159 ravit à l’Opel Vectra la 10e place pour à peine quelques centaines d’exemplaires supplémentaires… Ce n’est donc pas l’habitabilité qui séduit les acheteurs, même en break, pour cette latine au sang chaud. Ce ne sont pas non plus ses motorisations diesels, claquantes et brutales qui séduisent ! Au programme, l’incontournable et vieillissant 1. 9 JTDM de 120 ch (5,9 l/159 g/7 CV) et 150 ch (6,0 l/162 g/9 CV) et le 5 cylindres 2. 4 JTDM de 200 ch (6,8 l/179 g/12 CV).

L’Opel Vectra a beau se refaire une beauté et réorganiser son offre, tout en adoptant des nouveaux moteurs diesels depuis un an, rien n’y fait pour remonter la pente. Pourtant, la palette mazout est large : 1. 9 CDTI de 100 ch (5,7 l/154 g/6 CV),120 ch (5,7 l/154 g/7 CV) et même 150 ch (7,8 l/157 g/7 CV). Le gros V6 3. 0 l Isuzu est toujours au programme avec ses 184 ch (7,5 l/203 g/11 CV).

La Mazda 6 arrive quant à elle en 12e position avec moins de 2 600 immatriculations alors que ses prestations sont excellentes et son prix très bien calculé. Sous le capot, le bloc 2. 0 MZR-CD est en 121 ch (6,0 l/165 g/7 CV) ou 143 ch (6,0 l/165 g/8 CV) en berline comme en break.

B) Monospaces

Les grands monospaces (tout comme les minispaces) ne séduisent plus du tout et c’est la Bérézina pour la catégorie. Les arguments ne manquent pas mais les prix élevés et l’encombrement impressionnant de ces engins dissuadent pour une utilisation quotidienne en milieu urbain. Et c’est le Ford S-Max/Galaxy 2 qui a su renouveler un peu le genre en affichant un design plus proche d’un break même si la longueur totale demeure importante.

Malgré une chute de 20 % de ses immatriculations en 2006, le Renault Espace demeure de loin le plus vendu avec deux fois plus d’exemplaires commercialisés (15 000 unités) que son premier concurrent, le Peugeot 807 (7 400 unités). Il est le seul du segment à proposer deux longueurs (outre le Voyager) et autant de motorisations diesels. L’entrée de gamme repose sur le bloc 1. 9 dCi de 115 ch (6,7 l/180 g/7 CV), complété par le plus véloce 2. 0 dCi de 150 ch (7,4 l/197 g/9 CV) ou 175 ch de puissance (7,4 l/200 g/11 CV). Et le V6 3. 0 Isuzu est aussi de la partie avec ses 180 ch (9,4 l/248 g/12 CV).

Peugeot 807 et Citroën C8 forment une paire qui ne se différencie que par sa calandre et ses logos. Sous le capot, un seul turbodiesel le 2. 0 HDi, mais en 120 ch (6,9 l/182 g/ 8 CV) ou en 136 ch (7,1 l/188 g/9 CV).

Le Ford S-Max et son clone Galaxy 2 constituent donc la vraie nouveauté du segment. Ils sont tous deux emmenés par le 1. 8 TDCi de 125 ch (6,2 l/164 g/7 CV) et le 2. 0 TDCi de 140 ch (6,4 l/164 g/8 CV).

Le Chrysler Voyager est toujours au catalogue mais sera remplacé dans moins d’un an. Son turbodiesel n’est pas tout jeune comme lui (lancement en 2000) mais se fait fort de ses 140 ch pour 2. 5 l (7,7 l/203 g/9 CV) ou 150 ch en 2. 8 l et boîte auto (8,3 l/221 g/10 CV). Le Mercedes Classe R fait une timide entrée sur ce segment et n’a pas encore trouvé sa cible en raison d’un encombrement imposant pour une habitabilité médiocre. Mais il arbore l’Etoile Mercedes et un 3. 0 V6 CDI très agréable en 190 ch (9,3 l/246 g/13 CV) et 224 ch (9,3 l/246 g/15 CV).