La loi d’orientation des mobilités : contrainte ou opportunité ?

Pour les entreprises, l’application de la LOM suppose de verdir les flottes, un verdissement qui passe le plus souvent par une électrification plus ou moins généralisée. Mais tous les usages ne se prêtent pas au véhicule électrifié, ce qui impose aux responsables de parc de réfléchir aux besoins des conducteurs pour les accompagner dans cette transformation.
- Magazine N°269
3975

La loi d’orientation des mobilités (LOM) ? « C’est le sujet numéro un des clients lorsqu’ils nous sollicitent », affirme David Decultot, directeur conseil d’ALD Business Intelligence, le service de conseil du loueur. À partir du 1er janvier 2022, la LOM impose en effet, aux flottes de plus de 100 véhicules, 10 % des renouvellements en véhicules à faibles émissions (VFE, soit moins de 60 g de CO2/km), c’est-à-dire en électrique et hybride rechargeable (PHEV). Quant aux hybrides classiques, « ils n’entrent pas dans les critères des VFE car ils dépassent les 60 g, contrairement à ce que pensent certains gestionnaires de flotte », ajoute ce...