L’optimisation du parc passe les frontières

Pour optimiser les coûts de leur flotte, nombre de grandes entreprises ont franchi le pas de l’international. Mais mettre en place une telle approche tient souvent du challenge, sans compter qu’il faut ensuite en étendre le périmètre. Pour déployer les contrats et enrôler de nouveaux pays, le mieux reste de mettre en avant des bénéfices directs.

- Magazine N°184
573
L’optimisation du parc passe les frontières

Sur le papier, le principe est simple : faire valoir le potentiel de sa flotte à l’international doit amener à négocier de meilleures conditions auprès des constructeurs et des loueurs. Et la remise à plat du mode de gestion dans les pays doit générer de nouvelles économies en interne. Mais en pratique, l’internationalisation tient à la fois du marathon et de la course d’obstacles pour les gestionnaires de flotte ou les acheteurs.

Chez Coca-Cola Enterprises, il aura fallu deux ans avant que se concrétise l’approche internationale élaborée par Wim Buzzi, le manager européen de la flotte. C’est en effet l’été dernier qu’un nouveau mode de gestion...