Loueur ou pas loueur ?

Avec le vitrage comme avec les pneus, les entreprises sont toujours plus nombreuses à se passer des loueurs longue durée et à gérer en direct le bris de glace, ou à confier cette mission à leur assisteur.

- Magazine N°216
464

Pour sa part, France Pare-Brise a décidé de limiter les accords avec les acteurs de la LLD. « Leurs contrats imposent des conditions financières difficiles et incluent des pénalités élevées en cas de retard sur les délais d’intervention », explique Renaud Cuquemelle.

Client de France Pare-Brise, Martin Belaysoud Expansion ne passe plus par les loueurs pour le vitrage. « Nous avons réalisé une étude avant de gérer ce poste en direct. Cette solution permet de s’affranchir d’un intermédiaire et de faire l’économie des frais de gestion facturés par les loueurs. De plus, avec un réseau professionnel, la gestion est aussi rapide et aussi efficace qu’avec un loueur. La facturation est centralisée et se fait via l’échange de données informatisées (EDI) », détaille Ludovic Poncet, responsable moyens généraux. En revanche, Martin Belaysoud Expansion a externalisé la maintenance et le changement des pneus auprès des loueurs. « Économiquement, cette solution se justifie avec une flotte de l’importance de la nôtre », souligne le responsable (voir le témoignage).

Autre grande tendance mise en avant par Rodolphe Noulin de Speedy : de plus en plus d’entreprises passent en auto-assurance pour la partie vitrage. Une évolution due à l’augmentation des franchises et à une prise en charge de moins en moins importante de la part des assureurs et des courtiers. L’externalisation montre ses limites et ne constitue plus un horizon indépassable pour les entreprises.