Le loueur de scooters électriques Coup part à la conquête de l’Europe

La start-up de Bosch COUP va tripler sa flotte parisienne pour arriver à 1 700 scooters électriques.

1708
Coup amplifie sa présence à Paris
Les Gorogo de Coup © Coup

De Berlin à Paris, la start-up allemande gonfle ses flottes d’année en année. Coup a annoncé le 9 mars un passage de sa flotte parisienne de 600 scooters à 1 700 en mai prochain. Le fournisseur d’électromobilité en « free floating » s’attaque également à Madrid, ville dans laquelle il déploiera 800 véhicules de marque Gogoro. La start-up a d’ailleurs enrichi son parc d’un nouveau modèle : le Gogoro 2. Ce nouveau véhicule a été conçu avec plus de place. Toutefois, pour des raisons d’assurance, Coup ne permet pas à ses utilisateurs de monter à deux sur ses scooters. Le prix de la location reste similaire à celui du lancement : 4 euros TTC pour la première demi-heure, puis 1 euro supplémentaire toutes les dix minutes. Les Parisiens peuvent cependant acheter un passe journalier à 25 euros TTC. Autre avantage, les services de Coup sont disponibles toute la nuit.

Un marché jeune, mais prometteur pour Coup

À Paris, il n’existe pour l’instant que deux loueurs de scooters électriques : Coup et Cityscoot. Les deux entreprises tentent de s’imposer sur un marché qui vient à peine de naître. Les opportunités ne manquent cependant pas. Le récent départ de Gobee.bike datant du 26 février et les déboires techniques des nouveaux Vélib’ soulignent que le marché de la mobilité reste ouvert. « Nous devons avancer main dans la main avec la ville », soutient Maureen Houel, directrice générale de Coup France. Cette dernière a révélé lors d’une conférence de presse qu’elle travaillait en compagnie d’autres acteurs de la mobilité avec la mairie de Paris. Ces négociations cherchent à mieux adapter ces nouveaux transports écologiques à l’urbanisme et au cadre légal de la capitale. Maureen Houel a également dévoilé que l’entreprise s’intéressait à d’autres marchés proches de Paris, et qu’elle était actuellement en discussion avec des municipalités de la région parisienne.

PARTAGER SUR