• Mots clés connexes
  • GPS

L’OVE teste l’impact écologique du GPS

Les études sur l’utilité du GPS se multiplient. Ainsi l’Observatoire du Véhicule d’Entreprise (OVE) a organisé le 3 avril dernier un test grandeur nature pour évaluer les économies réalisées grâce aux systèmes de navigation.

- Magazine N°150
452

Trois groupes de trois équipages ont parcouru 149 kilomètres en région parisienne. Le premier était muni d’une carte routière, le deuxième d’un GPS et le troisième d’un GPS disposant d’une info-trafic en temps réel. Bilan : les conducteurs munis d’un GPS ont parcouru jusqu’à 10 % de kilomètres en moins, consommé 9 % de carburant en moins et réduit de 20 minutes en moyenne leur temps de parcours. Par ailleurs, l’OVE rapporte les résultats d’une étude réalisée en 2006 par l’Institut de recherche TNO des Pays-Bas et selon laquelle l’utilisation d’un GPS réduit de 16 % en moyenne le nombre de kilomètres parcourus et diminue de 18 % le temps de parcours pour une destination inconnue. Selon l’OVE, « différentes études ont montré que le recours au GPS permet d’économiser entre 8 et 15 % de carburant ». Et de citer une étude du cabinet Frost & Sullivan menée auprès d’un panel de sociétés européennes utilisant des solutions de navigation. Elle conclut à une baisse de 15 % de la consommation de carburant, à une réduction de 18 % des temps de conduite et à une baisse de 11 % du kilométrage.

L’OVE a calculé que pour un conducteur qui parcourt une moyenne de 20 000 kilomètres par an, l’économie est de 170 litres, soit 170 euros par an et par véhicule pour un gazole à 1 € le litre. Pour une flotte de 500 véhicules, l’économie est de 85 000 € par an ! Par ailleurs les échanges de messages à travers le GPS entraînent une économie de 40 % sur les coûts de communication. Et ce n’est pas le seul avantage : selon l’institut TNO, les conducteurs qui n’utilisent pas de GPS déclarent plus de sinistres (+ 12 %) et coûtent 5 % plus cher en dommages. A quand le GPS obligatoire ?