LS Services gère ses sinistres avec WeProov Fleet

Depuis la fin du confinement, la société coopérative et participative LS Services assure le suivi de sa flotte de 750 véhicules grâce à la solution WeProov Fleet. Objectif : réduire de 25 % le budget de la remise en état des véhicules.
1728
LS Services WeProov Fleet
(C) WeProov Fleet

LS Services a intégré la solution WeProov Fleet pour inspecter sa flotte de 750 véhicules et gérer d’éventuels sinistres. De par ses activités de livraison de colis et de maintenance de compteurs électriques, le parc en propre de cette société coopérative se constitue principalement d’utilitaires.

« Nous cherchions une solution simple, capable de gérer à distance notre flotte de véhicules. WeProov Fleet nous est apparue comme la solution pour gagner du temps et optimiser nos process », explique Bruno Lucien, responsable du parc chez LS Services. En précisant que sa flotte se répartit dans plus de 50 départements en France.

Un gain de temps et d’argent pour LS Services

Le gestionnaire détermine au préalable le délai avant l’inspection du véhicule, soit six semaines avant la date de restitution dans le cas de LS Services. Avec la plate-forme WeProov Fleet, il peut désormais demander à ses collaborateurs de réaliser une inspection régulière de leur véhicule par le biais d’une application de WeProov.

À la détection de nouveaux dommages, les dégâts seront chiffrés grâce à la plate-forme de services « Claim For Mobility ». Cette dernière fournit des conseils de réparation et recommande des réparateurs partenaires habilités à intervenir pour la remise en état. LS Services disposera donc désormais d’un réseau de 1 200 réparateurs en supplément de son propre réseau dans l’Hexagone. LS Services espère ainsi « réduire d’au moins 25 % le budget de la remise en état des véhicules ».

WeProov a aussi estimé que sa solution fait gagner « quatre heures par dossier » au gestionnaire tandis que LS Services a évalué qu’elle réduirait par deux son temps de traitement de dossiers.

En outre, ces inspections récurrentes et la responsabilisation du conducteur pourraient diminuer le nombre de dommages déclarés de 25 à 40 %. Ceci permettrait une économie liée à la remise en état comprise entre 30 000 et 50 000 euros par an.