L’UE encourage le développement des carburants alternatifs

Le Conseil et le Parlement européens viennent un conclure un accord informel visant à encourager les États membres de l’UE à l’utilisation de carburants alternatifs dans les transports. 

440

L’objectif est bien de réduire la dépendance du secteur des transports aux énergies fossiles, mais aussi de diminuer son impact sur l’environnement.

Les nouvelles dispositions prises par l’UE fixent ainsi pour chaque État des objectifs chiffrés en matière d’implantation de stations de recharge électrique, GNV ou GNC (gaz naturel comprimé). Les États devront ainsi garantir que ces stations seront en nombre suffisant pour assurer la bonne circulation de ces véhicules à motorisation alternative dès 2025.

Dans la même optique, chacun des États devra aussi veiller à ce que les véhicules électriques ou carburant au GNV ou GNC, puissent circuler librement dans les villes et les zones urbaines à l’horizon 2020, et ceci malgré d’éventuelles restrictions de circulation.

« Il s’agit d’un accord équilibré, à la fois ambitieux et réaliste pour transformer cette directive en un outil approprié, créer des opportunités économiques, et enfin fournir aux opérateurs et fabricants une certitude juridique », a expliqué Carlo Fidanza, le rapporteur et négociateur pour le Parlement.