Macif et Maif inventent la géosécurisation

Macif et Maif inventent la géosécurisation

S’appuyant sur les technologies de géolocalisation développées par masternaut, la Macif et la Maif proposent de nouveaux services. Appel d’urgence, assistance géolocalisée, récupération des véhicules volés, informations routières, navigation, les deux mutuelles rassemblent en une seule offre des services jusqu’alors disséminés.

- Magazine N°137
1037

La télématique et l’assurance poussent leur flirt toujours plus loin. En septembre 2007, Axa a lancé une offre d’assurance qui s’appuie sur une solution de télématique développée par Orange. Il s’agit de proposer une tarification selon le type de route emprunté, mais également de remonter des informations susceptibles d’aider les entreprises à mener des actions de prévention des risques routiers. Aujourd’hui, c’est au tour de la Macif et de la Maif de présenter conjointement une offre de services qui s’appuie sur les technologies de la géolocalisation. Contrairement à Axa qui réservait son offre aux entreprises, la Macif et la Maif visent toutes les cibles de clientèle sans exclusion. Les services proposés par les deux mutuelles utilisent une technologie développée par masternaut.

A partir d’un boîtier unique, cette solution rassemble un bouquet de services télématiques. En cas de situation de détresse, la voiture devient communicante afin d’accroître la sécurité des personnes. Pour présenter cette offre, la Macif et la Maif créent un néologisme : géosécurisation, soit un domaine qui combine l’utilisation des technologies de géolocalisation et de la téléphonie mobile pour renforcer la sécurité. Les services proposés couvrent l’appel d’urgence, l’assistance géolocalisée, la récupération des véhicules volés, l’information routière et l’aide à la navigation.

L’urgence optimisée

Les deux mutuelles rappellent des chiffres éloquents : environ 250 personnes décèdent chaque année en France et 2 500 en Europe en raison d’une absence d’alerte et de secours à la suite d’un accident de la route. Ainsi, près de 5 % des morts sur les routes françaises pourraient être évités si l’alerte était donnée rapidement. D’autre part, d’après la Sécurité Routière, 10 minutes de gagnées sur l’arrivée des secours, c’est 50 % de chance de survie en plus. Des chiffres qui justifient la création d’une offre d’assistance qui s’appuie sur les technologies du GPS et des réseaux de communication mobiles.

Dans l’habitacle du véhicule, le conducteur dispose d’un écran tactile amovible et d’une commande à trois boutons. En cas d’accident, de malaise ou d’agression, il suffit d’appuyer sur le bouton SOS pour être mis en communication immédiate avec Inter Mutuelles Assistance, partenaire de cette offre. Grâce au boîtier installé dans le véhicule, IMA reçoit en même temps les données de géolocalisation du véhicule. Le technicien d’assistance urgentiste échange directement avec le conducteur ou un passager afin de préciser la situation : nombre de victimes et/ou de personnes inconscientes, en cas d’agression, nombre d’agresseurs

En fonction de la gravité de la situation, IMA contacte les secours primaires et les connecte en conférence téléphonique avec les occupants du véhicule afin d’établir un premier diagnostic de la situation. IMA informe l’automobiliste de l’arrivée des secours et, en fonction de la situation, des forces de l’ordre et du dépanneur. En cas de choc important ou de décélération forte détectés par l’accéléromètre embarqué, l’appel d’urgence se déclenche automatiquement par l’envoi d’un SMS. La communication s’établit automatiquement avec IMA. Si personne ne répond après le déclenchement manuel ou automatique de l’appel d’urgence, le technicien d’IMA alerte les secours pour qu’ils interviennent. L’appel d’urgence peut être aussi déclenché lorsque l’automobiliste équipé est témoin d’un accident, d’un incendie, d’une explosion, d’une chute… Ce service est aujourd’hui actif en France métropolitaine, en Corse, au Benelux, en Espagne, au Portugal, en Italie et en Allemagne.

Un bouquet de services

Lorsque l’automobiliste a une panne ou un accident qui immobilise son véhicule, il appuie sur le bouton «Assistance» pour rentrer en communication immédiate avec IMA qui procède à la localisation du véhicule et peut lancer les services de dépannage ou de remorquage vers un garage agréé Macif ou Maif. Ces prestations d’assistance sont accordées dans tous les pays de la carte verte, soit tous les pays d’Europe, et les pays du pourtour méditerranéen.

En cas de vol, l’automobiliste contacte IMA. L’assisteur vérifie alors les informations données, déclenche la géolocalisation du véhicule et alerte les forces de l’ordre locales pour intercepter le véhicule volé. Parallèlement, l’automobiliste bénéficie des garanties d’assistance applicables à la situation comme, par exemple, le rapatriement.

Autre service, l’automobiliste peut mettre sous surveillance son véhicule en appuyant sur un bouton de la commande ou à partir de l’écran tactile. L’écran affiche alors un numéro de téléphone prédéfini par l’automobiliste sur lequel il souhaite être contacté en cas de problème. Si le véhicule bouge, le système se met en alerte. Un processus est enclenché pour vérifier que la personne qui conduit est bien une personne autorisée. Si le conducteur n’est pas identifié, IMA met en œuvre le service de géolocalisation du véhicule volé.

Autre service, le conducteur est alerté en temps réel des points de vigilance ou de sécurité à venir sur son parcours : zones accidentogènes (carrefours à risque…), radars fixes… Enfin, l’écran est un véritable GPS intégré qui permet au conducteur d’être guidé pas à pas.

Vers une Démocratisation

Cette solution est baptisée Sygéo à la Macif et Virgile à la Maif. Les frais d’accès aux services sont de 100 € auxquels il faut rajouter un loyer mensuel de 20 € qui couvrent la location du matériel, le coût des communications et la mise à jour de la cartographie. A terme, 1 000 garagistes disséminés sur l’ensemble du territoire hexagonal pourront installer le matériel à bord du véhicule. Les deux mutuelles précisent que l’ensemble des travaux de recherche et de développement a été conduit en collaboration avec la CNIL et que ce nouveau dispositif garantit une totale confidentialité des données personnelles relatives au conducteur et au véhicule. A l’horizon 2012, les deux mutuelles espèrent équiper quelque 300 000 véhicules. Un objectif modeste puisqu’il ne représente qu’un pour cent du parc roulant.

Reste à savoir si les automobilistes et les gestionnaires de parcs qui se disent préoccupés par la sécurité, seront prêts à sauter le pas et à payer pour ces services. Quoi qu’il en soit, après l’expérience d’Axa, il s’agit d’une nouvelle offre de services télématiques initiée par un assureur. D’autres initiatives devraient voir le jour dans les mois qui viennent. Reste que la voiture communicante ne se démocratisera que lorsque l’ensemble des véhicules sera équipé en première monte. Les constructeurs y travaillent et certains acteurs du marché prévoient cette généralisation à l’horizon 2011. A suivre…

Macif et Maif inventent la géosécurisation

PARTAGER SUR