Spécial TPE PME 2012 : des flottes sur mesure

« Maîtriser le budget et éviter les dérives avec la LLD » : Annick Vandenherreweghe, Wit

Annick Vandenherreweghe est la responsable des achats de Wit. Annick Vandenherreweghe revient sur le choix de la LLD au sein de Wit, spécialiste de la télégestion d’installations énergétiques.

789

« Nous disposons d’une vingtaine de véhicules de tourisme, sans préférence de marque, majoritairement des berlines et des familiales. Nous avons toujours travaillé en LLD, au début avec Avis GE Fleet et maintenant principalement avec Parcours, Natixis et aussi Diac. Nous préférons avoir plusieurs fournisseurs et continuer à interroger les autres. Pour les futurs contrats, nous interrogeons en premier lieu les organismes de crédit des constructeurs que nous comparons ensuite avec les offres des loueurs comme Parcours et Natixis ou d’autres loueurs filiales de banques. Pour l’arbitrage entre les modes de financement, même si ce n’est pas la solution la plus économique, nous choisissons la LLD pour la gestion simplifiée et encadrée, avec un budget véhicules connu d’avance et réparti régulièrement en trésorerie. Nous maîtrisons ainsi notre budget et évitons les dérives.

Le service que nous attendons de notre loueur comprend avant tout du conseil, des réponses rapides et des négociations ouvertes sur les contrats. Il nous est arrivé de louer à des grands groupes qui ne nous proposaient pas d’interlocuteurs dédiés, ce qui n’était pas très confortable. Dans notre choix de contrat, l’offre des prestations de service doit être complète et répondre à tous les besoins et risques pour le confort de nos collaborateurs, avec notamment une bonne couverture pour le véhicule de remplacement lors de pannes ou d’accidents prolongés. Dans le passé, nous avons eu des contrats de location qui ne nous garantissaient pas de couverture assez large, nous contraignant à assurer un tampon en courte durée. Si ces cas sont rares, ils restent très coûteux et donc à éviter.

Pour restituer les véhicules en meilleur état, nous avons réduit nos contrats à 24 mois, certains à 36. Trois mois avant la restitution, nous nous chargeons des frais de remise en état de la carrosserie. Nos collaborateurs sont très sensibilisés à l’entretien et trois mois avant la restitution, nous leur demandons d’obtenir trois devis pour les réparations de carrosserie. En fonction du montant, la remise en état est réalisée avant la restitution ; sinon, nous attendons la facture du loueur à qui nous opposerons nos devis s’il existe un écart important. »

Spécial TPE PME 2012 : des flottes sur mesure

PARTAGER SUR