Marché automobile 2021 : toujours au point bas

Le marché automobile n’a pas fait mieux en 2021 qu’en 2020. Mais il poursuit sa transformation avec une part accrue pour les entreprises et des modèles toujours plus verts.
9700
Marché automobile 2021

Selon le spécialiste des données automobiles Autoways, le marché automobile français du véhicule neuf a enregistré 1 659 146 immatriculations en 2021. Soit une faible progression de 0,5 % par rapport à 2020 et ses 1 650 186 immatriculations. Sachant que ce marché avait déjà reculé de 25,48 % en 2020 comparé à 2019.

Après la pandémie, la crise des semi-conducteurs et « un certain attentisme des ménages acheteurs » selon Autoways, ont donc douché les espoirs de reprise du secteur automobile. Pour information, le mois de décembre 2021 a vu les immatriculations se replier de 15,1 % par rapport à décembre 2020, et même de 18,8 % en tenant compte du nombre de jours ouvrés (23 en 2021 contre 22 en 2020).

Les ventes de VN et de VO en 2021 (Autoways)

Les particuliers en recul…

Les 20 marques de VN les plus vendues en 2021 (source : Autoways)

« Parmi les faits remarquables de cette année 2021 », Autoways souligne la baisse de 7,6 % des immatriculations de voitures neuves par les particuliers, « malgré la reprise puissante de l’économie et de la consommation. Elles n’ont représenté que 43,4 % du marché, un point bas jamais atteint ». Un constat confirmé par un autre spécialiste des données automobiles, AAA DATA, qui rappelle que « la part des particuliers dans les ventes de voitures neuves a chuté depuis 2009, passant de 67 % à 46 % aujourd’hui », au bénéfice des loueurs longue durée et des entreprises.

… font appel à la location et aux VO

Une transformation du marché qui se traduit toujours, du côté des particuliers, par le recours accru aux formules de location. Ces dernières ont ainsi représenté plus de 47,2 % des ventes aux particuliers en 2021, selon Autoways, alors qu’elles étaient « très peu courantes pour les particuliers en 2009 », pointe AAA DATA. Mais aussi par un recours renforcé aux véhicules d’occasion. Le marché VO a ainsi bondi de 5 240 622 transactions en 2009, à 6 016 435 transactions en 2021, avance AAA DATA, « illustrant à la fois la meilleure longévité des voitures mises sur le marché et le besoin des acheteurs de se tourner vers une offre plus abordable ».

Les entreprises s’imposent

En parallèle, selon Autoways, les immatriculations de voitures neuves par les sociétés (hors professionnels de l’automobile) ont progressé de 10,2 % en 2021 par rapport à 2020, pour peser 27,3 % du total du marché du VN, soit 452 985 véhicules. À noter que les loueurs de courte durée ont vu leurs immatriculations augmenter de 23 % en 2021, après une année 2020 extrêmement difficile (- 45 % par rapport à 2019). À souligner aussi la part croissante des administrations dont les achats ont progressé de 11,04 % en 2021, à 14 732 unités.

Des modèles toujours plus verts

Autre évolution particulièrement notable, sous la pression de la réglementation européenne et de la fiscalité nationale : « Les immatriculations neuves de véhicules 100 % électriques ont poursuivi leur décollage avec un gain de 46,1 % pour atteindre 9,8 % de part de marché (6,7 % en 2020). Celles des hybrides rechargeables ont pratiquement doublé avec 88,9 % de hausse et 8,5 % de part de marché (4,5 % en 2020) », détaille Autoways. Petit bémol : seuls 2,8 % sont des 430 000 utilitaires légers immatriculés en 2021 sont électriques. Et en 2021, le diesel n’a plus représenté que 21,07 % du marché, « contre 71 % en 2009 ! », conclut Autovista.

Les ventes de VN par énergies en 2021 (source : Autoways)