Marché automobile européen : net recul du diesel au premier trimestre 2019

L’ACEA a dévoilé la part de marché de chacun des carburants et énergies dans les différents marchés de l’Union européenne pour le secteur des véhicules particuliers neufs. Une tendance se dessine : le recul du diesel se poursuit pour la quasi-totalité du marché européen.

859
marché automobile

Au terme du premier trimestre 2019, il s’est vendu plus de 4 100 000 VP neufs en Europe. Sur ce total, les modèles thermiques se sont octroyé l’essentiel des immatriculations, même si le diesel a poursuivi sa chute au profit des modèles essence. Par rapport au premier trimestre 2018, la part du diesel a ainsi reculé de 17,3 % avec 1 316 378 véhicules immatriculés, soit une part de marché de 32 % des ventes. L’essence a de son côté affiché une croissance de 3,3 %, avec 2 428 440 véhicules livrés, soit 60 % des véhicules immatriculés neufs.

À l’exception de l’Allemagne, la demande de voitures essence s’est accrue dans les grands marchés automobiles d’Europe : l’essence a par exemple gagné 21 % en Italie et près de 9 % en France. Du jamais vu dans l’Hexagone, marché coutumier du diesel. Pour mémoire, c’est en 2017 que le diesel est tombé sous le seuil des 50 % de parts de marché en Europe, pour la première fois depuis 2000.

L’essence domine, l’électrique progresse

En parallèle, les motorisations alternatives ont connu un fort essor puisqu’elles ont augmenté de 25 %. Les véhicules tout électriques et hybrides rechargeables ont tiré leur épingle du jeu avec 40 % de croissance et 126 885 unités immatriculées. Sur ce total, les véhicules tout électriques ont progressé même de 84 %, mais avec un volume encore faible de 83 676 VP livrés. Les marchés allemand et français ont été les plus importants pour cette énergie avec 15 944 ventes de VE en Allemagne et 10 569 en France. Les hybrides non rechargeables ont, eux, crû de 33 % avec 192 087 voitures immatriculées.

Tout comme le diesel, le GPL et le GNV ont fait grise mine avec 7 % de baisse. Fiat et Iveco obligent, le marché italien est resté incontestablement le plus friand des véhicules motorisés au gaz naturel avec plus de 40 000 ventes. Loin derrière, l’Allemagne et l’Espagne en ont immatriculés 3 406 et 5 654.

Vous aimez cet article ? Recevez chaque mardi notre newsletter