Bilan marché pneus 2020 : des ventes en baisse en France

Selon le Syndicat des professionnels du pneu, les volumes de ventes de pneumatiques TC4 équipant les véhicules de tourisme, 4x4 et utilitaires légers ont chuté de plus de 14 % sur l’année 2020. Les ventes de pneus poids lourds ont, quant à elles, baissé de 11 %.
2324
ventes pneus SPP
Photo d'illustration (C) Freepik

En 2020, « 28,2 millions de pneus TC4 destinés à la rechange ont été mis sur le marché en France, contre 32,9 millions en 2019 », annonce le Syndicat des professionnels du pneu (SPP). L’organisme s’appuie sur les données fournies par Europool. Pour rappel, le marché de la rechange représente environ 65 % des volumes mis sur le marché. Le restant (35 %) concerne les pneus dits de « première monte » qui équipent les véhicules neufs.

Les volumes des ventes de pneus TC4 (véhicules de tourisme, 4×4 ou SUV et utilitaires) ont ainsi chuté de 14 % en 2020. Plus précisément, les ventes en « sell in » (des producteurs aux détaillants) et en « sell out » (des professionnels aux clients) ont baissé respectivement de 14,2 % et de 14,6 %. La crise sanitaire s’est effectivement ajoutée aux « deux ans de baisse des ventes de pneus provoquées par divers mouvements sociaux : les gilets jaunes en 2018, puis la réforme des retraites en 2019 », rappelle Régis Audugé, directeur général du SPP.

L’année 2020 avait d’ailleurs mal commencé avec une baisse de 15 % des ventes de pneus TC4 en janvier. Un phénomène dû « notamment aux grèves des transports », souligne le SPP. Dès la mise en place du confinement en mars, les ventes de pneus TC4 ont chuté de 40,7 % et plus drastiquement en avril (- 80,9 %). Les ventes de pneus TC4 sont ensuite revenues à la hausse en juin (+ 15,6 %) jusqu’en septembre (+ 8,8 %), avant de replonger en novembre (- 38,4 %) lors du second confinement.

Environ 2 pneus neufs vendus pour 1 pneu rechapé

La répartition des volumes de ventes de pneus neufs et de rechapés n’a pas évolué l’an dernier. « Alors qu’il se vendait un pneu rechapé pour un pneu neuf en 2012, les pneus rechapés n’ont plus représenté plus que 32 % des ventes en 2020, contre 68 % pour les neufs », note Dominique Stempfel, président du SPP.

Malgré la crise sanitaire, les prix moyens des pneus sont restés plutôt stables en 2020, que ce soit pour les pneus neufs (+ 0,1 %) ou pour les rechapés (- 0,7 %).

Une baisse moindre pour le segment camionnettes

Globalement, le segment tourisme a enregistré des évolutions inférieures à celles des segments 4×4 ou SUV et camionnettes dont la reprise de juin à novembre 2020 a été plus marquée.

Si la vente aux professionnels (BtoB) n’a représenté en 2020 que 17,5 % des volumes de pneus tourisme, 4×4 ou SUV, leur vente a en revanche été majoritaire sur le segment des pneus camionnettes (54 %). Ce dernier a d’ailleurs moins souffert des périodes du confinement que les autres segments du TC4. En effet, les mesures ont été allégées pour les métiers de la livraison, notamment effectuée en utilitaire, et, en général, pour les professions jugées « indispensables à la vie de la nation », pointe le SPP. Dans le détail, les volumes de ventes de pneus camionnettes ont baissé de 67,8 % en avril et de 16,1 % en novembre 2020, contre respectivement – 82,2 % et – 40,9 % pour les pneus tourisme.

Les acheteurs se tournent vers les marques à bas coûts…

En 2020, les ventes des marques de distributeurs (ou trade bands) ont été les plus touchées par la baisse (- 21,3 %). Les marques A (premium), quant à elles, n’ont représenté que 54 % des ventes contre 58 % en 2019, soit une baisse globale de 20,2 %. À l’inverse, les marques à bas coûts ont bondi en février (+ 18,4 %) et en septembre (+ 28,1 %), ce qui leur a permis de limiter leur baisse à – 1,6 %. Leurs parts de ventes se sont ainsi situées à des niveaux proches de ceux des marques B (ou quality). Ces dernières ont maintenu leur part de marché aux alentours de 21 % et 23 % au cours de l’année, soit une baisse de 8,5 %.

… et les pneus toutes-saisons

« La météo quasi printanière et le climat social en 2020 n’ont guère incité les automobilistes à s’équiper en pneus hiver », précise le SPP. Des raisons qui expliquent une chute des volumes de ventes de 31,9 %, très en deçà de ce qui était attendu. La baisse des températures en octobre 2020 et la publication du décret d’application de la loi Montagne II (voir décret) « auraient pu faire redécoller les ventes », pointe le SPP. Mais le second confinement a accentué les pertes de volumes (- 30,5 % en novembre).

Néanmoins, la perte des volumes de ventes de pneus hiver a profité aux pneus toutes-saisons. C’est en effet le seul segment à afficher une tendance positive (+ 5 %) en 2020. « Ce pneu n’est plus un produit saisonnier. Il a conservé une part des ventes d’environ 10 % sur tous les mois de l’année, y compris durant l’été », remarque Dominique Stempfel, président du SPP.

Une pente moins brutale pour les poids lourds

Selon les chiffres d’Europool, les ventes en sell in des pneus poids lourds (PL) neufs ont baissé de « seulement » 11,3 % comparativement aux pneus TC4. Les pneus PL neufs (- 2,2 %) ont mieux résisté que les pneus PL rechapés (- 7,7 %), soit une tendance moyenne de – 4 %. La baisse des ventes de pneus PL a surtout été observée lors du premier confinement (- 52,7 % en avril), tandis que le second est passé presque inaperçu (+ 8,4 % en novembre).