Maurin lance une offre de LLD «co-brandée» avec Loc-Action

Présent en Savoie, Haute-Savoie et dans le pourtour méditerranéen, le groupe de distribution automobile Maurin associe sa marque de location courte durée Lootoo à l’enseigne Loc-Action. Un partenariat qui lui permet d’offrir une solution de LLD multimarques à ses clients.

- Magazine N°126
685

« Nous possédions déjà depuis 2005 une franchise de location courte durée sous la marque Lootoo. Et nous avons souhaité lui associer une solution de location longue durée multimarques pour répondre aux besoins de nos clients », explique Laurent Lesiak, Directeur Commercial du groupe Maurin. Cette initiative répond aussi clairement à la volonté de fidéliser la clientèle. S’il n’est pas question de ses passer des services des marques qu’ils commercialisent, à commencer par Ford qui représente plus de 60 % de son volume VN (10 500 véhicules), le groupe Maurin explique en effet qu’il lui fallait répondre à la tentation de ses clients d’aller chercher des solutions ailleurs. « Nous ne pouvons pas nous permettre de perdre des clients. D’autant que cela coûte très cher d’aller en chercher de nouveaux. Cette offre multimarques nous permet de les fidéliser », résume Laurent Lesiak. Chez Business Partner, société captive de Ford, on doit quand même grincer des dents… Selon certains loueurs, l’offre de LLD Lootoo pourrait en effet diviser par deux son volume d’affaires avec le groupe Maurin. Et pour enfoncer le clou, l’homme qui est à l’initiative du projet au sein du groupe de distribution n’est autre que l’ancien directeur de Ford Lease, l’ancienne appellation de Business Partner !

400 contrats en 2007

« Notre intention n’est pas de faire perdre des parts de marché à Ford », s’empresse cependant de déclarer Laurent Lesiak. Et d’ajouter : « Il y a de la place pour tout le monde ! ». Basé en Savoie, Haute-Savoie et dans le pourtour méditerranéen (notamment à Marseille, Toulon, Avignon, Pézenas, Narbonne ou encore Carcassonne), le groupe Maurin compte aujourd’hui 10 points de vente Lootoo et prévoit de porter ce chiffre à une soixantaine d’ici à la fin de l’année. Avec Loc-Action, le groupe s’est également engagé à réaliser quelque 400 contrats en 2007 et table sur la signature du millier de contrats d’ici à la fin 2009. « Nous ciblons en priorité les petites flottes, de 1 à 50 véhicules en parc », précise le Directeur Commercial du groupe de distribution. Bénéficiant des outils de cotation en ligne de Loc-Action et d’un interlocuteur dédié détaché au siège du groupe, les vendeurs sociétés de Maurin ont également reçu une formation «maison» pour tout connaître de la LLD et de l’offre développée par leur partenaire. Conformément à l’engagement des deux groupes, différentes opérations marketing seront mises en place (notamment sous la forme de mailings) pour faire connaître cette nouvelle offre. Et ce, « à investissement égal », explique-t-on chez Loc-Action. Chaque trimestre, les deux partenaires vont également étudier « à la loupe » la progression des ventes au travers de réunions de pilotage. On y abordera notamment l’état d’avancement du produit, le taux de transformation des devis par site et par marque et l’éventualité ou non de renforcer les moyens pour parvenir aux objectifs fixés.

Une «expérience» d’avance

Avant de lancer son offre de LLD, Maurin a bien évidemment consulté tous les intervenants du marché proposant une offre à destination des concessionnaires : la Celt, Cofiparc et enfin, Loc-Action. « Nous avons choisi ce dernier parce qu’il était le seul à pouvoir répondre globalement à notre demande, avec un produit «co-brandé» et délocalisé dans un groupe. Nous avons également vu l’opportunité de développer des synergies avec notre activité courte durée dans le domaine des services après-vente, notamment pour la disposition de véhicules relais. Mais rien n’a été conclu dans ce domaine à ce jour », explique Laurent Lesiak. L’historique de Loc-Action avec le groupe de distribution PGA, qui a donné naissance à la société Please, a aussi joué en faveur du loueur. Chez Loc-Action, on appel cela un « produit blanc ». « La solution que nous avons retenue est différente puisque nous n’avons pas créé de société commune. Il s’agit chez nous de contrats «badgés» et les risques sont assumés par Loc-Action, mais il est vrai que l’expérience du loueur avec PGA a contribué à notre décision », conclut le Directeur Commercial du groupe Maurin.

PARTAGER SUR