Mazda CX5 : beauté statutaire

Quatre ans après son lancement réussi, le SUV compact de Mazda revendique un statut en hausse grâce à son restylage.

595
Mazda CX5 : beauté statutaire

Les révélations se succèdent sans discontinuer au salon de Los Angeles et la catégorie des SUV fait carton plein entre les nouveautés et les restylages. Pour le CX5 qui arrive déjà à mi-vie, c’est donc un subtil repoudrage de la carrosserie qui est mis en avant… on ne change pas un design si bien né. La calandre se fait plus large et proéminente, imprimant plus de caractère et de statut à la voiture, à l’image du CX3 ou de la Mazda6.

C’est donc plutôt à l’intérieur que ce grand et beau SUV avait besoin de se remettre à niveau et c’est toute la planche de bord et la console centrale qui sont revues. Le dessin se veut plus racé, moins massif et dégage une plus grande classe sans ostentation, marque de fabrique du constructeur d’Hiroshima.

Du côté des mécaniques, on retrouve les motorisations essence et diesel actuelles dont le 2.2 D SkyActive turbodiesel de 150 et 175 ch. On notera tout de même que Mazda annonce, sur cette plate-forme non modifiée (4,54 m de longueur), une rigidité torsionnelle améliorée de 15,5 %, c’est très bien, mais le CX5 était déjà un modèle de référence pour la tenue de route, l’agrément de conduite, le confort dynamique et le silence à bord. Il fera donc encore mieux pour son lancement prévu pour l’Europe au salon de Genève en mars 2017.

PARTAGER SUR