Mazda MX-5

- Magazine N°121
433

Conçu à l’origine comme un véritable cabriolet à toile souple et commande manuelle, le MX-5 dernière génération présenté l’année dernière ne pouvait faire l’impasse sur la mode des coupé-cabriolets à toit en dur. Ce fameux « hard top » qui enlaidit en général un cabriolet s’installe donc sur le Roadster avec une certaine réussite. Pas trop compliqué car pas très long et grand, ce toit s’escamote en deux parties en un peu plus de 10 secondes, un record, dans le coffre qui a du subir quelques modifications, non prévues à l’origine, pour accueillir ces panneaux d’acier.

PARTAGER SUR