Mazda3 : bien mais ferme

La nouvelle compacte de Mazda a tout pour elle, dont une finition Business, mais son amortissement se montre un peu trop ferme.

1008
Mazda3

La Mazda3 inaugure une nouvelle plate-forme mais conserve son encombrement total avec 4,46 m de longueur, alors que l’empattement gagne 2,5 cm au bénéfice de l’espace aux places arrière ‒ mais le coffre demeure assez étroit avec 334 dm3. Un habitacle confortable donc, mais le noir des habillages de cette nouvelle finition Business Executive pour les « pros » ne respire pas la joie de vivre. En revanche, la qualité des matériaux et de fabrication est excellente à 28 100 euros TTC.

Rien à redire sur l’ergonomie du poste de pilotage, tout tombe sous les doigts, y compris un levier de vitesses ultra court rappelant le coupé MX5. Sauf que la commande de boîte ne suit pas et il faut parfois chercher le bon endroit en raison d’un verrouillage ferme. Et la boîte auto nécessite un surcoût de 2 000 euros pour un CO2 qui passe de 107 à 121 g… Une coquetterie d’ingénieurs dont Mazda s’enorgueillit, tout comme de la technologie de son récent 1.8 l diesel atmosphérique (à la place du 1.5D de 115 ch comme pour le CX3), alors que toute la concurrence est passée depuis longtemps au turbo et à l’abaissement de la cylindrée unitaire. Ici, ce 4-cylindres est plutôt imposant au regard de sa relative petite puissance (116 ch et 270 Nm), mais il affiche un taux de compression équivalent à celui d’un moteur essence, ce qui lui évite un système de dépollution sophistiqué. Plutôt agréable et silencieux, très linéaire dans sa montée en puissance, ce moteur fait oublier qu’il carbure au gazole. Mais il n’est pas des plus sobres dès qu’on le cravache un peu, dépassant allègrement les 6,5 l/100 km. En ville, difficile de passer sous les 6 l et il faut rouler à vitesse stabilisée, sur route, voire autoroute pour parvenir à 5,9 l, score réalisé lors de notre essai.

Un grief : le réglage bien trop ferme des suspensions fait ressentir la moindre déformation de la route. Une raideur du châssis peu utile sur une compacte diesel destinée à des « pros » gros rouleurs. Un défaut déjà noté sur le récent CX3 équipé du même moteur.

Valeurs futures
Mazda3 5 portes 1.8 Skyactiv-D 116 ch BVM6 Business Executive
Énergie Diesel
Boîte de vitesses BVM
Carrosserie Berline
Cylindrée (cm3) 1 759
CO2 (g/km) 107
Ch din 116
Prix neuf TTC (€) 28 400
Mois 42
Km total 100 000
Valeur reprise TTC (€) 11 135
Valeur reprise 39,2 %
Valeur vente TTC (€) 13 116
Valeur vente 46,2 %

Source : Forecast Autovista, août 2019.


PLUS
Moteur souple et agréable ● Châssis précis et sportif ● Sobriété hors des villes


MOINS
Commande de boîte accrocheuse ● Suspensions trop fermes ● Intérieur triste

Mazda3