Mercedes Classe A et B : restylage en douceur

Mercedes commercialise d’ici fin octobre 2022 ses Classe A et B légèrement restylées, dont les motorisations évoluent peu.
1458
Mercedes Classe A B restylage
Restylage des Mercedes Classe A et B. © Mercedes

Nées en 2018, la compacte Classe A de Mercedes, tout comme sa carrosserie monospace Classe B, ont droit à un très léger restylage des faces avant et arrière. Celui-ci concerne surtout les pare-chocs avant et arrière ainsi que la calandre. Plus dans l’air du temps, le restylage se veut valorisant sans vraiment modifier un design bien né pour les deux modèles. Nous pouvons aussi parler de trois modèles, si l’on y ajoute la carrosserie 4 portes à malle arrière, dite « berline ».

À l’intérieur, pas de modification à juste titre pour la planche de bord et son double écran numérique à l’horizontale qui, lors de sa sortie, avait surpris et séduit sur ce segment des compactes. Une digitalisation à outrance devenue par ailleurs la norme.

C’est derrière l’écran que l’on note le saut « informationnel ». Avec, en effet, un logiciel MBUX de dernière génération, plus rapide, plus intuitif. Enfin débarrassé de fonctions inutiles de divertissement, il s’équipe de l’interface à commande vocale « Hey Mercedes ! », en plus de l’arrivée d’Android Auto et Apple CarPlay.

Restylage des Classe A et B : Mercedes simplifie les motorisations

Peu de modifications également pour les motorisations qui découlent de la gamme actuelle. Notons une optimisation de l’efficience énergétique grâce à la mise en série d’une hybridation de 48 V avec l’alterno-démarreur de 10 kW/13,6 ch sur le 1.3 turbo-essence d’origine Renault (A180 de 136 ch et A200 de 163 ch, tous deux à 133-145 g) ; et sur le 2.0 turbodiesel (A180d de 116 ch et 200d de 150 ch, 128-145 g), de série en boîte automatique double embrayage.

Pour ce restylage, les Mercedes Classe A et B 250 e en version PHEV ont droit à un moteur électrique légèrement plus puissant de 5 kW à 109 ch, portant la puissance totale à 218 ch. L’autonomie atteint dorénavant 70 à 81 km, contre 62 à 73 km précédemment, alors que la batterie demeure à 15,6 kWh. Le CO2 reste à 18-25 g (l’homologation sur le cycle mixte WLTP est identique). En revanche, le chargeur passe à 11 kWh, contre 7,4 kW auparavant. Enfin, les tarifs seront dévoilés fin octobre pour de premières livraisons début 2023.