Mercedes Classe V : un nouveau turbodiesel avant l’électrique

Léger restylage pour la Classe V de Mercedes qui en profite pour adopter le récent 2.0 turbodiesel des Classe C et E, avant sa sortie en 2020 en électrique EQV.

1630
Mercedes Classe V

Depuis sa commercialisation en 2014, la Classe V de Mercedes tente de décrocher la première place du podium, en France mais aussi en Europe, des navettes VIP d’aéroport ou d’hôtel, ainsi que des petites flottes de taxis et VTC. Malgré ses 64 000 ventes dans le monde l’année dernière et plus de 1 200 dans l’Hexagone, c’est toujours son concurrent historique le Volkswagen Multivan qui tient la première place, pas loin des 2 000 immatriculations, objectif que Mercedes s’est fixé pour sa Classe V.

Le léger restylage de la face avant de la Classe V, avec une calandre plus large pour mieux affirmer sa personnalité ne suffisait donc pas pour constituer un vrai danger pour le Multivan. C’est donc surtout le nouveau 2.0 turbodiesel venu des berlines de la marque à l’étoile qui vont convaincre les professionnels du transport de personnes (jusqu’à 7 personnes dans des sièges Pullman).

Plus sobre et plus puissante

La nouvelle gamme débutera donc à partir du 1er mars avec le V 220d de 163 ch, suivi du V 250d de 190 ch, coiffé par le V 300d de 239 ch. Les consommations s’étagent de 5,9 l à 6,3 l/100 km en fonction des puissances, et de 6,5 à 6,8 l en transmission intégrale 4Matic ‒ la boîte automatique 7G-Tronic étant au passage remplacée par la 9G-Tronic. Plus sobre et plus puissant, ce nouveau bloc favorise des émissions de CO2 limitées à 154 g et jusqu’à 165 g en Euro 6d-temp (171 à 180 g en 4Matic). Les trois niveaux de finition ne bougent pas avec l’accès à la gamme en Avant Garde puis la version luxueuse Exclusive et, en parallèle, la finition AMG au style plus sportif.

Un EQV 200 pour 2020

Par ailleurs, Mercedes poursuit sa stratégie d’électrification à marche forcée. Après la commercialisation à la fin de l’année de son grand SUV électrique EQC 400, le constructeur annonce la version 100 % électrique de la Classe V, l’EQV 200. Qui se situera dans la filiation technique de l’EQC 400 (puissance de la batterie, autonomie, charge rapide, etc.) mais avec une motorisation moins puissante : soit 400 ch pour l’EQC 400 et 200 ch pour… l’EQC 200. On en saura plus très rapidement car cet EQV sera dévoilé en première mondiale au salon de Genève début mars prochain. Une navette électrique prévue pour 2020 et qui viendra bien sûr en complément des e-Vito et S-Sprinter commercialisés à la fin de cette année.