Mercedes EQA : un jumeau électrique

Dérivé du GLA, le Mercedes EQA joue dans la catégorie des SUV compacts à propulsion 100 % électrique. Avec des prestations routières haut de gamme.
2293
Mercedes EQA

Pour l’EQA, Mercedes est parti du SUV compact GLA transfiguré par la fée électricité ‒ le GLB connaîtra le même sort avec l’EQB. Mais l’EQA se distingue par sa face avant, avec une calandre pleine « Black Panel » intégrant les phares, et sa partie arrière flanquée d’un bandeau lumineux sur toute sa largeur.

À l’intérieur, on retrouve quasiment l’environnement du GLA, dont la large dalle numérique regroupant l’instrumentation et l’écran multimédia, adaptés aux fonctionnalités électriques. Une belle présentation mais qui manque de lisibilité, faute d’un affichage assez grand et du fait d’un « trop plein » d’informations. L’ergonomie demande aussi un temps d’adaptation avec les commandes tactiles sur le volant pour gérer les menus ou avec les palettes au volant pour gérer l’intensité du freinage récupératif. Quatre niveaux sont disponibles dont un intelligent qui s’adapte automatiquement à l’environnement rencontré, grâce aux capteurs du véhicule et à la navigation.

De longs voyages

À bord, l’ambiance et la qualité de finition flattent les sens avec notamment une excellente isolation phonique, des sièges cossus et une position de conduite haute et confortable. De quoi envisager de longs voyages sereinement. Malgré un plancher rehaussé à l’arrière pour accueillir les batteries, l’habitabilité pour les passagers reste généreuse. Mais le coffre perd 40 l et son double fond. Un peu juste pour assurer une bonne polyvalence.

En traction, l’EQA affiche un comportement rigoureux et une suspension parfaitement calibrée. Les 190 ch de son moteur électrique complètent le tableau. Mais avec une grosse batterie de 66,5 kWh, ce SUV premium accuse plus de 2 t, ce qui limite ses performances énergétiques. Sa consommation s’est élevée à 20,5 kWh/100 km lors notre essai, soit 150 km de routes secondaires vallonnées dont une portion d’autoroute. L’autonomie réelle avoisine donc plutôt les 350 km. Une valeur plus proche d’une Citroën ë-C4 que d’une Tesla Model 3. Mais Mercedes a prévu toutes les commodités pour la recharge, avec une solution rapide jusqu’à 100 kW pour récupérer 80 % d’énergie en trente minutes. Mais aussi l’accès au réseau de recharge Mercedes me Charge avec l’application Mercedes me.

Vendu à partir de 48 600 euros TTC en Business Line, l’EQA devra affronter les nouveaux Volkswagen ID.4, Audi Q4 e-tron et BMW iX3. Une version à quatre roues motrices (350 4 Matic) est aussi prévue.

Mercedes EQA 250 Progressive Line

Moteur Asynchrone
Puissance/couple (ch/Nm) 190/375
Capacité batterie (kWh) 66,5
Consommation électrique (kWh) 17,7-19
Émissions de CO2 (g/km) 0
Autonomie (km) 400-426
Vitesse maxi (km/h) 160
0 à 100 km/h 8,9
Poids à vide (kg) 2 040
Coffre (l) 340
L x l x H (mm) 4 463 x 1 834 x 1 620
À partir de (€ TTC) 47 900 (48 600 en Business Line)

Notre avis

PLUS
Agrément de conduite ● Belles qualités routières ● Équipement complet


MOINS
Poids important ● Tarif premium ● Autonomie limitée