Mercedes : La Classe E revue et corrigée

Cette septième génération de la Classe E lancée en 2002 revient sur le marché après un léger «restylage» et une grosse remise en cause de certains de ses composants. Une ligne dynamisée et des motorisations plus toniques apportent une nouvelle jeunesse à cette berline d’affaires.

- Magazine N°121
573

Accablée de pannes et de défaillances – notamment électroniques (freinage « By Wire »)-, la Classe E a fait son introspection. La nouvelle version mise à la route cet été compte ainsi pas moins de 2 000 pièces nouvelles ; fiabilisées ou changées. C’est dire si les ingénieurs de la marque allemande ont concrètement retroussé leurs manches pour remonter aux sources du mal dont souffrait la version initiale.

Au passage, quelques retouches ont été apportées à cette berline pour lui redonner «sa» lettre de noblesse. Ainsi, des lignes affinées et plus élancées, notamment sur la face avant, donne à cette nouvelle Classe E un surcroît de dynamisme.

Le pare-chocs et la grille de calandre présentent désormais une forme en V prononcée, offrant une impression de puissance et de mouvement en avant. Par ailleurs, les doubles phares traditionnels de la classe E sont dotés de volets transparents au-dessus des phares, ce qui produit un effet de lumière à l’allumage. Enfin, Mercedes a accentué également l’aspect dynamique de la classe E sur toutes les variantes de modèles en reprenant la ligne des jupes latérales et le pare-chocs arrière du design de la finition Avant-garde.

A bord, hormis de nouveaux coloris moins austères qu’auparavant, seul l’introduction d’un nouveau volant quatre branches comportant des boutons elliptiques actionnés avec les pouces est à signaler.

Des moteurs plus toniques !

Il faut dire que la principale nouveauté porte sur le renforcement des motorisations. Ainsi, les ingénieurs de Mercedes ont revisité le quatre cylindres diesel qui équipe la E 200 CDI et la E 220 CDI. Plus de 90 composants de ces moteurs CDI sont nouveaux ou ont été améliorés. Désormais, la puissance de la E 200 CDI, augmentée de 14 ch, passe à 136 ch. Le couple maximal a été développé et passe de 270 à 340 Nm. Enfin, des arbres d’équilibrage dans le carter moteur offre à cette version une souplesse et un silence de conduite typiques des moteurs six cylindres.

La nouvelle E 220 CDI développe de son côté une puissance de 170 ch et un couple maximal de 400 Nm, environ 14 % et 18 % de plus, respectivement, que le modèle précédent. La consommation de carburant reste faible à 6,3 litres aux 100 kilomètres (berline : 7,1 l/100 km). Parallèlement, le nouveau moteur diesel six cylindres de la E 320 CDI (224 ch) fournit lui un couple maximal en hausse passant de 510 à 540 Nm. On notera que cette version E 320 CDI est le premier modèle diesel sur le segment haut de gamme vendu par Mercedes aux Etats-Unis.

En attendant une version Bluetec

A partir de l’année prochaine, cette marque ambitionne d’ailleurs de lancer le premier véhicule de production diesel aux Etats-Unis doté de la technologie «Bluetec», ce qui réduira encore de manière significative les émissions d’oxyde d’azote. La future E 320 «Bluetec» sera le diesel le plus propre au monde, utilisant 20 à 40 pour cent moins de carburant que les véhicules à essence comparables. En Europe, Mercedes prévoit de lancer la technologie «Bluetec» dans un modèle de voiture de tourisme d’ici à 2008. En attendant, avec ces motorisations, la marque allemande réussit à descendre au dessous du cap des 200 gr/km de CO2. Les versions E 200 CDI et E 220 CDI sont toutes deux annoncées pour un taux d’émission de 167 gr/km. Avec la version E 280 CDI, ces trois motorisations au dessous de 200 gr/km représentent les deux tiers des ventes aux entreprises, signale d’ailleurs les responsables de la marque en France à l’adresse des flottes d’entreprise. Quant à la consommation, elle est stabilisée à 6,3 l aux 100 km. De quoi relier Paris à Berlin avec un seul plein, note le constructeur.

La sécurité mise en avant

Sur le plan de la sécurité, la nouvelle Classe E propose de série le système « Neck Pro » (appuie-tête actifs) : lors d’un choc arrière, les appuie-tête contrôlés par des capteurs se déplacent vers l’avant pour protéger la tête du conducteur et du passager avant en quelques millisecondes et empêchent les vertèbres cervicales de se courber du fait de l’accident.

Les systèmes « Pré-Safe et Armada » anticipent une collision imminente et active des mesures de protection pour le conducteur et le passager avant. Ainsi, les ceintures de sécurité se tendent, les vitres et toit ouvrant se ferment automatiquement et les airbags offrent une protection maximale.

La classe E est aussi équipée de feux de stop clignotants afin d’éviter les chocs par l’arrière. Ils avertissent les conducteurs qui suivent plus efficacement que les feux de stop conventionnels lorsqu’il existe un risque d’accident. Cette nouvelle berline Mercedes reçoit aussi de série un système automatique d’avertissement de perte de pression des pneus.

En option, Mercedes propose enfin l’ILS (Intelligent Light System). Il s’agit de projecteurs adaptatifs qui réagissent aux conditions de conduite et de météorologie rencontrées. L’ILS se fonde sur les projecteurs bi-xénon et comprend cinq fonctions d’éclairage différentes adaptées aux différentes conditions de circulation.

Un équipement très complet

A bord, la réputation de berline d’affaires affirmée par la Classe E n’est pas vaine. Si le confort aux places arrière peut être jugé un peu raide, la place laissée aux passagers permet de voyager dans de réelles conditions de détente. Le coffre immense complète l’impression d’un véhicule haut de gamme se voulant très fonctionnel.

En revanche, côté passagers ou côté conducteur, rares sont les zones de rangement. Une lacune que compensent heureusement l’impression de confort et de silence à bord, et le soin apporté à la qualité des finitions. Autre bonne note, l’équipement très complet et la planche de bord très bien dessinée. Cet ensemble permet d’obtenir une lecture des instruments très aisée et d’accéder aux commandes de conduite sans hésitation.

Enfin, à la conduite, même si la Classe E affiche un dynamisme nouveau, c’est tout de même vers la version E 220 CDI que se porte plus facilement l’intérêt. Les 136 ch de la version E 200 CDI manquant parfois un peu de présence.

PARTAGER SUR