Mercedes veut développer des utilitaires écologiques et économiques

Chez Mercedes, le système Stop/Start Eco et la motorisation au GNV du Sprinter sont déjà commercialisés tandis que la version hybride devrait bientôt voir le jour. Mais l’hydrogène n’est pas pour demain.

- Magazine N°140
703

Une optique toujours plus écologique

La division des utilitaires légers de Mercedes-Benz veut faire rimer écologie et économie. A travers la commercialisation de nouvelles versions du Sprinter, Mercedes Benz cherche à réduire les émissions de CO2 et les consommations de carburant dans un contexte réglementaire et économique de plus en plus tendu.

Première nouveauté, le Sprinter à fonction Stop&Start Eco reprend un concept qui a déjà fait ses preuves sur le segment des voitures de tourisme. Dès que le Sprinter est arrêté plus de 3 secondes sans rapport enclenché, le moteur est coupé. Dès que le conducteur enfonce la pédale d’embrayage ou desserre les freins et laisse le véhicule rouler, le moteur redémarre. Proposée en option contre 203 € en Allemagne, la fonction Stop&Start Eco est disponible pour tous les Sprinter à moteur diesel 4 cylindres et boîte à vitesse mécanique. Selon les ingénieurs allemands, la consommation de carburant est réduite de 5 à 8 % grâce à cette technologie. Selon son usage et la densité du trafic, l’économie pourrait même grimper jusqu’à 20 %. A ce jour, Mercedes Benz est le premier à proposer cette technologie sur utilitaire léger. Avantage complémentaire, les nuisances sonores disparaissent lorsque le moteur est coupé. A noter également entre autres : la ventilation et les phares restent activés même lorsque le moteur est coupé. Et si la batterie est faible, la fonction Stop/Start Eco est désactivée.

Sprinter roule plein gaz

Mercedes lance également une version de son Sprinter carburant au GNV. Baptisé Sprinter NGT (Natural Gas Technology), ce modèle existe dans de nombreuses versions : le 316 NGT avec ses 3,5 tonnes de PTAC existe en longueur standard, en configuration fourgon, combi, plateau et châssis-cabine. Fourgon, plateau et châssis-cabine sont aussi disponibles avec un empattement long. Sous la dénomination Sprinter 516 NGT sont également commercialisés un plateau et un châssis-cabine de 5 tonnes de PTAC. Sur la foi d’une étude de l’Union Européenne, la division utilitaire de marque à l’étoile fonde de grands espoirs sur le GNV qui devrait s’adjuger 10 % du marché des carburants à l’horizon 2020. Grâce à sa densité énergétique, le gaz naturel est près de 2 fois moins cher que le diesel ou l’essence.

En Europe, plusieurs pays ont voté des mesures fiscales pour favoriser le gaz naturel. Ainsi, selon les calculs de Mercedes, les avantages accordés au GNV en Allemagne permettent une réduction des frais d’exploitation qui peut aller jusqu’à 30 % par rapport au diesel. Répondant aux normes Euro 4, le Sprinter NGT ne rejette aucune particule et diminue sensiblement les émissions d’oxydes d’azote, de monoxyde de carbone et dioxyde de soufre par rapport à un moteur diesel. Par rapport à un modèle essence, le gaz naturel affiche une réduction d’un quart des rejets de CO2. En utilisant le biogaz, le Sprinter NGT affiche zéro émission de CO2. Le moteur à bicarburation de 156 ch fonctionne aussi bien à l’essence qu’au gaz naturel et affiche ainsi une autonomie de 1 200 km. En mode gaz naturel, l’autonomie est de 300 à 450 km. Par rapport au diesel 4 cyl. , le surpoids n’est que de 170 à 300 kg selon les modèles et la charge utile varie de 1 150 à 2 466 kg.

Avenir lointain pour l’hydrogène

Enfin, la division des utilitaires légers de Mercedes Benz poursuit ses protocoles de tests sur le Sprinter Plug-In Hybrid. Après une version hybride diesel, le constructeur lance aujourd’hui des tests sur un hybride essence. Dès cet été, 11 véhicules seront mis en service chez des clients de Mercedes aux Etats- Unis. Les nouvelles batteries lithium-ions sont 2 fois moins lourdes que les anciennes versions nickel-métal-hydrure (NiMH). Le Sprinter Plug-In Hybrid peut parcourir 30 km en mode tout électrique. La charge des batteries se fait de 3 manières : pendant l’utilisation via un moteur thermique ou par conversion de l’énergie du freinage et, à l’arrêt, en branchant les batteries sur le secteur. FedEx a testé cette version hybride du Sprinter au coeur de Paris. Bilan : la consommation a chuté de 40 % par rapport à la version diesel et 62 % du parcours ont été effectués en mode électrique. Pour le futur, le constructeur planche sur les biocarburants de 2ème génération et sur la pile à combustible. Mais l’hydrogène semble encore bien loin pour les utilitaires légers dont la charge utile doit être conservée. Leur production en série n’est pas envisagée avant 2015 ou 2016.

PARTAGER SUR