Métropole de Lyon : « L’électrification a un coût important »

Au sein de la Métropole de Lyon, l’électrification de la flotte est en cours, mais cette démarche suppose un coût financier non négligeable pour atteindre les objectifs de verdissement.
- Magazine N°280
1590
Guillaume Cerdan, gestionnaire flotte métropole Grand Lyon

Guillaume Cerdan, responsable du parc, Métropole de Lyon

« Une petite citadine essence coûte 9 000 euros mais pour une Zoé, il faut compter 26 000 euros. Le choix entre acquisition et LLD devient alors un vrai sujet de réflexion. Car, outre ce surcoût à l’achat, les technologies et surtout les autonomies évoluent vite. En dix ans, ces dernières sont passées de 80 à plus de 350 km. Un véhicule que l’on garde dix ans devient donc vite obsolète.

Notre objectif est de dépasser le seuil de renouvellements en véhicules propres défini par la loi. Celui-ci est fixé à 40 % pour les collectivités en 2025. Nous espérons atteindre ce chiffre, pas seulement sur les renouvellements mais sur l’ensemble du parc dès 2026, d’autant que nos agents roulent dans une ZFE-m où le diesel devrait être banni le 1er janvier 2026.

Nous avons déjà 136 véhicules électriques. Pour que notre flotte passe à 40 % à l’électrique, soit 560 véhicules, il nous reste donc à en acquérir 330. Cela va constituer un coût important. En revanche, nous y gagnons sur l’entretien : l’électrique est très fiable et il y a moins de problèmes avec les pneus, du fait d’une conduite plus apaisée, avec moins de freinages brusques. Il y a aussi moins de petits accrochages. »