Métropolis, futur réseau de recharge électrique du Grand Paris

Métropolis - regroupant e-Totem, SPIE CityNetworks et SIIT - développera un réseau de bornes électriques de près de 5 000 points de charge, dont 250 points de recharge rapide, au sein du Grand Paris (territoire hors capitale) d'ici 2022. Les premières stations ouvriront à Rueil-Malmaison (92) avant fin 2020.
1792
Métropolis Grand Paris
Réseau de bornes de recharge Métropolis du Grand Paris

Outre le remplacement des bornes existantes des ex Autolib’ par le service Bélib’, la métropole du Grand Paris a choisi Métropolis pour financer, gérer et déployer 5 000 bornes de recharge électrique au sein de 130 communes (hors ville de Paris) d’ici 2022, contre 3 084 points de charge prévus initialement. Un nombre revu à la hausse suite au nouveau programme de subvention Advenir de l’État, annoncé le 16 décembre 2020. Rappelons que ce déploiement s’inscrit dans l’objectif du gouvernement d’ouvrir 100 000 points de charge publics d’ici fin 2021.

Pour l’instant, une vingtaine de communes ont signé un accord avec Métropolis pour installer 60 stations de recharge, soit environ 300 points de charge. Les premières stations du réseau seront mises en service à Rueil-Malmaison (92) avant la fin de l’année. La commune sera équipée à terme de 19 stations.

50 % du chiffre d’affaires reversé aux communes

Métropolis regroupe trois entreprises : e-Totem, fabricant et opérateur de bornes en France, SPIE CityNetworks, chargé de l’installation, l’exploitation et la maintenance des bornes, et enfin la société d’investissement pour les infrastructures des territoires (SIIT). Sélectionné à l’issue d’un appel d’offres, le groupe autofinancera le service à hauteur de 15 millions d’euros, comme l’avait annoncé en mai 2020 la métropole Grand Paris. Dès leur mise en service une somme de 5 000 euros par place de stationnement sera versée aux communes partenaires. Ensuite, elles percevront des redevances annuelles sur l’exploitation du service correspondant à 50 % des résultats nets de la société.

Un service adapté au besoin usager

Les utilisateurs auront le choix entre trois types de puissances de charge : de 3 à 7 kW « Métropolis Proximité » pour les stationnements de longue durée dans les quartiers résidentiels ; de 3 à 22 kW « Métropolis Citadine » pour les stationnements courts afin d’effectuer des achats par exemple ; et enfin, de 50 à 150 kW « Métropolis Express » pour les besoins de charge rapide et les longs trajets, avec des stations déployées sur les aires d’autoroute. Un site internet ainsi qu’une application permettront de localiser une borne, de choisir la puissance de charge souhaitée, et de réserver un emplacement jusqu’à trente minutes avant son arrivée sur le site.

Métropolis Grand Paris
Réseau de bornes de recharge Métropolis du Grand Paris

Une tarification au kWh

Un abonnement mensuel à 45 euros pour 100 kW sera proposé « soit environ 6 euros pour 100 km », a estimé la métropole. Au-delà de 100 kWh, les abonnés bénéficieront d’une remise de 20 % sur les tarifs et de deux heures de stationnement « post-charge » offertes par mois. En effet, une fois chargé, le stationnement du véhicule sans charge est facturé de 1 euro à 3 euros le quart d’heure. L’abonnement permet en revanche d’occuper une place de stationnement la nuit sous forme d’un forfait à 2 euros par soirée entre 20 h et 8 h.

Cependant, les propriétaires de véhicules électrifiés ne sont pas obligés d’être abonnés au service pour se recharger. Ils peuvent régler par carte bancaire voire en sans contact pour les stations « Citadine et Express ». La facturation se situe entre 0,36 euro et 0,65 euro par kWh, selon la puissance sélectionnée. La métropole justifie ce mode de tarification au kWh qui serait « plus équitable » que le tarif horaire. Ce dernier pénaliserait « les véhicules hybrides rechargeables puisque leurs batteries de plus faible capacité qu’un véhicule 100 % électrique atteignent une charge pleine rapidement. »