Mitsubishi i-Miev : de l’énergie à revendre

Dans la course de vitesse pour commercialiser le premier une voiture 100 % électrique, c’est Mitsubishi qui devrait l’emporter avec sa petite citadine i-Miev. Une première prise en main convaincante même si l’autonomie annoncée de 130 km est très optimiste.

- Magazine N°154
525
Mitsubishi i-Miev

La petite i-Miev se classe résolument dans la catégorie des urbaines avec ses 3,39 m de longueur pour 1,47 m de largeur et 1,60 m de hauteur. Malgré ses cotes restreintes, l’espace à bord est très confortable grâce à une conception de plate-forme proche d’un mini monospace qui permet de loger le pack de batteries (88 au total, constituées de 22 modules) sous le plancher alors que le moteur électrique (47 kW/64 ch) est placé sur l’essieu arrière avec l’électronique de puissance par dessus, dans le coffre. Ne comptez donc pas sur ce dernier pour loger autre chose qu’un sac de voyage (166 l). D’autant qu’à l’avant, l’absence de porte-à-faux et le pare-brise plongeant réduisent le coffre à sa plus simple expression.

Autonomie aléatoire

 En revanche, une fois à bord, l’environnement et les commandes ne dépayseront personne avec la présence d’un levier de vitesses qui permet de sélectionner le mode de consommation : D pour Drive qui exploite au maximum la puissance et le couple conséquent du moteur (180 Nm) offrant d’excellentes performances avec des accélérations et des reprises meilleures que n’importe quelle citadine essence ou diesel. La vitesse maximale de 130 km/h étant atteinte assez facilement. Le seul souci, avec ce mode Drive, c’est que l’indicateur de charge de la batterie descend à vue d’œil vers le zéro !

 Lors de notre essai au départ d’Issy-les-Moulineaux en direction de Vélizy par la N118, nous avons déjà brûlé le quart de l’autonomie (4 barrettes sur 16 au maximum) dans la fameuse côte de Sèvres. L’autonomie annoncée de 130 km paraît alors très optimiste et nous parions plus sur une centaine de kilomètre maximum. Et ce, sans utiliser la climatisation ni le chauffage à bord, ni les phares ou encore les lève-vitres électriques…

 Plus économique, le mode Eco limite la puissance à 18 kW/30 ch et la vitesse maxi à 90 km/h mais permet de ne pas siphonner la charge trop rapidement. Ce mode est largement suffisant pour une conduite urbaine et cette i-Miev s’insère sans problème dans la circulation. Le troisième mode est symbolisé par B, comme sur une Toyota Prius, et fait référence au frein moteur renforcé qui recharge au maximum les batteries au lever de pied et en freinage.

 Reste à recharger les batteries, ce qui devrait vous faire patienter 7 heures pour une charge complète… Une contrainte technique qui vient s’ajouter au prix de vente qui devrait se situer aux alentours des 30 000 euros lors de la commercialisation prévue fin 2010. En effet, le début de production de cette version est programmé pour octobre 2010 avec, sur une année, un petit millier d’exemplaires pour l’Europe dont à peine 300 pour le groupe PSA qui commercialisera ce modèle sous les marques Peugeot Ion et Citroën C-Zero.

Notre avis

Bien

Facilité d’usage

Agrément de conduite

Prix du kilomètre

A revoir

Autonomie de 100 km

Recharge rapide non généralisée

Prix de vente et délai de commercialisation

PARTAGER SUR