Mitsubishi perfectionne son Outlander PHEV

Le japonais Mitsubishi a modifié le moteur hybride essence de son Outlander PHEV en adoptant le cycle Atkinson, celui-là même qui fait les beaux jours des Toyota et Lexus hybrides. Un bel hommage !

2298
Mitsubishi Outlander PHEV

Né en 2013, l’Outlander de Mitsubishi vient d’être profondément modifié dans sa technologie hybride rechargeable PHEV avec une nouvelle génération légèrement restylée lancée cet été. En effet, son hybridation reposait jusque-là sur deux moteurs électriques alimentés par une grosse batterie (12 kWh) et complétés par un moteur 2.0 l essence de 121 ch et 190 Nm de couple à combustion « classique ». Ce dernier venait en renfort en cas de forte demande de puissance ou au-delà de 125 km/h en mode 100 % électrique. Mais ce n’était pas suffisant pour répondre correctement aux nouvelles normes de dépollution Euro 6d. Cet ancien moteur pointait à 41 g/km de CO2 (NEDC) ; le nouveau passe à 46 g/km WLTP + RDE, mais tout en polluant moins en termes de NOx et de HC (particules imbrûlées).

Plus puissant et toujours sobre

Pour parvenir à en offrir « plus » avec son SUV, tout en contenant la consommation (2,0 l/100 km en cycle mixte contre 1,7 l précédemment), les ingénieurs de Mitsubishi ont augmenté de 15 % la capacité de la batterie. Celle-ci passe donc à 13,8 kWh et alimente un moteur électrique arrière plus puissant de 10 % à 95 ch/71 kW et 195 Nm. Celui à l’avant demeure à 82 ch/60 kW et 137 Nm. La vitesse maximale en mode électrique pointe dorénavant à 135 km/h, ce qui correspond quasiment à toutes les situations rencontrées au quotidien en Europe en conduite urbaine ou routière. Quant à l’autonomie, elle s’élève à 45 km selon la norme WLTP, très proche de la réalité.

Rester le leader

Autre modification majeure, le moteur essence passe donc au fameux cycle de combustion Atkinson, celui adopté depuis toujours par Toyota pour ses motorisations hybrides. Avec pour ce moteur l’avantage de moins polluer et de moins consommer… et le désavantage de perdre de la puissance et du couple. Par conséquent, ce nouveau 4-cylindres essence passe de 2.0 à 2.4 l de cylindrée, peu banal aujourd’hui, et développe dorénavant 135 ch et 211 Nm de couple. Moyennant quoi, Mitsubishi, désormais propriété du groupe Renault, compte bien rester le leader du segment des SUV hybrides rechargeables.

Voir l’essai de la première version du Mitsubishi Outlander PHEV

PARTAGER SUR