Le groupe Mobivia inaugure sa Move Factory

Plus de deux ans après en avoir posé la première pierre, le groupe Mobivia, spécialiste de l’équipement et de l’entretien auto, a inauguré sa Move Factory le 9 décembre 2022 à Villeneuve d’Ascq (59).
1306
Move Factory inauguration Mobivia
La Move Factory a été inaugurée le 9 décembre 2022 à Villeneuve d'Ascq © JV

Conçue par le cabinet MAES Architectes Urbanistes et livrée en février 2022, la Move Factory du groupe Mobivia a accueilli ses premiers collaborateurs en septembre 2022. Son inauguration a eu lieu le 9 décembre dernier dans son « hub », un hall central qui peut accueillir jusqu’à 1 500 personnes pour des salons, conférences ou soirées privatives. La Move Factory se situe en plein centre-ville de Villeneuve d’Ascq (59). Elle rassemble des bureaux, un business center pour les réunions et évènements professionnels et d’autres espaces de R&D (Car Studio) ou de restauration.

« Avec la mise en place du télétravail, beaucoup d’entreprises souhaitent transformer leurs lieux de travail. En tant qu’écosystème européen des professionnels de mobilités, la Move Factory répond à cette volonté des entreprises de réduire les mètres carrés, pour s’adapter aux mobilités de leurs collaborateurs et de leurs clients », a avancé Alexandra Schiltz, directrice de la Move Factory.

Une offre de « corpoworking »

Auparavant, les équipes de Norauto se partageaient entre Lesquin et Wasquehal (59). Elles se trouvent désormais réunies sur un seul lieu. « Les collaborateurs souhaitaient un lieu de développement des compétences et des liens entre les équipes. Il s’agira donc d’un lieu stratégique pour accueillir de nouveaux talents. La Move Factory a été conçue pour travailler en petits groupes avec environ six collaborateurs par table », a indiqué Marine Dubois, leader de la Move Factory.

Au premier étage consacré aux énergies, l’entreprise e-Totem a notamment pris place dans les bureaux. D’autres étages se consacrent aux « quatre-roues » et aux mobilités douces (gyroroues, scooters électriques, trottinettes, vélos, etc.). Actuellement, 700 postes de travail sont disponibles dont 230 en coproworking. « C’est la première offre de corpoworking concernant les mobilités durables en France. Soit la contraction de « corporate » et de « coworking » pour désigner un espace de travail et d’échanges flexible et modulable », a exposé Alexandra Schiltz. La location débute à 250 euros HT par poste et par mois, pour une durée d’un à 36 mois.

Une station essence remplacée par un pôle de mobilité

La Move Factory de Mobivia se présente aussi comme symbole de la transformation de la mobilité. En effet, le site de 18 000 m² accueillait autrefois une station essence Esso. « Nous soulignons l’investissement d’une famille issue de l’industrie automobile, qui a fait le choix de rester et de s’investir dans la région des Hauts-de-France. Et nous sommes ravis que la station Esso, dont la communauté urbaine avait racheté le terrain en 2010, soit devenue un hub d’excellence des mobilités », a rappelé Bernard Haesebroeck, vice-président de la métropole européenne de Lille (MEL), en présence d’Éric Derville, fondateur de Norauto en 1970.

Un Car Studio pour l’innovation automobile

La Move Factory comprend un « accélérateur autotech Car Studio » afin que les entreprises de Mobivia puissent innover pour faire évoluer les marques Norauto, Midas, ATU et Auto 5. Mobivia s’équipe aussi d’un HubTech ou plateforme d’assistance technique spécialisée dans l’électronique à destination des professionnelles de l’auto. « Autrefois, un véhicule se composait de pièces mécaniques ; la voiture est maintenant devenue un logiciel à quatre roues », a illustré Florence Sanson, directrice et CEO de Car Studio Innovation.

« Avec une voiture assistée, connectée et électrique, la réparation et l’entretien se complexifient en nécessitant de plus en plus l’échange de datas. Nous avons donc élaboré une valise qui sert de passerelle de communication entre la voiture et les logiciels dont nous avons besoin pour dépanner le véhicule en fonction de la marque, a expliqué Matthieu Cauberghs. Pour être en mesure de dépanner correctement les véhicules électriques, nous travaillons aussi sur la réparation de la batterie, sachant qu’elle représente actuellement 40 % du prix d’un modèle électrique », a poursuivi ce responsable projets R&D de Car Studio.