GUIDE PRATIQUE - Gestion Poids Lourds 2022

Modes de financement : l’électrique en longue durée

Entre le coût de l’électromobilité, qui inclut le véhicule, sa gestion mais également sa recharge énergétique, et celui de l’éco-circularité, qui instaure le réemploi du véhicule et des pièces détachées, les camions thermiques et électriques devraient voir leur durée de vie et leur financement se rallonger.
5566
négociation
© Volvo

Pour les véhicules de transport de fret thermiques ou électriques, la transition énergétique rebat la donne. « Les poids lourds thermiques au diesel et aux biocarburants coûteront plus cher dans les prochaines années à cause de la sophistication imposée par les nouvelles réglementations, expose Christophe Martin, directeur général de Renault Trucks. Et, comme les constructeurs vendront des véhicules industriels électriques, ils perdront du bénéfice sur les PL thermiques, ce qui augmentera leur prix de vente. C’est un effet de ciseau normal lors des transitions entre deux technologies. »
Pour Iveco, Clément Chandon, directeur produits, homologations et relations institutionnelles, voit la durée de vie des camions thermiques s’allonger à cause du retard pris par l’électromobilité. « La compétitivité des véhicules électriques s’éloigne parce qu’ils sont plus chers à l’achat et obligent à financer leurs infrastructures de recharge, note-t-il. Les transporteurs garderont donc plus longtemps leurs PL thermiques et nous leur vendrons donc moins de véhicules. Les TCO seront adaptés aux capacités annuelles d’investissement des transporteurs et augmenteront en montant et en durée. »

Rénovation et pièces de réemploi

La loi anti-gaspillage et économie circulaire (AGEC) prolongera aussi la durée de vie des camions. « On peut doubler celle des tracteurs jusqu’à 1,1 million de kilomètres par leur rénovation et l’usage de pièces de réemploi remanufacturées ou “Reman” confirme Clément Chandon pour Iveco. Elles sont plus économiques et nos contrats de financement et de garantie peuvent déjà couvrir nos véhicules sur cette durée. Mais les transporteurs devront calculer le rapport entre le prix du véhicule neuf et celui du véhicule rénové pour s’engager, puis faire accepter ces camions d’occasion à leurs conducteurs. »

Chez Renault Trucks, Christophe Martin justifie aussi la démarche. « Avec les camions rénovés de notre Used Truck Factory et les pièces Reman de notre usine de Limoges, les transporteurs expriment une vraie attente sur l’éco-circularité des véhicules industriels, souligne-t-il. Les pièces rénovées n’entrent pas dans les investissements et nos VI peuvent parcourir 1,1 million de kilomètres ou servir huit ans, avec une grande fiabilité et un coût d’exploitation et un TCO raisonnables. Les transporteurs apprécient ce panachage possible entre VI neufs, d’occasion et rénovés, et nous sommes moins soumis aux pénuries de matières premières », complète Christophe Martin.

La location longue durée se prolonge

Prolonger la durée d’un PL thermique induit aussi d’allonger sa durée de financement, avec des contrats jusqu’à 1 million de kilomètres ou huit ans en première vie, et jusqu’à trois ans de plus en seconde vie. Ce qui restreint encore l’intérêt du crédit classique. De fait, acheté en 2023, le véhicule ne sera revendu qu’en 2031 sur le marché export ou comme apport dans l’achat d’un PL électrique ou à hydrogène. Le crédit-bail, lui, restera le privilège des flottes à faible kilométrage et dont les véhicules thermiques iront jusqu’au terme de l’autorisation de circulation, entre 2035 et 2040. Les acheteurs en crédit classique ou crédit-bail auront donc soin de conserver leurs ateliers intégrés pour limiter le recours aux réseaux des concessionnaires et des distributeurs.

Avec des financements pouvant atteindre 96 mois, la location longue durée, accompagnée d’un contrat « Full Service », prendra tout son sens avec un loyer calculé sur la durée et le kilométrage. Le constructeur y inclura la maintenance (numérisation comprise) en mêlant pièces neuves et rénovées, le rétrofit ou le remplacement d’éléments complets. L’ensemble préservera le véhicule d’un vieillissement qui freinerait sa reprise en échange de l’achat d’un véhicule industriel électrique.

Financer le véhicule électrique

Le financement d’un VI électrique, toujours élevé du fait de la faible production, passera par un plan de financement flexible couvrant l’écosystème complet de ce véhicule. Renault Trucks Financial Services a ainsi établi une équipe E-Tech pour conseiller le client. Elle base le financement sur « des paiements mensuels fixes qui couvrent l’assurance, le contrat d’entretien, une garantie de performance de la batterie, la maintenance préventive, le remplacement des pièces d’usure, les réparations sur la totalité du véhicule et l’assistance avec remorquage inclus », énumère ce prestataire. Renault Trucks peut aussi financer les infrastructures de recharge dans le cadre d’une solution globale, et a noué des accords avec Enedis pour faciliter le raccordement des transporteurs au réseau. Il gère aussi l’obtention « des mesures incitatives à l’électromobilité ».

Volvo Trucks, qui démarre la production des FM et FH Electric, appuiera ses ventes sur sa captive Volvo Financial Services. Cette structure déploie « des solutions d’électromobilité qui incluent le financement, le contrat complet de maintenance, les assurances et d’autres services pour maximiser l’utilisation du véhicule », avance le constructeur. Et Volvo Energy gérera la seconde vie des batteries en réemployant les 80 % de cellules encore efficientes dans des batteries mobiles ou statiques.

La garantie s’étend

Pour sa part, Daimler Truck confie à CharterWay le financement des véhicules électriques et de l’infrastructure de recharge de ses clients. Pour ce faire, cette captive mise sur le contrat de service Mercedes-Benz Complete avec Mercedes-Benz Uptime (maintenance prédictive). Ce contrat s’étend jusqu’à six ans et 360 000 km, selon l’équipement du véhicule. Daimler Truck prévoit une extension de garantie pour la chaîne cinématique et la batterie haute tension, mais aussi des prestations incluant l’usage de pièces Mercedes-Benz pour préserver la valeur du véhicule.

Avant l’achat, le service eConsulting de Mercedes élabore le concept électromobile pour le client, avec le système d’alimentation électrique et ses solutions logicielles et matérielles. En Europe et dans le pays du client, les experts eConsulting identifient les subventions, réductions/exonérations fiscales et prêts, mais aussi les avantages en réduction des péages et frais d’immatriculation, ou les dérogations aux interdictions de circulation en milieu urbain. Ils évaluent alors le rapport coût-bénéfice et élaborent une demande pour ce client. L’équipe forme aussi les conducteurs à l’éco-conduite électrique et les collaborateurs aux solutions logicielles intégrées, comme le système de gestion de la charge. Enfin, TruckStore propose des offres de rachat pour les eActros « d’occasion ».

Le financement en mode TaaS

Les constructeurs adoptent aussi le financement en mode Taas (Truck as a Service), qui inclut tout l’écosystème du véhicule électrique. Même le nouvel entrant Ford Trucks appuiera ses ventes sur Ford Trucks CARE, avec des solutions financières et électromobiles et des services logiciels. Cet écosystème concerne le futur porteur électrique de 18 à 26 t récemment présenté par Ford Trucks, et dont le TCO serait inférieur sur quatre ans à celui des PL thermiques.

Annoncé le 15 septembre 2022, l’écosystème de transport « vert et avancé » GATE d’Iveco, lui, prévoit un loyer contractuel à long terme, avec une durée minimale. Appliqué à partir de mi-2023 aux véhicules électriques légers et lourds d’Iveco et aux Nikola Tre BEV et Tre FCEV, il affichera un prix du véhicule à l’usage selon son type et les services inclus, avec un minimum de facturation par type de véhicule.

L’exemple du Volta Zero

Le constructeur anglo-suédois Volta Trucks a opté dès sa création pour le financement en mode TaaS du Volta Zero. Le loyer recouvre l’audit-conseil sur le nombre de tournées à effectuer et le temps de charge disponible, le prix du véhicule ambiant ou frigorifique, l’infrastructure de recharge AC à 22 kW ou DC à 150 kW, les incidences des coûts d’installation, la télématique embarquée, la formation des conducteurs et gestionnaires, la maintenance complète et les dépannages sous 120 minutes, mais également les contrôles réglementaires et les assurances. Pour un Volta Zero de 16 t ambiant, annoncé à 265 000 euros, le constructeur annonce un loyer mensuel de 3 500 à 4 000 euros sur huit ans, à 6 % de taux d’intérêt.

GUIDE PRATIQUE - Gestion Poids Lourds 2022

PARTAGER SUR