Mondial de l’Automobile 2022 : une version électrique et chinoise

Pour son édition 2022, le Mondial de l’Automobile de Paris fait son retour sur fond de désertion des constructeurs traditionnels. Hormis les marques françaises, presque toutes au rendez-vous à l’exception de Citroën, ce sont les constructeurs chinois qui occupent le devant de la scène avec de nouveaux modèles électriques prêts à conquérir le marché.
8116
Renault 4Ever Trophy
Renault 4Ever Trophy

Le Mondial de l’Auto, dans sa version 2022, n’est plus ce qu’il était. Mais au moins a-t-il le mérite d’être de retour après une édition 2020 annulée pour cause de pandémie. Pour cette 89e édition, le concept a été profondément revu pour combler l’absence des plus grands constructeurs, une tendance qui avait déjà marqué les salons précédant la crise sanitaire. Car à l’exception des Français Renault et Stellantis, tous ont décliné l’invitation, les allemands BMW, Volkswagen, Mercedes, mais aussi Fiat, Alfa Romeo, Opel, Ford, Kia et Hyundai, Toyota ou Volvo. Sans parler des marques de prestige totalement évaporées. Impossible dans ces conditions de prétendre à la grand-messe automobile d’autrefois.

De grands absents

Désormais, au Mondial de l’Auto, il n’est plus question seulement de grandes nouveautés produits, concept-cars, supercars et autres voitures de rêve. Mais plutôt d’un rassemblement autour de la mobilité, qui met en lumière des acteurs plus modestes du secteur et souvent issus du marché BtoB (fabricants, préparateurs, associations, organismes financiers, etc.).

Reste que les grands gagnants de ce salon 2022 sont les chinois BYD, Great Wall ou Seres, qui mènent une offensive sans précédent, avec des modèles électriques aux tarifs compétitifs et aux prestations toujours plus évoluées. De nouvelles marques de luxe françaises (Hopium et NamX) ou de micro-cars (e.Go Mobile et Eon Motors) profitent aussi de l’occasion pour se faire connaître. Tandis que Renault et Peugeot font de la résistance en misant sur l’électrification et le Made in France.

BYD Seal

Le groupe Renault fait honneur au Mondial avec ses quatre marques, chacune sur un stand : Renault, Dacia, Alpine et Mobilize. Celui de la marque au losange est riche en surprises, avec plusieurs concepts-cars dont le 4Ever Trophy qui préfigure la future 4L, soit un SUV 100 % électrique attendu en 2025. Dans cet esprit néo-rétro, le concept R5, qui verra aussi le jour, est de la partie aux côtés du prototype R5 Turbo 3E qui n’aura, lui, pas d’avenir commercial. Autre concept prometteur, le Scénic Vision reprend le style sportif de la récente Mégane E-Tech Electric, avec des portes à ouverture antagoniste et un habitacle vaste et technologique. Ce modèle familial devrait succéder au Scénic en 2024, avec une silhouette plus typée SUV et des motorisations 100 % électriques.

Renault : concept-cars et séries

Parmi les véhicules de série, plusieurs Mégane E-Tech Electric sont exposées, tout comme le dernier Kangoo en version ludospace E-Tech 100 % électrique. Sans oublier le tout nouveau SUV Austral du segment C, seul modèle thermique du lot mais qui devrait encore assurer de gros volumes de ventes ces prochaines années, notamment auprès des flottes. Il sera disponible avec des motorisations essence micro-hybrides ou hybrides.

Renault Austral PHEV
Renault Austral

Chez Dacia, l’électrification arrive à grands pas comme le promet un audacieux concept de buggy électrique à deux places, baptisé Manifesto. Cet engin de loisirs à deux places est dépourvu de porte latérale et doté de pneus sans air pour ne jamais crever. La marque « low cost » du groupe Renault introduit aussi pour la première fois une motorisation hybride 1.6 E-Tech de 145 ch, celle des Captur et Arkana, sur un modèle de sa gamme, à savoir le Jogger.

Dacia Manifesto
Dacia Manifesto

Sur son stand, Mobilize, la marque Renault dédiée à la mobilité, mise sur trois véhicules : la berline électrique Limo réservée aux chauffeurs de VTC, et deux concepts : Duo et Solo. Duo est un quadricycle à deux places pensé pour la mobilité urbaine et l’autopartage. Il remplacera le Twizy et sera commercialisé l’an prochain auprès des particuliers et des professionnels, en deux versions de 45 km/h (sans permis) ou 80 km/h. Une déclinaison utilitaire avec un volume de chargement de 1 m3 complétera l’offre pour répondre aux besoins des acteurs du dernier kilomètre. Quant à Solo, il s’agit d’un véhicule individuel ultra-compact, couvert et limité à 25 km/h, qui cible le marché des trottinettes, gyropodes et autres hoverboards. Sa production en série n’est pas prévue.

Mobilize Duo
Mobilize Duo

Stellantis : la 408 en vedette

Pour sa part, Stellantis n’a réuni que trois marques : Peugeot, DS et Jeep. Peugeot présente donc sa nouvelle 408, dérivée de la 308 et produite en France dans l’usine de Mulhouse dès 2023. Cette berline tri-corps surélevée, au style remarquablement travaillé, se déclinera en versions essence Pure Tech, hybride rechargeable (PHEV) et 100 % électrique (e-408 dès 2024).

Peugeot 408
Peugeot 408

DS mise sur la dernière version électrique E-Tense de sa DS 3, plus performante avec 156 ch et une batterie de 54 kWh, et son DS 7. Ces deux modèles restylés perdent leur appellation Crossback. DS dévoile aussi son concept-car DS E-Tense Performance, une berlinette électrique de 815 ch, vitrine technologique et stylistique de la marque.

DS E-Tense
DS E-Tense

Si Citroën, Opel, Fiat et Alfa Romeo sont absents du Mondial, Jeep s’est offert un stand auprès de Peugeot. Avec une nouveauté importante pour le marché européen, l’Avenger. Ce SUV électrique compact (4,08 m de long) reprendra les bases techniques des DS 3 E-Tense et Opel Mokka-e, soit un moteur de 115 kW et une batterie lithium-ion de 54 kWh, offrant jusqu’à 400 km d’autonomie. Il sera produit en Pologne et commercialisé en mars 2023, dans une version de lancement 1st Edition.

Profitant du vide laissé par leurs concurrents, les constructeurs chinois ont investi comme jamais le Parc des expositions de la porte de Versailles en occupant les plus grands stands. Portés par l’électrification du marché, ils tiennent leur revanche sur un marché européen porteur où ils apparaissent désormais comme de sérieux rivaux.

Jeep Avenger
Jeep Avenger

L’offensive chinoise

Le chinois BYD aligne ainsi une gamme complète de trois modèles 100 % électriques à tendance premium, avec des tarifs compétitifs et un style avenant. À commencer par son Atto 3 (4,55 m de long), un SUV compact du segment B, fort de 204 ch et de 420 km d’autonomie. Un plus gros SUV à sept places complète la gamme, le Tang (4,87 m de long), doté d’un moteur de 517 ch et capable de parcourir 400 km. Quant à la berline Han (5 m de long), elle reprend le même moteur mais adopte une batterie LFP de 85,4 kWh, plus sûre et performante, soit jusqu’à 521 km d’autonomie, de quoi concurrencer la Tesla Model S. Avec en prime un 0 à 100 km/h abattu en 3,9 s. Ces trois modèles seront lancés en France d’ici la fin d’année.

BYD Han
BYD Han

Autre poids lourd, Great Wall Motors débarque en Europe avec plusieurs modèles à vocation premium, déjà commercialisés en Chine. Au Mondial, ce constructeur mise sur son gros SUV hybride rechargeable, le Wey Coffee 01, à la présentation flatteuse et qui ne va pas sans rappeler un certain DS 7. Avec sa marque Ora, il fait aussi une proposition plus adaptée pour le marché européen avec l’Ora Funky Cat qui évoque un peu la Mini et feue la Volkswagen New Beetle. Cette citadine rondouillarde à cinq portes reçoit une motorisation de 143 ch et une batterie assurant 500 km d’autonomie. Dans cette veine stylistique néo-rétro, Great Wall Motors expose aussi sa berline coupé baptisée Next Ora Cat, aux faux airs de Porsche Panamera, avec à la clé un intérieur luxueux et des performances électriques de premier plan. Ces trois modèles pourraient être importés en France dans le cadre d’un partenariat avec le groupe de distribution Emil Frey. À confirmer.

Great-Wall-Motors-Wey-Coffee-01
Great Wall Motors Wey Coffee 01
Great Wall Motors Ora Funky Cat

Serres et MG Motor

De son côté, Seres (filiale de Dongfeng) profite du Mondial pour dévoiler son dernier SUV électrique, le Seres 5, qui forme maintenant une famille de SUV avec le plus petit Seres 3 déjà commercialisé. Ce Seres 5 mesure 4,70 m de long et se veut plus haut de gamme avec un design soigné, un moteur de 34 ch et une batterie 88 kWh, pour 312 km d’autonomie seulement. De quoi rivaliser avec les BMW iX3, Audi Q4 e-tron et autre Mercedes EQS. Ce Seres 5 embarque un chargeur AC de 11 kW et peut récupérer 80 % de capacité de batterie en 45 minutes avec une charge rapide.

Seres 5
Seres 5

Quant à la marque MG Motor, déjà bien implantée sur le marché avec des distributeurs un peu partout en France, elle n’a pas de stand propre. Impossible donc de découvrir la récente MG4, l’une des compactes électriques les plus prometteuses du moment. Mais le SUV Marvel est néanmoins exposé sur le stand du Crédit Agricole, partenaire pour l’occasion. Ce modèle affiche une autonomie d’environ 400 km et aligne une version à quatre roues motrices, à un tarif avantageux.

Un autre constructeur asiatique, venu du Vietnam cette fois, est aussi au Mondial, à savoir Vinfast. Qui mise sur son VF8 (4,75 m de long), un SUV 100 % électrique, avec aussi en ligne de mire le premium allemand. Avec deux versions de 358 ou 408 ch et deux batteries au choix de 82,2 ou 87,7 kWh, pour des autonomies entre 420 et 447 km. Vinfast précise que le véhicule se dote d’un chargeur de 11 kW pour la recharge en courant alternatif (AC) et qu’il peut se recharger de 10 à 70 % en 31 minutes sur une borne rapide (DC). À noter : la batterie n’est pas incluse dans le prix de vente du véhicule, mais louée séparément pour 120 euros par mois. Enfin, argument de poids, Vinfast offre une garantie de dix ans ou 200 000 km.

11-Vinfast-VF8
Vinfast VF8

Les micro-cars à l’honneur

Le Mondial de l’Auto met aussi en avant les micro-cars, voitures sans permis et autres quadricycles destinés à la mobilité urbaine. Outre le Duo chez Mobilize cité plus haut, le français Aixam Mega (groupe Polaris) a présenté sa gamme de voiturettes 100 % électriques fabriquées en région Auvergne-Rhône-Alpes.

L’italien XEV Cars parie sur sa nouvelle citadine électrique Yoyo, laquelle a droit à deux batteries amovibles pour rouler avec l’une pendant que l’autre se charge. La start-up israélienne City Transformer a, pour sa part, développé un nouveau véhicule électrique et modulable, en partenariat avec le groupe d’ingénierie français Segula Technologies. Capable de parcourir 180 km avec une charge, ce quadricycle urbain est transformable : il peut élargir ou rétrécir ses voies avant et arrière en fonction de ses usages. Sa largeur peut donc se ramener à seulement 100 cm, pour circuler et manœuvrer plus facilement en ville.

XEV Cars Yoyo
XEV Cars City Transformer

Chez le français e.Go Mobile, on peut voir l’e.Wave X, une version crossover du modèle Life. Malgré ses dimensions ultra compactes, l’engin peut embarquer quatre personnes à son bord, avec des performances dignes d’une vraie voiture grâce à son moteur de 80 kW et son autonomie de 250 km. Cet e.Wave X a aussi droit à un chargeur AC de 11 kW.

1e.Go Mobile e.Wave X

Le constructeur de scooters électriques catalan Silence a aussi fait le déplacement, avec son nouveau quadricycle S04. Ce véhicule biplace 100 % électrique existe en deux versions, une sans permis limitée à 45 km/h (6 kW), l’autre avec permis (90 km/h et 14 kW). Il s’équipe de deux batteries amovibles de 40 kg chacune, qui peuvent donc se recharger hors du véhicule, à domicile ou sur le lieu de travail.

PARTAGER SUR