Mondial de la moto 2018 : l’électrique s’installe

Grande première en 2018, le Mondial de Paris s’est agrandi avec le Mondial de la moto. Un élargissement d’autant plus logique qu’avec les deux-roues et trois-roues comme avec l’automobile, la tendance se fait toujours plus nette : l’électrique prend place sous les capots, en ciblant notamment les professionnels pour des usages urbains et partagés.

- Magazine N°243
1215
Kymco-Ionex
Kymco-Ionex

Pas facile de réunir dans un même lieu fans de motos et automobilistes. Mais ce défi a permis à un grand rendez-vous des deux et trois-roues de se tenir, tout en mutualisant les infrastructures et la dynamique autour du Mondial de Paris. Avec des dates loin d’être idéales, simultanément à l’Intermot de Cologne en Allemagne, et pas très loin de l’EICMA de Milan, plus grand salon européen du genre un mois plus tard…

Heureusement, cela n’a pas empêché un public nombreux, soit 400 000 visiteurs selon les organisateurs, de venir contempler les nouveautés des très nombreux constructeurs, mais avec des stands souvent modestes en comparaison des halls automobiles.

Commençons par le local de l’étape, Peugeot, rebaptisé Peugeot Motocycles, avec son festival de premières. Star du stand, l’E-Metropolis, une version électrique du 3-roues français, concurrent du Piaggio MP3. Ce concept affiche une autonomie de 200 km et une vitesse de pointe de 135 km/h avec son moteur de 36 kW, tandis qu’il se recharge à 80 % en 4 heures maximum. L’E-Metropolis se conduit avec un permis auto et une formation de 7 heures, comme la version thermique 400.

  • Peugeot-E-Metropolis
  • Peugeot-Pulsion

On trouvait également sur le stand le Peugeot 2.0, version française du modèle GenZe, un scooter électrique connecté capable de transporter jusqu’à 90 l de volume en version cargo. Un modèle particulièrement adapté aux flottes avec son tracking intégré et sa batterie amovible de 2 kWh. Le tout petit Ludix était aussi montré en prototype électrique, sans précision sur une éventuelle commercialisation.

Peugeot en tout-électrique

Peugeot s’attaque enfin au créneau très porteur des 125 GT confortables et rapides, avec le tout nouveau Pulsion au style plutôt acéré et au tableau de bord connecté. Un trait commun avec la récente gamme motos de Peugeot qui revient après des années d’absence sous la forme de deux projets en 125 et 300 cm3. De petites motos modernes et au design original, qui diversifient l’offre du français propriété de l’indien Mahindra.

Le français Eccity mettait quant à lui en avant une version à trois-roues de son scooter électrique, avec pour spécificité de placer deux roues à l’arrière. Deux moteurs électriques peuvent assurer une puissance totale de 10 kW pour cet engin qui devrait dépasser les 10 000 euros.

Pour sa part, le taïwanais Kymco est parti du constat suivant : les quelque 5 millions de scooters utilisés dans le monde pour des usages commerciaux sont employés sept fois plus que les scooters d’un consommateur privé. Ils sont en outre changés deux fois plus souvent et pèsent 20 % de la consommation totale en énergie.

Ce constat a amené Kymco à lancer sa solution Ionex Commercial pour électrifier les parcs de scooters. Une prestation tout-en-un avec les véhicules, les stations de charge (standard et rapide) et d’échange de batteries, à la manière de ce que Matra avait commencé à proposer il y a quelques années.

Kymco-Ionex
Kymco-Ionex

L’électrique tout-en-un chez Kymco

Ainsi, la batterie Ionex (5 kg) peut équiper différents types de scooters, tandis que l’ensemble du système d’exploitation connecté est géré dans le cloud. Ionex Commercial s’adresse aux flottes, typiquement pour des véhicules de livraison ou d’intervention, aux municipalités pour des services d’autopartage, etc. Kymco est aussi précurseur pour ce qui concerne les systèmes de navigation et connectivité intégrées avec son système Noodoe.

En électrique, notons aussi la présence de l’espagnol Rieju, de Doohan et de Niu. On trouvait pareillement un produit intéressant chez le taïwanais Gaius avec le Rapide 3 : il s’agit d’un triporteur électrique avec recharge rapide, équipé d’un pare-brise, d’un toit et d’un immense coffre (440 l/200 kg), promis pour l’an prochain.

Stand-Niu
Stand-Niu

Enfin, côté moteurs thermiques, au-delà de quelques nouveautés purement moto, retenons chez Honda le lancement de la version moderne de son best-seller absolu, le Super Cub, produit à 100 millions d’exemplaires en soixante ans ! Le charme rétro de cet utilitaire équipé d’un tablier de protection et d’un solide porte-bagages en fait une alternative séduisante entre scooters et petites motos 125, à partir de 3 599 euros TTC.

PARTAGER SUR